Aless MC

La petite histoire des jeux de hasard

Zeus, Hadès et Poséidon se seraient partagé l’Univers après une partie de dés. Le dieu égyptien Thot aurait ajouté cinq jours au calendrier en pariant avec la Lune. Le lien entre l’Homme et les jeux de hasard remonte à des temps si lointains qu’il se trouve même dans la mythologie. Mais comment a-t-il évolué jusqu’aux casinos d’aujourd’hui  ? Dix dates pour en retracer le fil.

700 AV. J.-C. : BATEAU OU FACE  ?

Avec l’arrivée de la monnaie métallique, les Romains ont commencé à lancer des pièces en l’air pour prendre des décisions. Navia aut caput (« bateau ou tête »), disaient-ils avant de laisser le destin choisir entre le côté avec un navire ou celui présentant le visage de l’empereur.

500 AV. J.-C. : UN COUP DE DÉS JAMAIS N’ABOLIRA LE HASARD

Les dés (ou leurs ancêtres, les ossements) ont longtemps été utilisés par les chamans afin de prédire l’avenir un peu partout sur la planète. Mais c’est à Rome que le lancer d’un dé cubique (ou qui l’était à peu près) est devenu un prétexte pour parier de l’argent. Le jeu est devenu si populaire — avec des conséquences désastreuses pour les économies de certains Romains — que l’État l’a banni.

 

200 AV. J.-C. : UNE LOTERIE POUR L’EMPIRE

Loto-Québec aurait-elle des racines en Chine ancienne  ? La légende veut que le général Cheung Leung ait popularisé le Keno — un genre de loterie dont une version existe encore aujourd’hui — afin d’en utiliser les recettes pour financer une guerre. La Grande Muraille de Chine aurait aussi été payée de la même façon  !

1400 : AS, DAME ET ROI

Les premières cartes à jouer, venues de l’Orient, n’avaient rien à voir avec celles d’aujourd’hui. Il aura fallu attendre le début de la Renaissance pour que les rois, reines et valets fassent leur apparition dans le premier jeu de cartes «  moderne  ». Le baccara serait apparu en Italie et en France à la même époque, tandis que le poker est né à La Nouvelle-Orléans il y a 200 ans.

1638 : FAITES VOS JEUX

Le premier casino européen a ouvert ses portes quelque part aux abords du Grand Canal de Venise, dans une tentative de l’État de contrôler les jeux de hasard et de réduire le nombre d’établissements clandestins. L’Il Ridotto était théoriquement ouvert à tous, mais un code vestimentaire strict tenait la plèbe à l’écart.

1895 : LE BANDIT À UN BRAS

Les amateurs de machines à sous peuvent remercier Charles Fey. C’est cet immigrant français installé aux États-Unis qui a mis au point ce que les anglophones surnomment le one-armed bandit. C’est aussi lui qui a eu l’idée des pictogrammes de cloches et de fruits. La version vidéo, qui peuple bien des recoins de tavernes louches, a vu le jour en 1976.

1931 : CE QUI SE PASSE À VEGAS…

Las Vegas existait déjà depuis quelques années quand les casinos ont commencé à y pousser grâce à la légalisation des jeux d’argent par l’État du Nevada. La mafia, voyant là une occasion en or de blanchir son argent, a sauté sur l’occasion et a bâti la première incarnation de la Strip.

1937 : UNE CHANCE SUR SIX

C’est à l’auteur Georges Surdez que l’on doit la première utilisation de l’expression « roulette russe » pour désigner ce jeu mortel. Dans sa nouvelle du même nom, des officiers russes déprimés pendant la Première Guerre mondiale enlèvent une seule cartouche de leur revolver avant de « spinner » la chambre et d’appuyer sur la détente. Une version un brin moins risquée — avec juste une balle — s’est taillé une place dans la culture populaire grâce, entre autres, aux westerns.

1962 : BEAT THE DEALER

C’est le titre du livre emblématique du génie des maths Edward Thorp, qui y dévoilait ses stratégies de comptage de cartes au blackjack. Son succès fut tel que les casinos ont dû revoir leurs méthodes afin de conserver leur avantage. Mais le jeu du chat et de la souris entre les casinos et les compteurs de cartes toujours plus rusés se poursuit…

1994 : CASHMONEYMONEY.NET

On doit l’arrivée des jeux d’argent sur Internet à… Antigua-et-Barbuda. Cet État des Antilles — où vivent moins de 100 000 personnes — a été le premier à permettre aux entreprises étrangères de lancer des casinos en ligne sur son «  territoire  », ce qui a ouvert la voie à une industrie florissante. La réserve de Kahnawake a rapidement emboîté le pas, en 1996. Aujourd’hui, 10 % des 500 milliards engrangés par les jeux de hasard et d’argent dans le monde proviennent du web.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

J’ai offert ma journée au hasard

  Les matins se suivent et se ressemblent, chantait Joe Dassin. Dans mon cas, les journées et les soirées aussi. Et si je […]

Dans le même esprit