La fois où je ne voulais pas faire l’amour à une « chix »

Ça prend parfois une fille horny pour nous faire réaliser que notre vie (et celles des autres) serait pas mal plus simple si on faisait un « coming out » !

Les gens pensent qu’un coming out, tu fais ça une fois pis après, c’est faite. Nanon. Y’a le coming out principal, le plus toff, mais après ça, ta vie est parsemée de mini coming outs.

Chaque fois que tu rencontres du monde pour la première fois, Chaque fois que quelqu’un du sexe opposé te cruise, chaque fois que quelqu’un te demande si t’as une blonde, chaque fois que tu remplis des formulaires… J’dois faire en moyenne 3 coming outs par semaine.

LA CHIX 

C’est arrivé il y a quelques années. Elle était nouvelle dans mon cours de théâtre. Elle était belle… Très belle. Elle avait un beau vibe toute doux. Même moi, j’la trouvais hot. Pas hot “j’veux qu’on fourre passionnément”, mais hot genre “wow elle a l’air d’avoir les cheveux doux j’peux-tu les flatter pis lui faire des colleux?”.

Elle était belle… Très belle. Elle avait un beau vibe toute doux. Même moi, j’la trouvais hot.

À la fin du cours, elle m’invite à passer la journée du lendemain avec elle. Elle a une audition aux studios Mel’s et elle veut que je l’accompagne parce qu’elle est nerveuse.

On ne se connait pas vraiment donc j’suis un peu surpris de l’invitation mais puisque j’ai genre 2 amis et demi dans la vie, quand quelqu’un m’invite à faire quelque chose, je saute sur l’occasion en sacrament.

L’AUDITION (ET LES CASCADEURS SEXY) 

Le lendemain, on est aux studios Mel’s et on chill dehors dans le parking en attendant son audition. C’est l’été. Il fait beau. Y’a des cascadeurs qui relaxent avec nous. Des esti de beaux babes. Ils me parlent comme si j’étais un de leur bro.

Ils m’ont même donné un handshake en arrivant. J’suis jamais bon avec ça moi, les handshakes de bros. Ils combinent souvent ça avec un genre de demi câlin juste d’un bras en se tapotant dans le dos. C’est ben complexe.

“Hey, elle est belle en esti, ta chix”, qu’un des babes me dit, alors que celle-ci est partie à son audition. Okay, la phrase n’est pas cute, mais j’suis quand même fier qu’il pense qu’elle et moi sortons ensemble. On dirait que c’est comme un accomplissement, de sortir avec quelqu’un de hot! Parce que t’sais, une fille full convoitée qui te choisit toi… Tu dois ben être nice!

C’est tellement con pis en plus, c’est tellement pas la réalité. Mais j’étais fier pareil parce que j’étais une marde. Le gai in the closet qui rêve de fourrer les cascadeurs se promène avec sa nouvelle amie chix comme un trophée. Ark, j’suis le pire gai au monde.

Son audition s’est bien passée. On dit bye aux beaux babes et on repart. En voiture, elle me demande si je veux qu’on écoute un film. Bah oui, why not. J’me doute de rien, j’rêvasse encore aux cascadeurs.

Elle arrête à la SAQ acheter 2 bouteilles de vin. Cibouère, à l’écoute ça un film, elle!

MAYDAY MAYDAY, SHE WANTS THE D 

J’continue de lui jouer dans les cheveux quand tout à coup, elle commence à frotter lentement sa tête sur mes genoux (mon wiwi) en faisant de p’tits soupirs. What the fuck!?!

On est sur le sofa à écouter j’sais pu trop quoi quand soudainement, elle me demande de lui jouer dans les cheveux. Bizarre… Mais okay. J’lui gratouille le fond d’la tête comme un cave et elle se couche alors la tête sur mes genoux (sur mon wiwi).

Ben voyons, est donc ben pas gênée! J’continue de lui jouer dans les cheveux quand tout à coup, elle commence à frotter lentement sa tête sur mes genoux (mon wiwi) en faisant de p’tits soupirs. What the fuck!?!

J’allume enfin. Elle veut… FOURRER? Non. Non merci tente pas. J’me trouve con. C’est donc une DATE notre affaire! Moi qui pensais m’être fait une nouvelle amie! Esti d’innocent. Personne se saoule en regardant un film avec un inconnu si c’est pas parce qu’il veut fourrer. L’expression «Netflix and chill» n’existait pas dans ce temps-là. J’aurais peut-être allumé plus vite.

Ma chix continue de se frotter subtilement la tête sur mon pauvre Junior toute confus pendant que moi je continue de lui flatter les cheveux, pu ben pantoute.

FEINDRE D’AVOIR LE FLU EST UNE SOLUTION QUI SE PEUT 

C’est clairement SON move, le “joue-moi dans les cheveux pendant que je frotte subtilement ma face sur ta graine jusqu’à ce que le feu de la passion nous pogne”. Sauf que moi à ce moment-là, y’a pas de passion qui se passe dans c’te zone-là pantoute.

Elle va saigner d’la joue à force de se la frotter sur mes jeans pis mon wiwi va être encore toute mou/ratatiné dans l’fond d’mes bobettes. J’pense même qu’il a rapetissé depuis qu’elle a commencé.

Je panique. J’lui dis que j’dois aller à la toilette. Je m’enferme dans la salle de bain. Qu’est-ce que je fais?? J’pas game de lui dire que j’suis gai, j’me le suis même pas dit à moi-même encore. J’peux pas croire que j’me suis mis dans cette situation, j’ai toujours été un pro pour les éviter.

J’vais inventer une excuse. J’vais lui dire que j’me sens pas bien. Si je reste à la salle de bain assez longtemps, elle va penser que j’suis en train de chier pis que je rushe et elle va être turned-off parce que c’est pas sexy quelqu’un qui a le flu donc elle va se calmer la snatch.

Je flush la toilette. J’attends… pis j’attends… J’la flush une deuxième fois.

Je sors.

J’SUIS UNE MARDE 

Elle est sur le sofa et me regarde. J’lui dis que j’me sens pas bien… J’me frotte le ventre. J’gagnerai pas d’Oscar pour cette performance de marde. Elle me regarde, silencieuse. J’reste debout et la regarde. C’est fucking malaisant.

Elle ne me croit probablement pas mais elle finit par comprendre le message. Elle se lève du sofa, hésitante. Je l’accompagne à l’entrée. Elle met ses chaussures. On se dit au revoir et elle quitte.

Cette fille se sent probablement comme une marde à cause de moi.

Même si j’suis certain que les hommes hétéros n’ont pas constamment envie de fourrer et qu’ils ont le droit de dire non eux aussi, moi, j’me connais, et si je m’étais retrouvé dans la même situation avec un garçon aussi charmant que cette fille l’était, je l’aurais fourré, le gars.

Donc dans mon cas, j’me mentais. Pis là, cette fille se sent probablement comme une marde à cause de moi.

DEVENIR UN HOMME, UN COMING OUT À LA FOIS 

Ma journée aurait été tellement plus le fun si j’avais été honnête avec elle… Avec moi. On aurait sûrement écouté un film pareil, j’pense pas qu’elle aurait dit “Ark t’es gai, je décâlisse!” J’me serais probablement fait une amie. Pis la soirée ne se serait pas terminée en esti de malaise dégueulasse.

Avant, j’trouvais ça niaiseux, l’idée de devoir faire un coming out. J’me disais, pourquoi donner de l’importance à ça? Pourquoi qu’on s’en crisse juste pas, à place? Mais j’ai réalisé que la seule façon de donner plus d’importance à quelque chose qu’en en parlant, c’est justement en refusant d’en parler.

Oui, j’dois encore faire plusieurs mini coming outs par semaine, mais j’suis content de les faire. La vie est pas mal plus simple depuis. Pour moi, et pour les autres.  

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Lettre à l’hétéro qui couche secrètement avec d’autres hommes

URBANIA s'associe à "Prêt pour l'action" afin de rappeler aux hommes hétéros l'importance de se faire dépister, peu importe où ils sont allés jouer!

Dans le même esprit