La créativité est devenue un buzzword

Serait-on un petit peu en train d’abuser du terme « créativité » ?

Vous vous souvenez de la fable d’Ésope, celle dans laquelleun jeune garçon qui, à force de crier au loup pour le plaisir, écoeure son village, qui ne le prend plus au sérieux, ne venant donc pas à son aide le jour où un vrai loup se pointe le museau? La morale de cette histoire très populaire est qu’à force d’affirmer quelque chose, on finit par ne plus vraiment le croire.

(Mes parents m’ont toujours dit que la morale de cette histoire était qu’il ne faut pas mentir. Ils avaient aussi raison, mais bon.)

Dans cette métaphore, le loup, c’est la créativité et le jeune garçon, nous tous. Nous tous qui, à travers d’innombrables hyperboles pitchées à grand coup de hype, avons élevé le concept de créativité au rang de buzzword cool qu’on peut étiqueter sur tout et n’importe quoi.

Être créatif est devenu un qualificatif qu’on utilise pour mousser un artiste, un produit ou un événement, comme si créativité était gage absolu de réussite et d’innovation. Comme si la créativité qui, selon Wikipédia (ben oui), signifie « imaginer, construire ou mettre en oeuvre un concept neuf, un objet nouveau ou découvrir une solution originale à un problème ».

Être créatif, ça veut dire sortir de la boîte, briser les conventions dans lesquelles tout le monde est coincé, faire de quoi qui n’a jamais était fait auparavant. La créativité découle de la création, de l’invention, du nouveau.

Quand j’entends des gens qualifier de créatif le nouveau système Apple Pay, une patente pour payer ses achats avec son téléphone portable, j’en perds mon latin. Apple n’a fait que dupliquer le concept de carte de crédit et l’a ajouté à ses téléphones. C’est un outil pratique, oui. Une avancée technique, j’en conviens. Mais ce n’est rien de créatif.

Du free jazz, c’est créatif. Les films de Xavier Dolan sont créatifs. Une application pour payer avec son téléphone, c’est cool, c’est pratique, mais ça ne crée rien.

La créativité est possible en dehors des sphères artistiques. Il existe des idées politiques, de délicieux produits, des bâtiments ou des stratégies sportives auxquels on peut ajouter l’étiquette de “créativité”.

La créativité est un buzzword aussi banal que le concept « d’écoénergétique » qu’on applique à n’importe quel gros char polluant qui consomme 2% moins d’essence que le modèle de l’année précédente. Viens pas me faire chier que ton gros Dodge Ram est « écologique » ou peu gourmand en consommation de carburant, mettons.

C’est dommage de voir un concept pourtant si nécessaire à notre époque où tout ce que l’on consomme est créée en Chine, produit en quantité industrielle et distribué partout qu’on finit par tous posséder et acheter les mêmes bébelles, pourtant brandées de créatives et d’innovantes. À force de crier au loup, on s’est fait bouffer tout cru.

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up