Jeux de mots, « jeu » vous aime !

Petit hommage aux blagues tellement plates qu'elles sont bonnes.

L’autre jour, l’Ordre des CPA du Québec nous a montré ces vidéos très… particulières. Qu’à cela ne tienne, ça nous a inspiré un hommage à cette blague incomprise qu’est le jeu de mots.

Selon moi, si vous adorez les jeux de mots, vous êtes une bonne personne. Pouvez-vous croire que certains détestent ça? J’ai toujours trouvé que les jeux de mots sont maltraités pis c’est maintenant que je vais remédier à ça en leur rendant hommage.

Petit cours rapide

Premièrement, c’est important de comprendre c’est quoi un jeu de mots. Facile : c’est quand on change la sonorité ou la signification d’un mot. Simple de même. Il existe différents types de jeux de mots :

Les «pieds de la lettre»

Un «pied de la lettre» c’est lorsqu’on utilise le mot tel quel, mais qu’on confond deux définitions ensemble. Je vous donne un exemple de mon répertoire personnel : « J’ai découvert que j’étais Dieu, puisque j’ai appris que Dieu n’avait pas de sexe. Eh bien je suis Dieu, parce que moi non plus je n’ai pas de sexe. » Donc ici, les 2 définitions du mot « sexe » sont utilisées, soit le sexe d’une personne et la sexualité.

Les jeux de mots purs

Les jeux de mots purs sont semblables aux «pieds de la lettre», mais les 2 sens du mot sont utilisés en même temps. Contrairement au «pied de la lettre» où on envoie tout d’abord l’auditoire dans une direction avant de causer un renversement en prenant l’autre définition du mot, la phrase est la même et le mot peut se comprendre de 2 façons. Ça c’était la spécialité de Sol (interprété par Marc Favreau) : « L’hôpital est malade. L’hôpital est congestionné. » La phrase peut se lire de deux façons.

Le calembour

Le calembour, c’est le jeu de mots forcé. C’est celui avec le plus bas taux d’efficacité, mais lorsqu’on le réussit, c’est magnifique! Un calembour utilise souvent plusieurs mots déformés pour en former un autre. C’est le type de jeu de mots qui est le plus tiré par les cheveux. Je vous donne un exemple venant du maître des calembours, François Pérusse : « — J’pense t’as besoin d’une thérapie – C’est déjà réglé la thérapie – C’est déjà réglé la thérapie? Thérapie m’en parler ». Ici, Pérusse part du mot « thérapie » puis trouve une façon de dire « t’aurais pu ».

Et… pourquoi c’est bon?

Bon, c’est pas parce que vous connaissez maintenant les différents types de jeux de mots que ça vous oblige à les aimer. Mais à ça, moi je réponds : vous boudez votre plaisir. 

Un bon jeu de mots, bien réfléchi, c’est toujours efficace. Essayez donc! La seule règle : ne pas en être trop fier. Lorsqu’on fait un bon jeu de mots, il suffit simplement de le lancer et de prendre le rire. Ne commencez pas à courir en rond en demandant des high five à tous vos collègues. ET SURTOUT, ne le répétez pas sans cesse.

Un mauvais jeu de mots, c’est encore meilleur

Ici, je parle d’un mauvais jeu de mot volontaire. Pas celui que votre père fait en commandant au restaurant ou celui de votre oncle qui demande « en forme de quoi? » Un jeu de mots qui se veut mauvais, en devient un excellent. Conseil : dites-le d’une manière trop enthousiaste en poussant un petit rire exagéré. Vous aurez le rire de votre audience. ET SURTOUT, répétez-le. C’est le temps d’être trop fier de votre jeu de mots. Dans le cas d’un mauvais jeu de mots, vous ne pouvez pas prétendre avoir l’air intelligent; si vous le faites, vous serez détesté.

 

Une maîtrise de la langue

Jouer avec les mots, c’est jouer avec leurs formes et leurs sens. C’est pour ça que c’est populaire dans le monde de la poésie, du slam et du rap. Je vous invite à aller revoir des textes de Marc Favreau et d’admirer sa façon de manier la langue française comme sol lui pouvait le faire.

Cependant, même en tant qu’amateur de jeu de mots, j’ai roulé des yeux plus d’une fois en lisant un menu de restaurant à déjeuner. Mais soyons honnêtes, c’est justement la réaction recherchée. Personne ne va bouder un restaurant ou une compagnie pour un mauvais jeu de mots, et en plus, ça dynamise la lecture. Eggscellent travail, restaurants à déjeuner.

Plaisir coupable

Il faut assumer que ça peut être un plaisir coupable. Je ne sais pas combien de fois j’ai joué à trouver des jeux de mots sur un thème donné avec des amis. « — OK, on fait des jeux de mots sur les voitures. – Kia la chance de commencer? – Fordrait faire un pile ou face – Je vais le faire, je ne sors jamais sans de la monnaie, Nissan mon cellulaire. » Du gros fun.

François Pérusse et compagnie

Pas besoin d’en dire plus. Il en a fait sa carrière et il est une légende du Québec. Je crois que personne n’aime plus les jeux de mots que François Pérusse.

Sauf peut-être Arnaud Soly…

Il se peut très bien que la finesse de cet art vous échappe et que mon hommage ne vous ait pas convaincu. Si c’était le cas, ben ce serait vraiment… d’hommage. Hin hin.

******

Les CPA sont de grands fans de jeux de mots. Ils ont voulu vous montrer leurs meilleurs exemples.

Pour voir d’autres jokes plates de CPA, cliquez ici!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Manon Grenier à la cantine

Manon mange à la cantine mexicaine avec sa «frennemy» Renée Drainville.

Dans le même esprit