Jean, asexuel

Jean, 35 ans, est tombé dans une potion anti-sexe quand il était petit. Bien qu’il soit intéressé par les femmes, la pénétration lui fait le même effet que Superman devant Normand L’amour.

 As-tu déjà fait l’amour? Oui, trois fois, mais je n’ai jamais été capable de bander et évidemment, je n’ai pas eu d’orgasme. C’est pas parce que t’es gai? Non. T’es sûr ? Absolument pas. J’aime les femmes et je n’ai jamais eu aucun doute là-dessus. La seule différence avec un gars hétéro, c’est que je suis asexuel. C’est quoi exactement? Il y a plusieurs définitions. Certains n’ont pas envie d’être en amour, d’autres ne veulent pas donner ou recevoir d’affection. Mais de façon générale, ça signifie qu’on n’éprouve aucun désir d’avoir des relations sexuelles. Dans mon cas, par exemple, ça veut dire que je n’ai pas le goût de pénétrer une fille. Si j’étais toute nue devant toi et que je te disais que je voulais coucher avec toi, tu me repousserais ? Ouais. Ça me laisserait complètement froid. Pire, ça me dégoûterait! Ça te dégoûterait? Je trouve que le vagin ressemble à une plaie ouverte et ça m’empêche de bander. La seule chose qui m’excite, ça peut paraître étrange, mais c’est d’imaginer deux femmes en costume de super-héros en train de se battre. Un peu comme des chats. Ok… comment ça? Quand j’étais jeune, j’étais introverti et je n’avais pas beaucoup d’amis. Pour m’occuper, je lisais des bandes-dessinées dans lesquelles des super-héros se battaient. C’est à cette époque-là que j’ai eu mes premiers désirs sexuels et ça n’a jamais évolué. Aujourd’hui, c’est mon fétiche. T’arrive-t-il de te masturber ? Oui, mais ma seule façon d’atteindre l’orgasme, c’est en consultant des sites où je peux voir des filles en train de se battre. Est-ce que ça te dérange de ne pas avoir envie de sexe comme tout le monde? C’est sûr que c’est difficile pour un asexuel de vivre dans une ville comme Montréal : c’est un endroit sexy, où les gens sont tellement hédonistes! Mais, en vérité, ça me dérange plus ou moins de ne pas avoir le goût de la pénétration. La seule raison pour laquelle j’aimerais en avoir envie, c’est parce que je voudrais fonder une famille. Penses-tu que ça pourrait arriver un jour? Être asexuel, ce n’est pas une maladie. Par contre, je pourrais peut-être guérir ma phobie du vagin si j’apprenais à l’apprivoiser. Mais je sais que je n’aurai jamais le même genre de désir que la plupart des hommes. C’est pour ça que je me dis que je serais plus heureux en couple avec une femme asexuelle. On s’aimerait à notre façon. On se sentirait tous les deux moins seuls.

Du même auteur