PORTRAITS DE MONTRÉAL

« Je commence à voir un avenir ici, même si le Salvador sera toujours ma première maison. »

Nous arpentons les rues de notre ville, à la rencontre des Montréalais et de leurs histoires.

« On est sœurs et on a une très belle relation. Moi je vis à Montréal depuis quelque temps et ma soeur en France. Étonnement la distance nous a rapprochées. On se parle beaucoup, je n’ai pas l’impression qu’elle est si loin, à part ces fameux 6h de décalage. Cette distance qui s’est mise entre nous n’est vraiment pas mal vécue. On reste heureuses chacune de notre côté et c’est le principal. Pour l’instant, je ne trouve pas que partir vivre à l’étranger ait changé quelque chose en moi, je n’ai pas encore assez de recul pour le dire et de façon générale j’ai un peu du mal avec l’introspection. Je dirais que tout le monde était content pour moi quand j’ai eu ce projet. En France, après avoir arrêté mes études, j’ai dû retourner vivre chez mes parents, alors j’ai eu l’impression de faire un pas en arrière. Partir ça a été un beau projet en 2018. Et pour 2019, on se souhaite simplement d’être heureuses, de faire ce qu’on veut, et de réussir nos projets. »

« Je suis née à Nitra, en Slovaquie, en 1939. Mon père était PDG de la raffinerie de sucre du coin. Nous avions une cuisinière, Tonka, elle était catholique, elle était dans notre famille depuis 1928 et elle m’aimait beaucoup. Pendant l’été 1943, mes parents nous ont envoyées, Tonka et moi, dans son village natal.

Mes parents avaient acheté un terrain et y avaient construit un abri sous-terrain ; quand les choses ont commencé à mal tourner, ils y ont secrètement emménagé, avec un autre couple, et les parents de ma mère. Mon grand-père avait des problèmes cardiaques, il ne pouvait pas rester dans un espace clos, donc il est sorti prendre une marche. Les Allemands l’ont arrêté, torturé, et ils ont emmené tout le monde.

Moi je vivais avec Tonka et son frère; la famille de Tonka savait que j’étais juive, mais je ne pense pas que les autres au village le savaient. Je portais une grosse croix autour du cou et allais à l’église tous les dimanches. Tous les jours, un jeune garçon avec un chapeau et un manteau rouge apparaissait avec un tambour devant l’église et annonçait les nouvelles. Avant et après les nouvelles, il prévenait que quiconque cachait des juifs serait tué, ainsi que leur famille, et les juifs.

Un jour j’étais dehors dans la cours et le fils du voisin a commencé à me courir après, en criant ‘Sale juive !’ Tonka et sa mère ont eu tellement peur qu’elles m’ont enfermée dans une chambre pendant plusieurs jours. Quelque jours plus tard, Tonka et moi somme parties à travers champs en direction du village où vivait son fiancé. Nous marchions la nuit et dormions le jour, dans les bottes de foin. Nous sommes restées avec la famille de son fiancé jusqu’à la fin de la guerre.

Nous somme retournées chez la mère de Tonka et avons attendu des nouvelles qui ne sont jamais arrivées. Un jour elle a décidé de rentrer à Nitra pour savoir ce qu’il s’était passé. Je n’oublierai jamais cette journée-là. Alors qu’on marchait dans la rue, une connaissance a dit à Tonka que mes parents étaient morts. Je me souviens avoir arraché ma main de la sienne et commencé à courir le long de la rue. Finalement, quelqu’un m’a attrapée et m’a ramenée à elle.

La sœur de mon père, Manyi, est revenue de Bergen-Belsen en pensant que nous allions tous bien. On lui a raconté ce qu’il s’était passé, que je vivais chez Tonka, dans son village. Elle est venue me rendre visite puis est partie en Hongrie où sa sœur Rozi était revenue de Auschwitz. Un dimanche, nous somme rentrées de l’église, Tonka était dans la cuisine quand une belle, grosse voiture, s’est arrêtée devant la maison. Je me suis cachée derrière sa jupe et mise à pleurer. Une femme bien habillée est entrée ; c’était ma tante Rozi. Elle m’a dit qu’elle m’emmenait faire un tour et que nous serions vite de retour. Je suis montée dans la voiture, on s’en est allées. Je n’ai revue Tonka que lorsqu’elle m’a rendue visite en Hongrie en 1951. »

Témoignage de Daisy Gross, au Musée de l’Holocauste Montréal

« Je reviens de Paris ! J’ai eu 80 ans et mon fils m’a emmené en voyage à Paris pour ma fête. C’est lui qui a vu ce manteau dans une vitrine, il m’a dit que Vivienne Westwood était une grande designer alors on est rentrés l’essayer. Et comme c’est unisex, il pourra le récupérer quand je ne serai plus là. »

[1/2] « Pendant quatre ans, j’ai voyagé entre Montréal et le Salvador pour le travail. Et pendant mon dernier voyage, j’étais enceinte. C’était une grossesse normale, personne ne m’a posé de question quand je suis arrivée, mais pour retourner dans mon pays, la compagnie aérienne m’a demandé une attestation de santé. Ça m’a pris du temps de trouver un médecin qui serait d’accord pour me la donner, parce qu’ils me disaient tous qu’ils devaient être recommandés par un médecin de famille. Et quand un médecin a finalement fait une échographie, elle a vu que le bébé était en position du siège et que je devrais accoucher par césarienne. J’avais un peu d’économies, mais je ne savais pas combien tout ça allait coûter. Ça s’est bien passé, mon bébé allait bien, mais l’anesthésiste, sachant que je n’avais pas d’assurance, m’a demandé dès qu’on est sortis de la salle d’opération de payer. Je l’ai fait, avec l’aide de ma mère qui a pu venir et on est allées chez des amis de ma grand-mère. Dès le début, mon bébé était vraiment fatigué. Tous les jours, elle dormait de plus en plus. Le sixième jour, elle ne s’est même pas réveillée pour manger. J’ai appelé le 811 et suis allée directement aux urgences les plus proches. Ils ont fait beaucoup de tests, tout semblait normal, ils l’ont hydratée, mais elle ne se réveillait toujours pas. Ils étaient sur le point de la renvoyer, mais un médecin a dit qu’elle devrait rester et a appelé l’équipe de génétique pour faire un test spécifique. Un acide aminé était trop élevé et pouvait causer des dommages au cerveau, et elle pouvait éventuellement en mourir ; alors ils l’ont emmenée en hémodialyse pour nettoyer son sang. C’était terrible de voir mon petit bébé connecté à une machine pendant des heures. Puis deux médecins se sont approchés de moi et m’ont dit qu’elle avait la maladie du sirop d’érable. J’étais au Canada et j’ai pensé ‘Quel genre de blague on me fait ?’, mais ils ne rigolaient pas. »

[2/2] « Ils m’ont dit qu’elle ne se développerait pas normalement, qu’elle aurait besoin d’aide toute sa vie. Ils ne savaient même pas si elle marcherait. À un moment donné, je ne les écoutais même plus. Avoir mon premier bébé, en dehors de mon pays, en dehors de ma zone de confort, c’était terrible. Mais j’étais reconnaissante qu’elle soit en vie, reconnaissante qu’ils aient découvert ce qu’elle avait, parce qu’au Salvador, elle ne serait probablement plus avec nous. Elle est née canadienne et j’étais toujours avec un visa de visiteur, sans assurance. J’ai donc continué à travailler pour la même entreprise depuis chez moi, avec des responsabilités différentes, tout en prenant soin d’elle entre les traitements, en essayant de dormir un peu. Puis une assistante sociale de l’hôpital m’a aidé à trouver une solution avec la comptabilité. Et une avocate bénévole m’a aidé à obtenir ma résidence permanente pour motif humanitaire juste avant Noël. Toute l’équipe est incroyable ici. Florencita a maintenant 14 mois. Elle marche, elle est heureuse, elle sourit à tout le monde. La vie est un challenge, mais je suis bénie. Je commence à voir un avenir ici, même si le Salvador sera toujours ma première maison. »

« À chaque matin depuis quelques mois, je laisse un petit dessin sur un post-it dans le lunch de mon fils de cinq ans. Au début du diner, une petite foule d’enfants se forme autour de lui à l’école pour voir le dessin du jour. Il trippe au bout, pis en rentrant le soir à la maison, il l’ajoute à sa collection. Il aime s’assoir avec moi pour dessiner. Pour l’instant il me copie beaucoup, mais je vois les mêmes traits, les mêmes détails que je mets dans mes dessins. Et le voir être capable de communiquer à travers, et d’avoir du plaisir, c’est vraiment le fun. L’art c’est une autre façon de communiquer nos émotions. Et le dessin c’est une passion pour moi depuis que je suis tout jeune. Au début, mes parents ne m’ont pas supporté dans cette voie. Ils s’inquiétaient de mes résultats à l’école, et voulaient un métier plus traditionnel pour moi. Du côté de ma mère, ce sont tous des artistes, mais mon père qui venait d’un milieu plus modeste avait travaillé tous les étés pour se payer l’université. Il avait beaucoup travaillé pour réussir, et pour lui la passion n’était pas importante. Ce sont mes profs au secondaire qui ont réussi à les convaincre que c’était un domaine plein d’opportunités. Et quand mon père a vu la première série TV avec mon nom dans les crédits, il a pleuré ; il a compris que je serais correct. Aujourd’hui, quand je parle avec des jeunes dans les écoles, c’est ce message que j’essaie de donner. Même si nos parents ont parfois peur pour nous, il faut mettre les efforts pour suivre nos rêves. »

« Il y a quelques mois, j’ai commencé une maîtrise en enseignement et j’ai vraiment trouvé ma place. C’est plate de dire que t’es plus faite pour étudier que travailler, mais j’adore apprendre et j’ai trouvé l’endroit où les gens me ressemblent le plus. Ça faisait plusieurs années que je cherchais ça. Tout le monde a des passions, des choses qu’ils veulent faire depuis qu’ils sont jeunes, mais moi non. Surtout en enseignement, c’est le métier que l’on entend le plus être une vocation. Moi je voulais faire quelque chose de super prestigieux, mais je n’ai pas eu les notes suffisantes au Cégep alors j’ai appliqué dans dix programmes différents qui me plaisaient et je me suis dit que j’allais choisir au hasard. Tout m’intéressait. J’ai fait plus de 40 jobs différents et celui que j’ai le plus aimé, c’était avec les enfants. J’ai retiré tous les facteurs de paie et de prestige et c’est avec les enfants que j’ai eu envie de passer la journée. Aujourd’hui, je peux dire que j’adore ce travail, mais que je déteste nos conditions. Ce n’est vraiment pas simple d’être enseignants, avec le grand nombre d’élèves qu’on a. Je ne sais pas si je ferais ça toute ma vie ; j’aime changer, j’aime la flexibilité des études et des emplois à côté. Peut-être qu’un jour j’aurais d’autres responsabilités et je ne pourrais plus changer autant de travail. Mais pour l’instant, j’adore ce changement, et j’adore apprendre. »

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Je ne savais même pas ce que c’était le moment présent

Nous arpentons les rues de notre ville, à la rencontre des Montréalais et de leurs histoires.

Dans le même esprit