J’ai peur de puer

Entre autres choses… Soyons honnêtes : j’ai aussi peur des chenilles, des pénis d’animaux, du tissu duquel sont faites les mitaines Kombi, de Lady Gaga… Je sais pas, j’ai toujours l’impression de regarder un cauchemar de Elton John qui fait de la fièvre…

Mais principalement, j’ai peur de puer, beaucoup.

En fait, j’ai tellement peur de puer qu’il arrive des fois où superironiquement mon impression fictive de puer me pousse à transpirer plus et officiellement à puer de façon empirique, ça devient très agressivement méta mon affaire.

Je transpire beaucoup, mais BEAUCOUP de chez “ronds mouillés de la taille d’une soucoupe du service à thé de Shaquille O’Neal en dessous des bras après huit minutes”. L’été quand je porte un chandail blanc, on dirait que deux géants ont botché leurs cigarettes sous mes bras.

J’ai essayé l’antisudo, mais je sais pas, on m’a dit que ce truc bloquait les pores des tes aisselles avec tes propres toxines et que ça donnait le cancer, ou un truc du genre… En même temps, les Mr. Freeze bleu donnent le cancer aussi… Le fait est simplement que je ne peux pas me permettre statistiquement de prendre une chance de développer un cancer par peur de sentir mauvais. Les statistiques sont rarement de mon côté.

En plus, il y a quelque chose avec le principe de l’antisudorifique (boucher les glandes sudorifères pour éviter les odeurs) qui me met immédiatement en tête des images du Siècle des lumières, l’époque où personne ne prenait de bain et les gens ne faisaient qu’accumuler couche après couche de parfum et de poudre à base de plomb pour avoir la peau blanche, mais personne était vraiment au courant à quel point c’était toxique, donc tout le monde se tuait lentement à la place de se laver… Par contre, c’était également l’époque où les femmes avaient des seins très surélevés… Mais les années de l’invention de la guillotine aussi… Mais les années où Jack Sparrow aurait techniquement existé… Lui, par contre, ses cheveux ne pouvaient pas sentir super bons…

Bon je suis ambivalent sur le Siècle des lumières maintenant!

J’ai peur d’avoir mauvaise haleine aussi! Des fois à cause du travail, il m’arrive de sauter des repas et là je me retrouve avec des reflux gastriques qui donnent une haleine de buveur compulsif d’eau d’égout médiéval. Avoir mauvaise haleine, c’est le truc le plus terrifiant qui existe, parce que contrairement à la transpiration tu ne peux jamais le sentir. Oui, je sais qu’il existe un truc où tu t’enfonces un doigt dans la gorge pour ensuite humer ta propre salive et avoir un bon compte rendu d’à quel point ça sent 1430, mais soyons honnêtes, le test est encore plus dégueu à regarder que le fait de puer de la bouche, donc c’est non.

Sentir mes doigts qui puent, je ne ferai pas ça sur une date. Naturellement, la gomme, ça ne fonctionne pas vraiment, à moins de privilégier une haleine de plancher d’écurie sur lequel on aurait saupoudré de la menthe. Le rince-bouche… Qui trimbale du rince-bouche hors de la maison? Seule option envisageable : trainer un kit dentifrice/brosse à dents dans son sac en tout temps. Je me suis acheté un sac à main pour hommes récemment.

Sérieusement, ce truc fait des miracles pour les gens qui, comme moi, privilégient ne pas s’assoir avec le cul à 45 degrés pour cause de gros criss de portefeuille plein de cartes et de factures non classées. Donc, en plus d’être un homme avec un sac à main, je suis maintenant un homme avec sac à main et kit de brossage de dents en tout temps, c’est un miracle que j’aie réussi à survivre au tsunami de relations sexuelles…

Mais vaux mieux ça que puer de la bouche.Je préfère être célibataire pour cause de flagrant délit de manpurse à “ta bouche sent tellement mauvais que j’aurais plus de plaisir à respirer de l’air frais qu’avoir un orgasme”. C’est dur sur une estime personnelle ça.

Non c’est faux, il existe encore une pire façon de puer.

J’ai une peur maladive de sentir mauvais du pénis. Puer génitalement, c’est salement rock ‘n roll à encaisser, parce qu’il n’y a qu’une seule façon de s’en rendre compte, dans les yeux de la personne avec qui tu couches. Une espèce d’expression pleine de tristesse et de colère en même temps, qui a tout l’air de dire “je te faisais suffisamment confiance pour mettre ça dans ma bouche, maintenant tes organes génitaux sont officiellement en train de me causer du déplaisir, chapeau”.

Non, je ne vivrai pas ça.

Par contre, maudit que ça pue facilement un pénis. Ce truc doit être lavé frénétiquement comme si c’était les plaies d’un lépreux. D’ailleurs, j’ai déjà entendu parler d’une condition héréditaire qui te fait sentir la viande pourrie peu importe à quel point tu te laves, EN TOUT TEMPS. Puer génétiquement! À ce qui parait, même ton sang pue! Puer jusqu’à sa mort, seigneur, c’est la chose la plus terrifiante qui existe… Passer chaque jour de ta vie à savoir que peu importe à quel point tu as une belle personnalité, les gens, non seulement ne se rapprocheront jamais de toi, vont ressentir du dégoût en ta compagnie, peu importe à quel point ils t’aiment. C’est… C’est pire que la mort, je crois.

Est-ce que je me mouille sérieusement en affirmant que puer c’est pire que la mort? C’est certainement pire qu’être laid par contre! Une personne laide a toujours la possibilité d’être séduisante d’une autre façon… Je ne pense pas qu’il existe une forme de charme capable de supplanter une mauvaise odeur par contre. James Bond qui pue… À quel point être suave peut te sortir de situations embarrassantes? Vous ne coucheriez pas avec James Bond qui pue, personne ne coucherait avec James Bond qui pue… James Bond qui pue… Ce personnage m’amuse beaucoup, désolé.

Je sais pas trop comment finir ce billet…

C’était pas vraiment un argumentaire de quoi que ce soit, j’ai pas à vous convaincre que c’est pas le fun quand ça pue. Je crois que j’avais simplement un profond besoin de verbaliser ma peur viscérale d’être un vecteur de puanteur. J’imagine que ça me vient du fait que j’ai déjà des problèmes assez notoires à faire une bonne impression chez les gens, si en plus il faut se mettre à rajouter des odeurs corporelles déplaisantes à tout ça, je ne suis pas sorti de l’auberge.

C’est tout, il n’y a pas de morale… Lavez-vous, j’imagine…

Pour lire un autre texte de Charles Beauchesne : “Mon ex, je t’aime”

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up