J’ai essayé de larguer une bombe atomique sur Montréal

Bon. C’est fait. Donald Trump sera le 45e président des États-Unis. Bleh.

Ma face jusqu’en 2020 :

Même si je ne suis pas de nature parano, je dois avouer que j’éprouve une certaine crainte quand je pense que l’homme le plus puissant du monde sera bientôt celui-là même qui trouvait que c’était une bonne idée de lancer une business de steaks à son nom qui ne seraient vendus que par magazine.

Make America Steak Again.

Situation hypothétique où Donald Trump se pointe avec son idée lors d’un tournage de l’émission Dans l’œil du dragon :

TOUS LES DRAGONS EN CHŒUR : “Je passe.”

(Pour votre info, le projet a été abandonné après deux mois, faute de ventes.)

Je parle de cette entreprise et ce n’est que la pointe de l’iceberg de l’imbécilité de Trump. Voilà ce qui me fait peur. Parce qu’à la limite, je trouvais ça drôle de le voir faire le clown à la télé en criant des “YOU’RE FIRED” par-ci par-là; pas mal moins qu’on lui donne les clés de la Maison-Blanche.

Tout ça pour dire que oui, je suis un peu stressé en pensant à tout ce qu’il scrappera pendant 4 ans.

Justement, en parlant de scrapper des affaires, mettons qu’on s’imagine un scénario catastrophe dans lequel président Trump déciderait d’envoyer une bombe atomique sur Montréal parce que Mike Ward a fait une joke sur ses petites mains sur Twitter, quels seraient les dommages?

“Pourquoi est-ce qu’il ferait ça?”, me direz-vous. “Parce qu’il a déjà vendu des steaks dans un magazine”, vous rappellerais-je.

Make Steak Great Again.

NUKEMAP, le site qui te jase du nucléaire

Pour assouvir ma soif paranoïaque, j’ai visité le site NUKEMAP, créé par Alex Wellerstein, un historien spécialisé en science, plus particulièrement en histoire des armes nucléaires.

Ce site renferme une section blogue qui contient de nombreux articles faisant état de plusieurs faits très intéressants sur le nucléaire. L’article le plus récent ‘The President and the bomb’ nous apprend d’ailleurs que le président des États-Unis n’a besoin d’aucune approbation pour déclencher une guerre nucléaire.

Il n’a qu’à donner l’ordre et le tour est joué : babye, endroit quelconque!

La logique expliquant cette façon de faire est que le président, et seulement le président, soit assuré de pouvoir lancer une bombe nucléaire quand bon lui semble et donc, de lui donner du pouvoir, pas de lui en enlever.

Ça y est, j’ai encore plus la chienne. Merci, Alex.

La section “simulation” du site est certainement celle qui est la plus visitée avec un total de plus de 91 millions d’interactions depuis sa mise en ligne en 2012. Celle-ci nous permet de connaitre les conséquences d’un impact nucléaire en termes de victimes, de blessés et autres.

“DETONATE”

Pour les besoins de l’exercice, j’ai choisi le centre-ville de Montréal comme cible d’une potentielle attaque du président au teint orangé ainsi que la bombe la plus puissante parmi tous les choix disponibles, soit un engin de 100 mégatonnes. (Donald Trump ne niaise pas quand on rit de ses petits doigts.)

Après avoir cliqué sur “DETONATE”, voici ce que ça donne sur la carte :

Les conséquences

Un tel impact ferait plus de 2,4 millions de victimes et 1,5 million de blessés. L’explosion se ferait sur un rayon de 6,1 km (le petit cercle orange au milieu) dans lequel tout le monde ou à-peu-près serait tué instantanément; l’onde de choc, sur un rayon de 32,6 km (le cercle gris) dans lequel la plupart des édifices s’écrouleraient, ce qui causerait des milliers de morts et de blessés; et la radiation thermale, sur un rayon de 73,7 km (le cercle orange pâle) dans lequel les gens seraient brûlés au troisième degré.

 Ma réaction (si on remplace le visage épeurant par la carte et le motif de drapeau américain du pyjama par Sharky et Georges, les privés de la mer) :

Le seul point positif, s’il faut en trouver un, c’est l’anéantissement de tous les cônes orange sur l’île de Montréal.

Conclusion

Fait que c’est ça. Allez pas visiter le site si vos nerfs sont pas très solides. Je vous aurai prévenu.

Ah oui, message à Mike Ward : merci de ne pas faire de jokes sur les petites mains de Donald Trump. On sait jamais. Ma paranoïa te remercie.

Pour lire un autre article de Philippe Côté-Giguère: « J’ai essayé d’envoyer ma liste d’épicerie, (ou une dick pic) cryptée en utilisant signal. »

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Lettre à Francine Pelletier : les femmes trans méritent le même respect – et la même rigueur journalistique – que les autres

Réponse à la chronique de Francine Pelletier du 11 décembre dernier dans le Devoir.

Dans le même esprit