ScreenRant

J’ai donné un lift à Poison Ivy pour visiter le Comiccon de Québec

Comment le Comiccon de Québec se compare-t-il à celui de Montréal ?

URBANIA et Communauto s’associent afin de vous rappeler qu’on n’a pas besoin d’être propriétaire d’une voiture pour découvrir les activités offertes à travers le Québec.

Je me considère comme un gros nerd. Au primaire, je faisais rire de moi avec ma casquette de Super Mario Kart. Au secondaire, on se moquait de ma casquette WWF. Depuis plusieurs années, les nerds sont maintenant acceptés. Nos superhéros d’enfance dominent le box-office au cinéma, une industrie maintenant surpassée par celles des jeux vidéos.

C’est pourquoi j’aime toujours faire mon tour annuel au Comiccon de Montréal chaque année. Mais comme j’étais occupé à animer un panel sur les jeux vidéos indépendants cette année, je n’ai pas eu le temps d’en profiter.

J’ai donc décidé d’aller faire un tour au Comiccon de Québec!

De drag queen à cosplayeuse

J’ai demandé à la dragqueen Wendy Warhol de m’accompagner. Je me disais que celle qui a avait déjà incarné Jessica Rabbit pourrait tenter le cosplay.

Elle a opté pour le personnage de DC Comics, Poison Ivy, qui est une botaniste devenue écoterroriste alors que la société malmène la nature.

Maintenant mariée avec Harley Quinn, nous avons fait le tour du Palais Des Congrès De Québec afin de prendre une photo des deux amoureuses ensemble.

Au final, les codes de maquillage de la drag et du cosplay ne sont pas les mêmes. Elle me confie : « Je suis habituée à me faire du makeup pour un shooting photo ou pour la scène. C’est inhabituel de me promener au grand jour sous l’éclairage de néons super puissants. Je ne pense pas mettre ce look sur mon compte Instagram. »

Autre chose à noter pour les amateurs de la costumade, les Comiccon impliquent beaucoup de déplacements à pieds. Prendre un personnage qui porte des talons hauts n’est pas toujours optimal pour les pieds.

Très actuel

Il y a une époque où les modes naissaient en Europe, atterrissaient à New York quelques mois plus tard, arrivaient à Toronto par la suite et des années plus tard émergeaient à Montréal pour ensuite aboutir à Québec.

Ça n’a jamais été vraiment le cas pour les geeks qui ont toujours utilisé la technologie pour rester à l’affut des nouveautés mondiales. C’est pour ça que j’ai été SUPER heureux de croiser ce cosplay plus que réussi de Connor de l’excellent Detroit : Become Human qui vient tout juste de sortir.

Parenthèse: c’est très difficile pour moi en ce moment de continuer de vous parler du Comiccon et de ne pas embarquer sur une longue tirade d’amour envers Detroit : Become Human.

Orienté vers les enfants

Le Comiccon de Québec est davantage orienté vers les enfants que celui de Montréal. Celui de Montréal a des airs d’un grand bazar où il faut être assez grand pour pouvoir admirer tous les objets en vente sur les kiosques.

À Québec, toute la famille y trouve son compte. Les enfants ont même des énormes jeux gonflables dans une section où le reste des adultes n’entendront pas les cries stridents des jeunes excités.

Inclusif

Les nerds, on est une gang inclusive qui accueille tout le monde, généralement. On le sait c’est quoi être tout seul dans la cour d’école à vouloir discuter de la fin de Mass Effect.

Ça fait en sorte que vous pouvez être un Sailor Moon même si vous êtes un homme ou un Captain America si vous portez une bedaine. Je trouve ça beau de voir des gens interpréter des personnages qui les ont marqués.

L’absence complète de furries m’a surpris.

Une petite place aux artistes

Alors qu’on peut acheter des bébelles à l’effigie de nos franchises geeks préférées, quelques artistes locaux viennent exposer leurs oeuvres.

Plus modeste

Le Comiccon de Québec est significativement plus petit que celui de Montréal. La liste des personnalités reçues est limitée. Le nombre de kiosques est une petite fraction de son homologue où je suis habitué d’y passer une journée complète. On fait le tour assez rapidement ici.

Mais ce n’est pas grave. Tant qu’il y a un endroit pour célébrer notre geekness et porter les casquettes de notre choix, je suis heureux.

**********

Pour une escapade d’un weekend à Québec ou ailleurs, c’est vraiment facile de s’organiser avec Communauto! Découvrez-en plus en cliquant ici!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Le Canal Famille a 30 ans et on se souvient des meilleures émissions

Ça ne s’appelait pas l’«écran magique» pour rien!

Dans le même esprit