Illustrer la culture pop de Myspace à aujourd’hui

Entrevue avec l'illustrateur James Lynch.

Selon sa bio officielle, James Lynch est un artiste autodidacte qui s’amuse à dessiner et à sculpter des icônes de la culture pop des 50 dernières années. C’est aussi lui qui a créé l’affiche du film Les Scènes fortuites (de Guillaume Lambert). Il a même réalisé des oeuvres pour certaines séries sur Netflix et Amazon Prime.
Avec notre Sarah Bean nationale, il présente une expo à deux intitulée My Space: An exhibition by Sarah Bean and James Lynch, qui rend hommage aux figures emblématiques du début des années 2000 à aujourd’hui, le tout à travers des illustrations colorées, éclatées, drôles, irrévérencieuses et absurdes. Du bonbon pour milléniaux nostalgiques, quoi.


On a posé quelques questions à James à propos de l’époque Myspace, de sa passion pour les films cultes et leurs personnages, et de son art. Le genre d’artiste que vous auriez aimé avoir dans votre Top 8.

En quoi Myspace a été important dans ta vie?

Myspace m’a permis d’ouvrir mes horizons, dénicher des groupes comme The Teenagers et Justice et de connecter avec des gens qui sont encore des amis aujourd’hui.

Quelle chanson accueillerait les visiteurs sur ta page?

All my Friends de LCD Soundsystem. Une chanson qui représente pour moi la fin d’une époque pas si lointaine (indie rock revival des années 2000) et le meilleur concert que j’ai vu (LCD au Madison Square Garden pour leur ”dernier” show en 2011).

Serais-tu game de nous montrer une photo de toi au peak de ton époque Myspace?

Ouin…photo qui représente un peu trop bien 2004 à mon goût…allo eyeliner et teinture Belle Color couleur perle noire…

Qu’est-ce qui te manque le plus de Myspace?

La possibilité de découvrir pleins de bands en peu de click et d’héberger mes selfies de toilettes emo sans me faire juger… Qu’est-ce qui te fascine dans la culture populaire?
La possibilité de découvrir des perspectives différentes qui parlent à plein de gens en même temps. De plus, la culture populaire me permet de rêver et décrocher du quotidien assez facilement.

Tes illustrations évoquent parfois une esthétique de “fan-portrait” avec des éléments absurdes. Qu’est-ce qui te pousse à choisir un personnage/personnalité à illustrer?
J’y vais vraiment avec mes goûts de culture pop du moment. Par contre, je laisse toujours place à mon instinct et à la spontanéité afin de créer quelque chose d’unique. De plus, un artiste comme Brandon Bird  est pour moi un influence vraiment importante quand je suis à la recherche d’inspiration.
Tu aimes beaucoup le cosplay de films cultes. C’est quoi pour toi un film culte?
Un film culte est pour moi une expérience cinématographique où tout clique dès le premier visionnement (musique, costumes, histoire, etc…). Récemment j’ai redécouvert I Heart Huckabees (2004) de David O. Russell et j’ai téléchargé la bande sonore, commencé à lire de la philo et me suis inspiré du look du personnage de Jason Schwartzman pour le travail. Ça te donne une idée…

Tu as rencontré beaucoup de vedettes dans ta vie, quelle rencontre a été la plus surréaliste pour toi?
Sans contredit Jeff Goldblum en mars 2017 à Los Angeles….imagine passer une soirée complète en sa compagnie où il te fait des compliments sur tes vêtements, te parle du fait qu’il ne tue pas de mouche car c’est contre ses principes, et chante du jazz. En bonus, il y avait même Ron Jeremy lors de cette soirée, mais ça ce n’est pas aussi glamour!

Aimerais-tu pousser l’illustration vers d’autres projets, comme la bande dessinée ou le cinéma d’animation?
J’aimerais organiser des expositions de groupe avec des thématiques de culture populaire comme à la Gallery 1988 à Los Angeles. En primeur, ma prochaine expo en 2019 aurait comme thème The Office. Sinon, j’aimerais continuer à décrocher des contrats pour faire des illustration pour des décors, comme j’ai eu la chance de le faire pour la série G.L.O.W. de Netflix.

Qu’est-ce qui vous a réunis dans vos styles respectifs, Sarah et toi? Qu’est-ce qui vous distinguent l’un de l’autre?
Ce qui m’a interpellé de l’art de Sarah c’est la juxtaposition entre son sens de l’humour et des personnages iconiques, je trouve que mon esthétisme est très similaire. Sinon notre grande différence est dans la technique, elle utilise un tablette numérique et moi du papier et des crayons pour créer.

Le vernissage de l’exposition a lieu ce soir à 18h à la Galerie Parfois. L’évènement Facebook est juste ici.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Travail de VJ : combiner son et mouvement

Entrevue avec Benoît Piccolini, VJ et grand mélomane.

Dans le même esprit