Hommage à Luke Perry, le Dylan aux yeux doux de Beverly Hills 90210

Au milieu du Guatemala, Mélanie Leblanc revisite ses souvenirs d'adolescente.

Il avait les yeux si doux.

On est dans le fin fond du trou du monde. Bref, au Guatemala. On vient de quitter le Lac Atitlan. Le GPS propose deux routes, on choisit celle de droite. Évidemment que c’est la pire. Des trous de la grosseur du truck. Notre pire route depuis deux mois. Le truck se met à faire des bruits inconnus, j’ai peur, je suis stressée pis j’ai pu de réseau. FUCK. Et là, entre trois trous et quatre courbes dangereuses, mon cell pogne, j’imagine, une « barre » de réseau. La barre fatale. La barre qui met permet de lire cette notification qui pop random sur mon cell : Luke Perry est mort. « NOOONNN » que je lâche, les yeux dans l’eau. Mon chum capote, il pense que j’ai la chienne à cause de la route « Prends pas ça d’même babe, ça va aller tu vas voir! » Je ne suis plus au Guatemala. Je suis à Joliette, j’ai 14 ans et je regarde Beverly Hills 90210. Mon amour de jeunesse est mort. MORT.

Des yeux comme une étreinte

Il avait ce regard. Des yeux si doux. Je savais bien qu’il était plus vieux que nous (avec sa calvitie prématurée, ça faisait mature) et surtout beaucoup trop vieux (dans la vraie vie) pour sortir avec des filles du secondaire. C’est sans doute ce qui le rendait si sexy, sa façon de regarder les filles. Un regard tendre, rassurant, l’air de dire « T’en fais pas, jeune fille, ça va aller ». Pas une « jeune fille » de vieux cochon #metoo, un « jeune fille » d’ange gardien. Quelqu’un qui veillerait toujours sur cette « jeune fille », un ange gardien avec un petit « aaggghhh » sexe dans le sourire. Mais pas un « aggghhh » sexe crosseur. Un « aaggghhh » sexe tendre.

Je rêvais de rencontrer un gars qui me regarderait comme il regardait Brenda. Et Kelly. Et Kelly et Brenda, dépendamment des saisons de « Bev ».

Vous l’aurez compris, Luke Perry, c’ÉTAIT Dylan. Et sa Porsche. Et son t-shirt blanc rentré dans ses jeans, en dessous de sa veste de cuir. Je rêvais de rencontrer un gars qui me regarderait comme il regardait Brenda. Et Kelly. Et Kelly et Brenda, dépendamment des saisons de « Bev ». Tous ces souvenirs me sont revenus en pleine gueule, je me suis retournée vers mon chum pour lui raconter mon émoi.

Et en ce 4 mars 2019, j’ai réalisé qu’il me regardait avec ce même regard doux. Il n’en a rien à balancer de Luke Perry, mais il comprend. Il ne le sait pas encore (il l’apprendra au moment de lire ces lignes), mais à notre retour vers la maison, au printemps, on va tellement aller faire un pèlerinage à Beverly Hills. Je vais nous trouver le plus beau tour guidé d’autobus quétaine qui nous amènera faire le tour des locations de tournage de la série. En souvenir de Luke, de Dylan et en hommage à mon cœur d’adolescente brisé.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up