Et si Jeff Filion cherchait à se faire renvoyer ?

La recap de la semaine : toutes sortes de nouveaux candidats électoraux et Trump qui fait (encore) des siennes.

Quand j’étais plus jeune, je ne comprenais pas comment les médias faisaient pour TOUT savoir ce qui se passait dans le monde. Genre, est-ce que Pierre Bruneau rentrait au bureau chaque matin, pis là il appelait ses amis dans chaque endroit du monde pour voir qu’est-ce qui se passait? « Salut Gilles, c’est-tu encore ben tranquille en Lithuanie? Parfait, tiens-moi au courant si y’arrive de quoi! »

Plus tard, j’ai découvert les fils de presse. À l’époque, c’était littéralement une espèce de fax qui leur envoyait les dépêches de partout sur le globe. Mais sûrement qu’ils ne faisaient pas juste croire ce qui était écrit sur le bout de papier, non?

Finalement, oui. Avez-vous vu comment ils peuvent faire 15 minutes aux nouvelles sur un tweet? Pensez-vous vraiment que c’était plus sérieux avant?

Une pluie de candidats

Quand on a su qu’on aurait au Québec des élections à date fixe, on se disait que ça éviterait que les gouvernements en place ne déclenchent les élections juste quand ça fait leur affaire. Maintenant, ce qu’on réalise, c’est que l’effet premier des élections à date fixe, c’est surtout que les élections durent maintenant 6 mois. Je vous rappelle que les élections ne devraient avoir lieu que le 1er octobre prochain, et pourtant, tous les partis (ou presque) ont présenté des candidats cette semaine.

Je dis ou presque, parce que du côté du Parti libéral, ce n’est pas un candidat qu’on a présenté, mais un président de campagne. En effet, l’ex-dragon (et actuel propriétaire d’une compagnie de taxis en retard) Alexandre Taillefer a annoncé qu’il serait président de la campagne du PLQ, parce que les valeurs progressistes de Philippe Couillard le rejoignent. C’est vrai que le salaire des médecins va encore progresser de 11,5 % d’ici 2023, j’imagine que c’est du progrès.

De leur côté, les péquistes ont annoncé la candidature de Michelle Blanc, experte en numérique et connue pour ne pas avoir la langue dans sa poche sur Twitter. Jean-François Lisée risque d’avoir les mains pleines alors que Mme Blanc a annoncé dans sa candidature : « Je vais grandement couper mon salaire et travailler 7 jours semaines et me faire chier avec des imbéciles qui me vomiront dessus à longueur de journée ». Un constat honnête, au moins.

La CAQ a annoncé la candidature de Marguerite Blais, ancienne ministre libérale qui avait annoncé sa retraite. À ce sens, elle est une anti-Gaétan Barrette; au lieu d’être passée de la CAQ au PLQ pour devenir ministre, c’est une ancienne ministre libérale qui passe à la CAQ. Et aussi, elle a l’air sympathique elle.

Sinon, QS a annoncé la candidature de Ruba Ghazal pour remplacer Amir Khadir. Une femme d’origine palestienne, environnementaliste, le grand gagnant dans tout ça c’est Richard Martineau, qui vient d’avoir du stock pour ses 50 prochains textes.

Jeff Fillion et les balles dans tête

Jeff Fillion a fait ce que Jeff Fillion fait d’habitude, c’est-à-dire dire des horreurs à la radio et être payé des montants complètement fous pour le faire. Cette semaine, il a suggéré que ceux pris à faire du grabuge lors des manifestations du G7 devraient recevoir une « balle entre les deux yeux ».

J’ai une théorie : Jeff Fillion n’a plus vraiment envie de faire de radio, mais il veut pas démissionner parce que le chômage, ça fait trop « gauchiss ». Fait qu’il fait exprès de dire les pires horreurs, en espérant se faire renvoyer. MAIS QUELQU’UN LE RÉEMBAUCHE À CHAQUE FOIS.

Je m’imagine bien une soirée chez les Fillion :

— Qu’est-ce qu’il y a mon amour?

— Je sais pu quoi faire mon me faire renvoyer, chérie.

— Tu pourrais rire d’une handicapée?

— Je l’ai déjà fait…

— Tu pourrais faire des jokes sexuelles tous les jours sur une animatrice?

— Je l’ai fait pis y’ont fait une manifestation pour me sauver.

— Ouin je sais ben pas.

— M’a appeler Éric Salvail, des fois qu’il a des trucs pour se faire renvoyer pour de bon…

Trump sabote l’entente iranienne

Ah Donald, ça faisait (vraiment pas assez) longtemps qu’on avait parlé de toi. Cette semaine, le président américain a annoncé son retrait de l’entente nucléaire avec l’Iran. Cette entente, prise avec l’Iran ainsi que la France, le Royaume-Uni, la Grande-Bretagne, la Russie et la Chine, prévoyait la levée des sanctions économiques envers l’Iran si le pays promettait de mettre fin à son programme nucléaire. Ce que le pays a fait.

Mais apparemment, ce n’était pas suffisant pour Donald, qui a décidé de reprendre les sanctions envers l’Iran, contre les vœux de tous les autres pays de l’entente. La question demeure : pourquoi? Pour certains, le président en a contre l’influence de l’Iran dans la région. D’ailleurs, Israël, très proche allié de Trump, dénonce constamment l’Iran et croit que le pays ment dans ses efforts de désarmement.

D’autres croient plutôt que Trump voulait mettre la hache dans l’un des plus gros accomplissements de l’administration Obama.

Moi, je pense qu’il a entendu dire que c’était une bonne idée aux nouvelles et il n’a pas pu s’empêcher de s’en mêler.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Pour en finir avec les commentaires islamophobes à l’endroit de la famille syrienne décimée

Louis T vous offre une arme de plus pour combattre l'islamophobie.

Dans le même esprit