Est-ce que c’est possible d’avoir l’air cool en dansant le hip-hop à 37 ans ?

URBANIA et Louise Lapierre Danse s'unissent pour vous donner envie de danser.

Quand j’étais petite, je passais beaucoup de temps seule dans ma chambre à danser devant mon miroir. Je créais des chorégraphies complexes (ben c’est ce que je croyais) sur des hits comme :

Une fois prête, j’allais chercher ma mère pour qu’elle vienne assister à ma présentation. Je l’invitais à s’asseoir sur mon lit, je pesais sur PLAY sur le tape à cassettes et je lui offrais ma plus sentie des performances. Elle m’applaudissait, m’embrassait et retournait à ses occupations, pendant que je me débriefais moi-même sur les choses à améliorer.

Il m’arrive souvent de tomber dans un vortex YouTube de vidéos de chorégraphies hip-hop. Ça m’arrive justement dans des moments où je dois «adulter» et que je tente de procrastiner sur mes responsabilités.

Au fil des ans, danser devant mon miroir seule dans ma chambre est devenu une habitude. À l’université, en pleine fin de session, il m’arrivait souvent de prendre une pause de rédaction pour aller me défouler sur deux ou trois tounes. Je n’avais plus de public, mais l’exercice me relaxait et me ventilait le cerveau.

Sauf que je me suis rendu compte que ça fait quelques années que j’ai arrêté de danser devant mon miroir. Je sais pas trop pourquoi. La fatigue? Les soucis? La vie d’adulte en général, qui nous engloutit dans le 9 à 5, les factures et les hypothèques sans qu’on s’en rende compte? Peut-être. Reste que l’envie est encore présente, puisqu’il m’arrive souvent de tomber dans un vortex YouTube de vidéos de chorégraphies hip-hop. Ça m’arrive justement dans des moments où je dois «adulter» et que je tente de procrastiner sur mes responsabilités.

Ce genre de vidéos me fascine et me remplit d’admiration.

Je vois ces filles bouger et je vois de la force, de l’attitude, de la fierté et surtout, de la grosse joie sale.

Jusqu’à dernièrement, je me disais qu’à l’aube de mes 38 ans, il était probablement trop tard pour que je puisse même tenter de danser comme elles. Je sais qu’en tant que féministe j’ai techniquement pas le droit de dire ça, que l’âge veut rien dire, que 38 ans c’est tellement pas vieux, que Beyoncé a 36 ans et Janet Jackson, 51 et qu’elles torchent de multiples culs. Mais bon, sue me.

En fait, j’aurais l’impression d’avoir l’air de ça, quelqu’un qui essaie tellement fort d’avoir l’air cool, pis qui a juste l’air un peu arrogant :

Cependant, comme on n’a jamais assez d’occasions de se sentir forte, fière, confiante et surtout joyeuse, j’ai décidé de me botter les fesses et de me prouver que j’étais capable d’être tout ça ET de bien danser sur du hip-hop.

Faque je me suis retrouvée un jeudi soir chez nous en train de faire une crise d’anxiété devant le choix de vêtements à porter pour mon premier cours de danse hip-hop à vie. Chez moi, l’anxiété de performance se traduit souvent par une recherche désespérée d’un look pour camoufler ladite anxiété. Je voulais surtout pas avoir l’air « déguisée en hip-hop ».

Je vous invite d’ailleurs à constater les dommages collatéraux de cette crise :

Fast forward dans le vestiaire de l’École de danse Louise Lapierre, cinq minutes avant le début du cours. Voyez comme la joie et la confiance me débordent de la dégaine.

Sur cette photo, je suis secrètement en train d’invoquer les âmes de Beyoncé et de Janet Jackson afin qu’elles m’apportent courage (et confiance en mon outfit).

Dans le couloir menant à la salle de danse, je croise ce laminé.

J’espère brièvement être aussi souriante qu’eux à la fin du cours.

Dans la salle, je suis contente de voir que la presque totalité des participants sont des femmes, des femmes de tous âges. Ça m’émeut. Ça m’en prend pas beaucoup, je sais.

Justin, le professeur, arrive avec un grand sourire et propose un petit réchauffement sur de la musique.

Le cours passe tellement vite que je ne me suis même pas rendu compte de ma transition de petit animal insécure à fille dégourdie qui aurait continué à danser encore une autre heure.

Jusque là, tout va bien. C’est juste un réchauffement, on suit ses mouvements, on se détend un peu. Puis, Justin commence à nous montrer une courte chorégraphie. Il est vraiment fin, vraiment patient. Au début tout le monde cafouille un peu, mais au fur et à mesure qu’on répète les mouvements, une certaine confiance s’installe. Les participantes se sourient entre elles. On est toutes au même niveau, personne n’est là pour se juger, tout le monde est là pour essayer quelque chose de nouveau, pour avoir du fun.

À la fin du cours, on fait la chorégraphie et on essaie toutes d’aller au-delà de l’exécution des mouvements pour interpréter un peu plus la musique (Tip Toe, de Jason Derulo, btw).

Le cours passe tellement vite que je ne me suis même pas rendu compte de ma transition de petit animal insécure à fille dégourdie qui aurait continué à danser encore une autre heure.

J’ai toutefois réalisé qu’au fond, je voulais pas nécessairement avoir l’air cool. Je voulais vraiment juste avoir du fun. Je me suis filmée avec Justin en train d’exécuter la chorégraphie et on peut voir que je suis encore un peu maladroite et coincée, que je suis pas foule sassy. Mais je pense qu’on peu voir que je m’amuse, non?

Bref, je sais que je ne serai jamais aussi hot que Beyoncé, Janet ou les filles des vidéos YouTube, pis c’est ben correct. Ce cours m’aura tout de même fait sentir que je pourrais moi aussi un jour afficher autant de force, de fierté, de confiance et de joie dans ma danse et ce, avec pas d’talent, avec pas d’jeunesse. Et c’est pas rien. Pis ça je trouve ça cool.

D’ailleurs, une fois revenue chez nous,  je me suis amusée à refaire la chorégraphie seule dans ma chambre, devant mon miroir. Pendant deux heures.

******************

J’ai suivi mon cours d’introduction à la danse hip-hop à l’école Louise Lapierre, sur le Plateau.

Ce n’est pas le seul type de cours disponible, il y a des cours pour enfants, adolescents et adultes et ça va du ballet au hip-hop en passant par la claquette et la danse contemporaine.

La prochaine session débute ce lundi le 8 janvier.

Il y aura aussi un cours d’essai à cette date, si vous voulez comme moi, tester avant de vous inscrire.

Les inscriptions prennent fin le 14 janvier.

Cliquez ici pour toutes les informations sur les cours, les horaires et les inscriptions.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up