Remstar

Entretien avec une sorcière

Diaboliques, extravagantes ou branchées, les sorcières sont assurément présentes dans l’imaginaire collectif et les médias. Dépeintes de façon plus ou moins flatteuse un peu partout, elles existent aussi en chair et en os parmi nous. J’ai eu la chance de discuter avec Robyn de chez Mélange Magique, qui pratique la magie à Montréal depuis 25 ans.

Avec philosophie, humour et conviction, elle a dressé pour nous le portrait de la sorcellerie contemporaine.

“Mon fils a 4 ans. Je n’essaie pas de le convertir à mes croyances. Mais l’autre jour, pour la millième fois, il a utilisé le mot ‘sorcière’ pour parler du ‘méchant’. Je lui ai dit : ‘Tu sais, Maman est une sorcière.'”

— Mais non, parce que tu n’es pas une méchante! Et tu n’as pas de balai!

— Tout le monde, sorcière ou pas, a le choix de devenir bon ou mauvais dans la vie… Et oui, j’ai un balai. Il est dans le placard de la cuisine.

Selon Robyn, la sorcellerie est une forme de spiritualité qui peut exister avec ou sans les sorts et les potions.

“Oui, les sorcières jettent des sorts. Elles font des rituels et des incantations. Mais quand on y pense, prier, allumer une bougie dans une église, en quoi c’est différent? Les gens prient leurs puissances divines et je prie les miennes. C’est ce que fait une sorcière moderne. La grande différence, c’est que nous ne sommes pas une religion organisée. Certaines personnes pratiquent la sorcellerie dans des covens, et d’autres la pratiquent individuellement. Il n’y a aucune hiérarchie religieuse centrale.”

URBANIA : Comment es-tu entrée en contact avec la sorcellerie?

Quand j’étais petite, j’avais une foi si profonde que je voulais devenir rabbin. J’ai demandé à mon rabbin comment étudier pour pouvoir consacrer ma vie à Dieu, mais il m’a dit que c’était impossible, car j’étais une fille. C’est ainsi qu’à 12 ans, j’ai déclaré qu’il se trompait et que j’allais trouver un moyen de me consacrer à ma foi.

J’ai alors découvert les religions païennes, au sein desquelles les femmes peuvent être prêtresses au même titre que les hommes et où les dieux et déesses sont également vénérés. En tant que sorcière, je suis hénothéiste, dans le sens que je perçois Dieu comme ayant de multiples visages. Il est unique à travers les religions, mais est représenté par de nombreuses divinités que chacun vénère différemment selon qui il est lui-même.

URBANIA : D’où vient la peur des sorcières?

La peur des sorcières vient traditionnellement des religions monothéistes qui craignaient de perdre des fidèles. Elle est aussi liée à la peur que les femmes s’émancipent. Certains hommes ne voulaient pas que le monde évolue et que la balance du pouvoir change. La plupart des personnes qui se sont fait exécuter pour sorcellerie dans le passé n’étaient même pas des sorcières. C’étaient en grande partie des femmes médecins ou propriétaires.

Par la suite, la peur des sorcières est venue d’un désir de trouver des raisons au mal. Il est plus facile d’accepter un malheur si on a un responsable à punir. Quelqu’un qui est visiblement différent de soi et qu’on ne parvient pas à comprendre deviendra commodément un bouc émissaire. Actuellement, en Amérique du Nord, les musulmans sont pointés du doigt. Les gens croient plus facilement que quelqu’un cache une bombe plutôt qu’à la magie. Mais cela dépend des époques et des régions du monde. Dans certains pays d’Amérique du Sud et d’Afrique, on condamne encore les gens à mort pour sorcellerie.

URBANIA : Peut-on dire qu’il y a de bonnes et de mauvaises sorcières?

Je suis active dans la communauté depuis 25 ans et la plupart d’entre nous sont de bonnes personnes qui ne voudraient jamais utiliser la magie pour faire le mal. Mais parfois, il y a des gens qui me contactent parce qu’ils voudraient que je jette un sort à leurs beaux-parents ou des choses comme ça. Ce ne sont pas des personnes qui comprennent la part spirituelle de la sorcellerie. Elles se fient à des légendes urbaines qui prétendent que les sorcières peuvent jeter des malédictions.

Robyn m’a assuré une dernière fois que la plupart des sorcières sont bien intentionnées, et nous avons raccroché. Personnellement, j’étais plutôt convaincue. Les sorciers et sorcières semblent former une société secrète vraiment ouverte et cool. Et puis, j’ai réalisé que je portais ce jour-là mes bobettes chanceuses.

Comme quoi, c’est vrai qu’on a tous besoin d’un peu de magie dans la vie.

Dans le cadre de la sortie du film La Sorcière dans lequel une jeune fille est accusée d’utiliser la magie noire, on s’est intéressé au phénomène et on a voulu en apprendre plus sur le monde de la sorcellerie afin de déconstruire les mythes et les légendes y étant liées. On a donc pris notre courage à deux mains (et caché notre chat noir) pour trouver une sorcière qui souhaitait partager son expérience dans cet univers particulier.

Voici la bande-annonce du film La Sorcière :

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up