Enfile ton léotard fuchsia et propulse tes mollets vers l’avant

L’art, c’est le design de colibri dans la mousse de ton latté au café Névé, c’est Anne Dorval qui influence désormais ta façon de prononcer “Naël”, c’est ce qui te rappelle ta raison d’être, c’est tous les shows que tu vois et qui te donnent cette envie folle de mordre ton prochain.

Avis aux derniers sceptiques, douchebags anti-prolongement de l’intellect et Harperiens: face it, l’art fait de notre monde un endroit plus alléchant.

Quoi de plus vivifiant que de sentir les cellules de ton corps crépiter devant des mélodies qui hissent l’âme, des pièces de danse qui te donnent envie de t’enrouler, toi aussi, dans du Saran Wrap en faisant la split et des poésies qui te font oublier que tu es assis sur le bol.

L’art éblouit, dénonce, libère, défonce, fait évoluer la pensée, rappelle que l’humain est capable de choses grandioses, que sky is not even the limit.

L’art donne du swag au béton, du supportable aux transports en commun, du naturel à la ville.

L’art appartient à tous, à chaque tête qui la crée, chaque oeil qui la vit, chaque passion qui la performe, chaque entraille qui en est secouée.

L’art c’est l’Amour dans sa forme la plus pure, une expression de notre identité, un partage de notre divinité, une vertueuse alternative aux drogues dures.

L’art fait douter les athées, sauve du drabe, fait vivre des sensations désirables, empêche notre feu de s’éteindre, notre être de s’enliser dans le beige trop facile.

L’art nous réconcilie avec notre Darth Vader intérieur, nous permet d’accepter notre vulnérabilité, nous crie que notre chair est magnifique.

L’art fait fleurir les coeurs, rend les inconnus séduisants, nous élève à la hauteur de nous-même.

L’art nous ramène à notre essence, nous rappelle que les magazines féminins et Paulo Coelho ont raison, lorsqu’ils prônent l’importance du moment présent.

L’art donne envie de courir plus vite, de mieux escalader le temps, d’aimer ce qui nous entoure, de mieux faire l’amour, de rire plus grassement.

L’art nous rappelle que tomber amoureux est encore possible, nous permet de repousser les limites de la créativité et de rassembler les gens en une ribambelle d’individus enfin un peu plus ensemble.

Alors ami, cesse d’y résister.  Entend ta fougue qui t’appelle au loin. Enfile ton léotard fuchsia et propulse tes mollets vers l’avant.

Sors hurler au reste de la ville ce qui habite tes tripes.

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up