Zviane

Elle a mordu dans toutes sortes d’affaires aux allures indigestes pour que n’ayons pas à le faire

Les fruits de la passion  : Le bestiaire des fruits en bédé

La pomme. Jamais un fruit n’aura apporté autant de joie et d’allégresse dans le cœur des citadins; eux qui envahissent les vergers chaque automne à la recherche de paysages bucoliques et de photos instagramables. Oui, on aime bien ça les pommes sauf qu’on en a ras le pompon rendu en février. De toute façon, le monde a déjà jeté son dévolu sur les clémentines du Maroc. C’est fou comme certains aliments perdent de leur exotisme avec le temps. Et on va se le dire, à part l’occasionnelle carambole pour faire joli dans l’assiette, on n’est pas trop audacieux dans nos aventures gustatives. C’est là qu’entre en scène Zviane, bédéiste québécoise et samouraï des fruits qui a goûté à tous ces mal-aimés et autres abominations de la nature pour son Bestiaire des fruits.

Vivre à Montréal comporte son lot d’avantages et trouver des bizarreries dans les épiceries de quartier en est un. Des fois, il faut arrêter de penser à son empreinte carbone et se laisser tenter par un fruit funky de temps à autre. Zviane s’en est donné à cœur (ou écœure) joie en mordant dans toutes sortes d’affaires aux allures indigestes pour que n’ayons pas à le faire. Voici le fruit de ses réflexions.

Le fruit de l’imagination

Vous vous souvenez des porte-clés avec des pics mous qu’ont retrouvaient à la caisse des dépanneurs ? C’est exactement à ça que ressemble le ramboutan, mais en plus ludique puisqu’il peut servir à la fois de déguisement, de marionnette et de cadavre sur lequel pratiquer des autopsies. Des heures de plaisir garanti.

Le fruit défendu

Non, ce n’est pas la pomme, mais plutôt le durian, interdit dans le métro et les aéroports parce qu’il sent trop mauvais. Selon Wikipédia : « votre haleine ressemblera à celle que vous auriez si vous aviez embrassé intensément votre grand-mère morte depuis des lustres. » Nuff said.

Le fruit de nos entrailles

Un butt-plug en forme d’étron — voilà ce qu’est le tamarin. L’équipe marketing a dû travailler extrêmement fort pour réussir à convaincre les grossistes de les accepter sur leurs tablettes, allant jusqu’à les mettre en boîtes étoilées pour nous éviter leur aspect scatologique.

Le fruit du savoir

À savoir pourquoi on s’imposerait de manger quoi que ce soit qui goûte le pyjama de flanelle et qui se traduit par une face de « meh ». La nèfle : pourrait être bon dans un smoothie à rien.

L’arche de no way !

Tout comme les naturalistes qui répertorient la faune et la flore, Zviane a contribué à sa façon à nous éclairer sur le monde qui nous entoure. Finis les choix hasardeux au supermarché puisque vous détenez entre vos mains le bagage de plusieurs années d’essais et erreurs. Alors, payez-vous la traite et faites honneur à cette valeureuse samouraï des fruits en achetant un whatever-machin-truc hors de prix — si jamais vous tombez dessus. Ça ne sera peut-être pas bon, mais au moins vous aurez mangé un fruit.

+++

Le bestiaire des fruits, de Zviane, est publié aux éditions de La Pastèque.

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up