Deux vis, un lys

Trois lettres, trois chiffres et une devise dont personne ne se souvient vraiment. Pour notre numéro Design en 2009, Urbania a proposé à 10 agences de création québécoises, ainsi qu’au public, de revisiter le design de la plaque d’immatriculation du Québec. Résultats.

1- Marc Serre

«La plaque des Territoires du Nord-Ouest a la forme d’un ours polaire.
J’ai toujours été jaloux du concept, alors j’ai décidé de donner à ma
plaque celle d’un harfang des neiges, l’emblème aviaire du Québec. Pour
la créer, je me suis inspiré de l’art inuit, qui représente la faune de
façon très originale. Finalement, comme le visuel était très explicite,
j’ai choisi de laisser la devise de côté.»

2- Gaston Côté

«J’ai toujours été fasciné par la culture du Do It Yourself. C’est
pourquoi j’ai designé une plaque qui vient avec feutre noir, avec lequel
les gens peuvent créer leurs propres caractères. Un des avantages,
entre autres, c’est qu’elle permet au conducteur de modifier sa plaque
pour passer inaperçu quand il fait de la vitesse.»

3- Antoine Laverdière


«Dans la vie, je trippe vraiment sur le pique-nique. C’est pourquoi j’ai designé une plaque qui peut servir de couvercle à panier de pique-nique, qui vient avec un ensemble pour pique-niquer (assiettes, ustensiles, salière, poivrière) et dont la devise vise à encourager les gens à pique-niquer partout au Québec.»

4- Eric Demay

«Chaque plaque est unique, parce qu’elle permet à chaque conducteur de
compléter la devise du Québec : il peut, par exemple, la compléter en
faisant référence à des événements ou des personnages marquants de notre
histoire. Pour ma part, j’ai choisi de parler de la rivalité
Canadiens-Nordiques, parce que je trouvais qu’elle était plus
contemporaine que celle franco-anglo.»

5- Scien et Klor

«Notre série illustre notre vision du Québec, de 1970 à 2015. Même si on
habite au Québec depuis seulement deux ans, on a voulu présenter une
vision très positive de la province. Tant à cause de sa beauté que de
son caractère multiculturel.»

6- Yannick Lévesque


«Ma plaque, c’est une allégorie du Québec d’aujourd’hui : une poutine
multiculturelle. Au premier coup d’œil, le mélange peut sembler
“improbable”, mais en vérité, il est totalement exquis. Évidemment, la
poutine est aussi notre véritable symbole national, notre objet de
fierté. On en trouve de plus en plus dans le monde, alors pourquoi ne
pas en avoir derrière notre voiture?»

7- Cédric Sportes

«La devise du Québec est souvent interprétée de façon revancharde, alors
que, à l’origine, elle avait une mission beaucoup plus rassembleuse.
Pour lui rendre justice, j’ai traduit le «Je me souviens » en alphabet
syllabique, qui a été inventé par un Blanc pour se rapprocher du peuple
amérindien tout en respectant leur culture. Ma plaque symbolise la
rencontre des Européens et des Amérindiens, qui est la souche du
multiculturalisme québécois.»

8- Sébastien Bisson

«En créant cette plaque, je ne voulais pas prendre de position
politique. Je me suis amusé à partir de la dualité entre la gauche et la
droite au Québec, et des différentes interprétations de la devise
québécoise. D’un côté, on peut voir le Je me souviens des Québécois
francophones, ancrés dans les traditions. De l’autre, le Remember what?
d’une génération d’anglophones, davantage mondialistes que
régionalistes, et plus progressistes.»

9- Baillat

«Notre plaque nous ramène à l’essentiel : l’amour et l’hiver, la saison
qui influence le plus la personnalité des Québécois. Et puisqu’il n’y a
pas meilleur homme que Gilles Vigneault pour parler de la saison
hivernale, nous avons décidé d’inclure l’une de ses citations.»

10-Maxime Rheault


« J’ai créé une série de formes géométriques, lisibles par photo-scan.
Elle permet d’identifier chaque voiture partout où elle passe :
station-service, autoroute, stationnement, douane. Le code-barre blanc
est complémentaire et universellement déchiffrable par cellulaire. Les
automobilistes peuvent donc dénoncer une infraction par téléphone.
Finalement, les couleurs sont inspirées d’œuvres picturales québécoises.
Dans ce cas-ci, j’ai choisi celle de Jean-Paul Lemieux.»

11- Nicolas Massey


«Avec ma plaque, je voulais rendre hommage aux filles des régions, parce
qu’elles sont plus hot et plus cochonnes que n’importe quelles autres
filles sur la planète. C’est vrai. C’est connu que les gens qui vivent à
l’extérieur des centres urbains s’adonnent davantage à des pratiques
sexuelles explicites. Vous comprendrez pourquoi ma copine est originaire
de Laval.»

12- Rita

«Notre plaque, c’est un trip de designers. On aime ou on aime pas. Il n’y a vraiment rien de plus à expliquer.»

13- Dominic Arbour et Colin Côté

«Notre plaque évoque la nature profonde du Québec. Le bois, c’est très folklorique et ça illustre le côté western de la province. Toujours dans le même esprit, on a ressorti la phrase «La belle province», parce qu’on était nostalgiques de l’époque où elle était la devise.»

Ce texte est issu du #23 spécial Design | été 2009

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

On est partis à la recherche du mini-cheval-canular du parc Jean-Drapeau

L’île de Montréal était consternée aujourd’hui alors que plusieurs images montrant un mini-cheval à la crinière rose ont circulé sur les médias sociau […]

Dans le même esprit