Denis prend l’air

Mautadine! Même la campagne électorale de Montréal se met en « mode été »…

La semaine dernière, Denis Coderre réagissait plutôt mollement à des propos de Luc Ferrandez sur l’architecture de Montréal.

Alors que le controversé maire du Plateau, qui rentre de voyage, mentionnait que la ville devrait s’inspirer de capitales d’Europe pour revoir sa facture architecturale, le prétendant à la couronne répliquait que «( c)’est ben beau faire des voyages, pis dire qu’on s’inspire et qu’on peut faire la même affaire, mais moi, tout l’été, j’ai voyagé à Montréal. Je l’aime pour sa diversité. Il y a des belles choses et je veux qu’on travaille dans le respect de cette belle diversité. »

Et quelques jours plus tard, Denis retrouvait les Imagine Dragons et autres sensations du moment à Osheaga et en profitait pour chantonner, lui aussi, un refrain hyper cliché : « As-tu vu la foule? C’est vibrant, c’est écoeurant, c’est Montréal. »

Come on, Denis!

« C’est vibrant, c’est écoeurant, c’est Montréal. »

Parle-moi d’une phrase vide!

« C’est vibrant, c’est écoeurant, c’est Montréal. »

J’en suis à me demander si Mme Lortie n’a pas coupé le moment inspirant ou toute autre explication liée à l’intervention tant c’est acalorique.

« C’est vibrant, c’est écoeurant… ».

Ça pourrait être Québec, Portland ou encore un tour de montagne russe après avoir trop bu de Jägermeister.

« C’est vibrant, c’est écoeurant, c’est Montréal. »

Du gaz carbonique sonore!

M’enfin, passons…

C’est surtout la vanne dirigée vers M. Ferrandez qui m’a fait tiquer. Non pas parce que je suis un fan du personnage – je n’habite pas le Plateau, mais bien un coin trash de Rosemont après tout -, mais bien parce que c’était tout simplement oiseux… et si ce camouflet donne le ton à la campagne, la course vers la mairie prend le Cap sur l’été.

« Mais moi, tout l’été, j’ai voyagé à Montréal ». Comme si c’était honorable! Denis, de nombreux Montréalais passent leurs vacances dans la métropole. Ce n’est pas comme si c’était si « altruiste » ou « inusité »… pis tu n’es pas en vacances, mais bien en campagne électorale. Nuance!

Comment dire? Avec cette seconde gifle doublée d’un appel à mettre la main à la pâte et à demeurer terre-à-terre (des causes louables, bien sûr), j’ai l’impression qu’on écarte également la vision et l’inspiration. Pourtant, l’Équipe Coderre propose, elle aussi, des idées glanées d’ailleurs. Son projet d’inspecteur général, par exemple, a déjà fait ses preuves à Chicago. Pourquoi, lorsque Ferrandez y va des siennes, devrait-on les balayer du revers de la main? Après tout, il n’est pas question ici de construire une bête réplique de la place Rouge – comme le désire l’autre candidat Michel Brûlé —, mais bien de redorer un aspect important de la ville.

Si je peux me permettre, Denis, je vous inviterais – vous et certains de vos congénères, en fait – à couper court à vos « vacances à Montréal » pour vous mettre vraiment au travail.

D’accord, serrez des mains et « chiller », avec Herby Moreau dans la zone VIP d’un festival en vogue, c’est bien. Proposer du concret (ce qui est, bien sûr, le nerf de la guerre après les révélations de la Commission Charbonneau) ainsi qu’une vision d’avenir inspirante; ce qui passe autant par l’architecture qu’aspirer au statut de « ville intelligente ». À quelques mois d’une élection que plusieurs citoyens considèrent comme un nouveau départ, des envolées du genre (qui font davantage dans le rase-motte, finalement) sont plutôt décevantes. Sans blague, en quelques jours, vous vous êtes rapproché dangereusement du quota de slogans publicitaires creux déjà établi par Mélanie Joly!

… Et faite vite, je vous rappelle que le premier débat entre candidats se tiendra dans deux semaines.

Photo: Dan Sorensen sur Flickr

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up