Défi Urbania : Vos histoires de chats

À chaque semaine, l’équipe Urbania lance un défi à ses lecteurs. Cette semaine, on voulait savoir vos histoires de chats. Nous en avons reçu énormément; des tristes, des comiques, des adorables et des dégueulasses. On a laissé tomber les dégueulasses, et voici les meilleures!

Annie

Mon fils, alors âgé de 3 ans, a eu l’ingénieuse idée de me faire la surprise en me lançant le chat, pendant que j’étais dans la douche. Très mauvais plan! Je ne sais pas lequel, du chat ou moi, a été le plus surpris. Par contre, notre mécontentement était très clair. Pour info, le chat n’était pas degriffé… et dois-je rappeler que j’étais sous la douche?

Mélanie

Le tout remonte à octobre 2007, alors que je venais de déménager dans le quartier Centre-Sud à Montréal.

Ma chatte, prénommée Mousseline, était à l’extérieur depuis un jour et n’était toujours pas rentrée. Mon numéro de téléphone était cependant inscrit dans son petit collier et un soir, je reçois un appel d’un homme qui l’a retrouvé. Cet homme avait l’aspect d’un bon samaritain au départ, mais l’appel s’est rapidement transformé en l’histoire la plus weird que j’ai vécue jusqu’à maintenant dans ma vie.

Il me disait d’abord qu’il l’avait retrouvé et que, voulant bien faire, il l’avait fait entrer pour la nuit. Il lui avait donné à manger et me disait que je pouvais venir la chercher, mais que j’allais devoir lui remettre 40$ pour la reprendre. Il me disait que c’est ce que ça lui avait couté en dépenses durant la nuit pour héberger et nourrir la fameuse Mousseline. Elle lui rappelait la chatte qu’il avait eu quand il était jeune et la conversation a déboulé alors qu’il s’est mis à me parler en pleurant de son enfance difficile, me disant que cette chatte était son échappatoire. J’ai tenté gentiment de lui faire comprendre que je ne lui donnerais pas le 40$, parce que c’était ridicule, et il s’est alors mis à crier et à menacer de l’étrangler devant moi. Je l’ai eu au bout du fil pendant environ 45 minutes, pour l’entendre passer de phases où il était violent à d’autres où il pleurait comme un bébé, m’expliquant qu’il avait flatté Mousseline toute la nuit et qu’elle avait écouté ses problèmes (???). J’ai fini par le convaincre de me rejoindre au coin Panet/Ontario afin de la récupérer.

Sur le moment, je ne savais vraiment pas quoi faire, mais en ouvrant la porte de chez moi, une voiture de police était stationnée par hasard. Je leur ai expliqué la situation et ils m’ont escortée, en se cachant au coin de la rue du point de rencontre, les phares éteints. Lorsque le kidnappeur de chat s’est présenté, habillé dans un style vestimentaire que je pourrais décrire le plus précisément en disant qu’il s’apparentait à l’inspecteur Gadget, avec Mousseline dans les mains, les policiers sont sortis en courant et l’ont menotté. Le gars avait l’air ben surpris de toute l’attention, et moi encore plus. Quant à la principale intéressée, Mousseline, elle avait l’air de se foutre pas mal de ce qui se passait et avait son air de « j’en-ai-rien-à-faire » habituel.

Kaya

J’attendais chez le vétérinaire avec mon tout petit chaton de 4 mois. C’était long et le pauvre ti minou arrêtait pas de miauler et de grouiller dans sa cage. J’ai cherché dans ma sacoche pour quelque chose à lui donner pour jouer et le calmer, et la seule chose que j’ai trouvée était d’utiliser le cordon d’un tampon comme jouet…

Le minet était content et ça a super bien fonctionné jusqu’à ce que j’apprenne que certains chats, dont le mien, trouvent que du cordon, ça goûte vraiment bon… Un speech du vet sur les dangers des blocages intestinaux félins et 3 jours plus tard, le cordon est ressorti.

Elizabeth

Il y a 8 ans, je restais chez mes parents (nous restons à côté d’une ferme) et un beau chat blanc et noir s’est fait abandonner sur le bord du chemin. La première place qu’elle a visité, c’est notre cour.

Je suis sortie dehors en l’apercevant.

Le chat m’a regardé.

Je lui ai donné une tranche de simili-poulet.

Une histoire d’amour est née ce jour là.

Le chat (enfin, la chatte) n’est plus jamais repartie de chez nous. Mes parents ne voulaient pas la rentrer à l’intérieur, mais ne voulait pas l’abandonner (ils disaient ne pas l’aimer mais la flattaient en cachette, tsé!) alors nous lui avons trouvé une chat-bane (une cabane à chat, mettons).

Où je m’en vais avec cette histoire là? C’est que l’été passé, je l’ai amenée faire une promenade. Elle a dû tellement pas aimer ça qu’elle s’est sauvée. Dans un sous-bois plein de vase et d’animaux étranges… j’en ai même perdu un soulier.

Vous auriez dû me voir, me promener sur la rue avec de la vase jusqu’aux genoux, un seul soulier et un œil enflé parce que je m’étais fait piquer par un maringouin. D’un chic fou, ma mère aurait été fière de moi.

Mais tout finit bien! Deux jours plus tard, je vais me promener avec des Minouches, aucun espoir, et mes larmes, où elle s’est sauvée. Qui je vois-tu pas sortir d’un buisson, toute heureuse? Mon chat!

Le pire dans tout ça, s’est qu’elle a eu deux jours de vacances; elle n’avait même pas faim et n’avait pas l’air du tout apeurée! Elle est revenue à la maison et a exigé notre attention et un p’tit coup de peigne. J’ai pleuré de joie pendant une heure. Ce chat là avait tellement entendu d’histoires, m’avait consolée, elle était ma bonne amie. Je ne pouvais pas m’imaginer l’avoir perdue. Elle est encore dans ma vie aujourd’hui, nous ne savons même pas quel âge elle a, mais c’est une “survivor”!

Morale de cette histoire: amène pas ton chat en promenade.

Martine

Particulièrement quand je chante sous la douche Pour que tu m’aimes encore de Céline Dion, que ma tigresse (aka Titi) soit au sous-sol, dans son condo pour chat (oui, ça s’appelle comme ça, c’est un petit lit 2 étages acheté chez Costco au prix de 50$) ou bien confortablement couchée dans un des tiroirs, elle arrive à toute vitesse et frotte ses pattes dans la vitre de douche… comme si elle me suppliait d’arrêter de chanter!

Kristina

La première fois que mon ex m’a laissée (ben oui je fais partie de ces gens qui comprennent pas ‘tu suite que revenir avec son ex, c’est comme remettre de la vaisselle sale dans le lave-vaisselle alors qu’il vient de la laver. Si ça a pas lavé la première fois, ça lavera pas plus la deuxième fois, bref.), pour combler mon manque d’amour et apaiser ma tristesse à coups de ronron et de poil doux, je décide d’aller acheter un chat au pet shop. C’est une petite fille, parce que you know, girl power tsé. La petite Zoé donc, avait tendance à vouloir s’enfuir aussitôt qu’on ouvrait la porte. Bien évidemment, elle finit par fuguer dans le superbe quartier d’Hochelaga.

Pas de nouvelles de Zoé pendant trois jours, je braille, je fais tout les temps, parce que je suis une cat lady un peu hystérique/folle. Puis, un jour, la p’tite maudite revient. Mon ex-redevenu-chum-entre-temps me dit à la blague qu’elle est partie trois jours juste pour se faire engrosser. J’ris ben sur le coup jusqu’à ce que je la voie gonfler. Ben oui toé chose, était partie se faire du fun pas de protection din ruelles d’Hochelag’, comme une vieille fille de 40 ans qui arrive pas à éteindre son horloge biologique pis qui veut un infant ‘TU SUITE.

Faque, comme de raison, Zoé a accouché de 3 minis rejetons. Tout allait bien, ils avaient l’air de bébé ours avec leurs petits yeux à moitié ouverts (pour vrai mon appartement était devenu chaumière du bonheur avec plein de bébés chats.) Pis ben, après que ses p’tits eut été sevrés de lait, la p’tite maudite de péripatéticienne (pour ne pas dire d’autres synonymes) a sacré son camp pour ne plus jamais revenir, faisant de ses enfants des orphelins. Elle est partie retrouver son boutte de trottoir, faut croire.

Ah pis, ma coloc et moi avons décidé de garder un des orphelins avec nous qu’on a décidé de baptiser Victor Hugo (ouain c’est ça qui arrive quand tu mets deux filles qui lisent ben gros dans le même appart’)

Vouéla.

Charlotte et Cannelle

J’ai une histoire de chat. J’aimerais bien qu’elle soit drôle pour faire rire les lecteurs d’Urbania comme j’aime bien être divertie par les leurs.

Malheureusement, mon histoire est ben ben quétaine. J’aimerais commencé mon histoire par un qualificatif pour décrire mon chat, mais tout ce qui me vient c’est Cannelle. C’est son nom, en passant. C’est ma chatte.

Gardez vos rires niais, on n’a plus 5 ans. Donc, ma chatte (je vous watch) est arrivée dans ma vie quand j’avais 11 ans, un an avant que ma vie d’enfant prenne un tournant de pré-ado complexé. J’ai la triste génétique de problèmes mentaux dans ma famille, et c’est moi qui a hérité du jack pot. Attention, rien de très grave pour passer tes nuits à l’hôpital accoutré d’une camisole de force et dans une chambre de murs mous, mais assez pour être l’un des nombreux enfants victime d’intimidation. Ça cherche le bobo, ces gamins-là; le mien, c’était les troubles anxieux, et l’adolescence n’a pas aidé. Bref, le rapport avec ma chatte? Ça arrive à l’âge de 15 ans, j’emménage dans THE ville. Montréal! (Avec l’écho pis toute dans votre tête)

Bon, Montréal c’est pas super intense quand t’habites là depuis toujours, mais quand t’arrive du fin fond de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent où rencontrer un chevreuil c’est assez commun pis que tu croises autant de gens en 15 secondes sur la Sainte-Catherine que t’en croise en 10 ans à l’épicerie du village (la nôtre s’appelle “Chez Roger”, c’est tu assez village pour toi?), Montréal c’est assez big. Moi j’arrive dans une nouvelle école secondaire avec un attitude de personne-me-marche-sur-les-pieds… ça fesse après quelques temps. Ç’a pris environ 5 mois à ma carapace pour se craquer sur un méchant temps. J’ai été retirée de l’école, je passais mes journées à pleurer et à faire pleurer ma mère, c’était pas beau. J’avais à peine eu le temps de me faire des amis et les autres d’avant, j’avais réussi à les faire fuir.

Cannelle, elle, comprenait pas vraiment nos complexités et nos drames humains. Par contre, elle savait que j’étais triste. Alerte à la freak de chat! Non non, pour vrai… J’ai passé tellement de temps à écouter des chansons déprimantes et à brailler sur mon lit, mais Cannelle venait. Elle faisait pas grand chose, elle s’allongeait sur mes genoux et ronronnait. Juste ça. C’était en masse d’ailleurs.

Je pense que les humains devraient faire ça plus souvent. Faudrait arrêter d’expliquer nos peines pis de se casser le bicycle pour trouver une solution, juste être présent. Cannelle m’a aidé à me calmer, c’est fou combien cette petite boule de 10 livres a pu m’apporter. Celui qui a dit que les chats sont indépendants ne connaissait sûrement pas beaucoup d’entre eux. Aujourd’hui, Canelle a 9 ans et vient encore ronronner dans mon lit à chaque soir. C’est ma berceuse. Quand ça va mal, ça me rassure, et quand ça va bien, je réalise qu’il faut que j’en profite. Cannelle, c’est ma petite thérapie. À chaque ado qui feel pas, faites lire ça à vos parents. Un chat, ça peut autant (et même plus) aider que n’importe quel psychiatre à Sainte-Justine.

Cath

Mon ex-copain avait pour chambre le sous-sol de ses parents. Il n’y avait donc pas cette commodité (nécessité) que l’on appelle “une porte”. Ça faisait peu de temps que nous nous fréquentions officiellement et je n’avais pas encore rencontré sa famille. Afin de remédier à cela, mon chum m’avait invité à souper en compagnie de ses parents. À mon arrivée, il était seul à la maison. Ses parents allaient revenir seulement en fin d’après-midi. Nous en avons donc profité pour faire quelques câlins et relaxer dans sa fameuse chambre sans porte en attendant leur retour.

Ils sont finalement revenus beaucoup plus tôt que prévu. Lorsque nous les avons entendu arriver, nous nous somme habillés en 4e vitesse avant qu’ils n’aient la bonne idée de venir nous saluer… Enfin, mon chum s’est habillé, moi j’essayais de rapatrier tout mon linge éparpillé sur le plancher.

Il manque un morceau…

Un morceau négligeable dans l’urgence du moment, alors je remets ma recherche à plus tard et fais avec ce que j’ai. Je suis donc montée avec mon copain faire la connaissance de mes « nouveaux » beaux-parents. Je n’oublierai jamais leurs sourires moqueurs lorsque « belle-maman » m’a remis mon string en m’expliquant que le chat jouait avec dans la cuisine (mon ex a 4 frères et aucune sœur… la coupable ne pouvait être que moi). Rencontrer sa belle-mère qui vous tend votre string en souriant… ça vous replace l’humilité. Maintenant, je me méfie des chats voleurs de string qui se cachent sous le lit en attendant une proie!

Ginette

Miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaoumiaouuuuuuuuuuuu miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou miaou!!!

Valérie

La fois où un chat m’a fait rencontrer l’amour.

Oui, oui, pas juste l’amour avec un petit a, mais bien l’Amour… genre celui d’une vie!

Vrai comme j’suis là, un ami d’une amie publie sur sa page Facebook une photo floue d’un charmant chat. Comment résister? Je me lance, et lui confirme mon désir d’adopter la jolie chatte picotée… Valence..?! Malgré mon dédain pour son nom, je passe la chercher, énervée comme pas deux. Oui bien sûr, étant célibataire depuis un bout, je me suis préalablement informée de l’apparence physique et du statut du propriétaire de chat. Célibataire depuis peu après un mariage terminé beaucoup trop rapidement, mais pas mon genre du tout. Finalement, après une courte discussion et les conseils d’usage « elle mange telle nourriture, n’aime pas tel jouet et fait caca lorsqu’elle voit ma sœur?! », je lui lance (et ne me demandez pas pourquoi) : je te dois au moins une bière pour m’avoir donné le chat… et va falloir rendre ton ex jalouse! D’où m’est venu cet élan de super-pas-gênée-du-tout? Aucune idée… mais je file toujours le parfait amour avec ce gentil garçon! (terminer la lecture en imaginant un bruit d’harpe).

J.

Un dimanche matin, je veux faire un peu la grasse matinée…

Mon chat Husky est dans ma chambre et la porte s’est fermée à cause du vent. Il miaule à 7h00 pour se lever, aller manger et commencer sa journée. Il me réveille mais je me rendors et lui dis “NON” plusieurs fois.

Mais il s’impatiente et….tout d’un coup, il saute sur mon lit, s’installe au dessus de ma tête et pisse sur moi. Avez-vous déjà vu une fille sortir du lit aussi vite ?

Emilie

En mettant mon lavage de jeans dans la sécheuse (machines frontales), je n’ai pas vu mon chaton blanc angora entrer dans ladite sécheuse. Après 11 minutes de ce que je croyais être mes vêtements débalancés qui cognaient, j’ai ouvert la porte et mon chat a sprinté solidement au fond de mon appartement. Résultat: moi, en larmes, couchée en cuillère avec le chat totalement essoufflé qui m’excuse tout en lui disant qu’il est si doux, si propre et qu’il sent si bon. Oui, il est toujours vivant, mais il a clairement perdu quelques vies cette soirée-là. Pour ma défense, c’est lourd, des jeans…

é

Pragmatique, la vieille chatte grise Mra se débrouillait pour rester hors de portée de mon fiston turbulent alors âgé d’un an et demi. Quand ledit fiston a trouvé le moyen de tomber sur la tête, je me suis réfugiée sur le lit avec mon trésor sonné. Mra est venue flairer l’éclopé, s’est laissée tripoter par lui pendant de longues minutes puis, la thérapie ayant apparemment assez duré, a sauté en bas du lit, le gamin rétabli à ses trousses. Quelques décennies plus tard, Fiston semble n’avoir pas gardé trop de séquelles, mis à part le fait qu’il héberge inconditionnellement un matou gris.

Maman d’Edward

Le mot magique avec mon chat : Boulette! Quand tu dis ce mot, il vient fou. La Boulette en question consiste en un morceau de papier de toilette chiffonné en boule. Tu prend un petit carré que tu t’amuses a plier en origami pour ensuite que ça devienne une boulette, juste de te voir arracher un morceau du rouleau il jubile déjà. Et là, le moment ultime… tu lances la boulette et il détalle comme un malade mental… parfois il part même avant que t’aille eu le temps de la lancer.

Fait vécu… une fois j’écoutais une émission culinaire et le chef a la télé n’arrêtait pas de dire : boulette par-ci, boulette par là… Boulette de viande, on s’entend! Alors, mon chat est devenu fou; il fixait la télévision en miaulant comme un débile… Un souvenir mémorable de mon chat qui capote devant Signé M qui gueule boulette… *soupire*

Valérie

En 2012, je suis partie faire un tour du monde. Mon chum est resté à la maison, avec les deux chats. Chaque jour, on s’est parlé sur Skype. Un jour, alors que j’étais en Thaïlande, il me dit que Monsieur Armand feele pas. Il a mangé un oiseau et mon chum pense qu’il a quelque chose de coincé dans la gorge. Je suis à l’autre bout du monde, dans un petit village perdu. Je ne peux pas faire grand-chose. Je lui dis d’aller voir le vétérinaire et de me rappeler.

Monsieur Armand avait juste une ou deux semaines à vivre. On ne sait pas trop ce qu’il avait. Cancer? Toute seule à mon hostel, je capotais. J’ai pensé prendre le prochain avion pour revenir. J’étais en train de vivre le trip de mes rêves. J’ai décidé de continuer.

Mon chum s’est occupé de Monsieur Armand. Je ne sais pas s’il sait à quel point je lui suis reconnaissante de tous les soins qu’il a donnés à notre chat. Je sais qu’il a eu peur. Qu’il avait mal de voir notre chat dépérir. Pendant plus d’un mois, chaque jour, il me montrait Monsieur Armand et me parlait de lui.

Monsieur Armand m’a attendu. Il a attendu que je revienne. Quand j’ai passé la porte, il a essayé fort fort de ronronner. Il était si maigre. J’ai dormi avec lui cette nuit-là.

Deux jours plus tard, il était au paradis des chachous.

Julie

Ma cousine Audrey et moi avons toujours été d’ardentes cat lovers. L’été, nous partions, telles de jeunes bambinas missionnaires humanistes, à la recherche des bébés chats cachés dans les granges de la ferme familiale. Notre but? Les éduquer et en faire des chats citoyens responsables érudits. Ils y passaient tous. Ok, à part s’ils avaient les yeux purulents, situation familière aux chats trash de campagne (alors là, on les rejetait avec dédain, vous comprendrez). Bain, coiffure, brossage de dents, cours d’obéissance, cours d’éducation physique (!), séance d’habillement avec vêtements de poupée, le tout se terminant avec un défilé en carrosse et une remise de certificat officiel. Du grand génie en terme de concept: Super Nanny qui rencontre Jean Airoldi, version félidés. Suite à ce programme visiblement non éprouvé par le ministère de l’éducation, nous relâchions nos recrues dans la nature. Mais quelque chose me dit qu’ils n’étaient plus JAMAIS les mêmes suite à cette expérience… J’aimerais d’ailleurs m’excuser publiquement auprès des dizaines et des dizaines de chatons pour tous les dommages causés suite à nos bons soins, pourtant prodigués avec beaucoup d’amour… et de naïveté.

Anne-Marie

La chatte de notre appartement dans Hochelaga, Gypsy, nous a été donnée il y a deux ans par le frère et la blonde de mon coloc. Elle a plusieurs problèmes de motricité et de coordination parce que sa mère, Miss Watson, a ingéré de la cocaïne pendant qu’elle était enceinte de ses cinq chatons.

L’ingestion de cocaïne a provoqué un problème au cervelet chez deux chatons. Les trois autres sont morts, dont deux sont mort-nés. Un ancien locataire de l’immeuble à logement des propriétaires de la mère a d’ailleurs jugé bon d’accrocher après un hameçon un des chatons mort-né, pour le pendre après le balcon du 3e, ce qui a créé une petite commotion.

Un des chaton survivant, Rémi-sans-famille, a été adopté par les voisins du bas, mais il a connu une fin tragique. Sa mère a défoncé le moustiquaire des voisins pour aller chercher son bébé chat, mais elle l’a en quelque sorte tué, en tout cas elle est revenue avec dans la gueule et il était mort.

Le frère et la blonde de ma coloc ont gardé le bébé chat restant et suite à cet incident, ils ont interdit Miss Watson d’entrer dans leur appartement. Elle a passé des nuits à hurler devant leurs fenêtres et à essayer d’entrer, mais ils l’ont gardé loin du bébé chat (Licorne d’Arizona), qui a survécu et qui a elle aussi des problèmes pour marcher, grimper et sauter.

Merci pour toutes ces histoires félines! Pour la semaine prochaine, on cherche vos manques de tact accidentels. Toutes les fois où vous vous êtes mis le pied dans la bouche, en laissant votre siège dans l’autobus à une madame qui n’était pas enceinte du tout ou en demandant à quelqu’un des nouvelles de sa blonde qui était entre temps devenue son ex. On veut tout savoir!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Lab URBANIA 2019 – Appel de candidatures !

Une nouvelle cohorte fera sont entrée cet automne. En ferez-vous partie?