Dans mon temps – La télévision

On a tous eu un oncle qui nous regardait de haut bien installé sur sa caisse de 24, une tante qui se moquait de notre époque en faisant la vaisselle, ou une grand-mère qui regardait par la fenêtre, un peu nostalgique.

Et qui nous lançaient un après l’autre :

“Moé en tu cas, dans mon temps, un ordinateur, c’était aussi gros qu’une maison.”

“Ah mon p’tit gars, dans mon temps, c’est des oranges qu’on recevait comme cadeau de Noël.”

“Dans mon temps, fallait marcher des miles pour se rendre à l’école.”

Ayant moi-même atteint l’âge de la mononquitude, je ressens maintenant un profond besoin de partager avec la jeune génération mon savoir, mon vécu, et surtout à quel point la vie d’antan était rude, ardue et souvent bien cruelle.

Dans mon temps, fallait se lever et marcher, marcher, marcher pour changer le poste de la télé

Poiroter debout à tourner la roulette du téléviseur, retourner s’asseoir avant de se relever, revenir près de l’écran puis de se rasseoir à nouveau. Mais honnêtement, on ne le faisait pas tant que ça. On s’entend que le concept du zapping n’existait pas vraiment à ce moment-là. En fait le zapping, ça se passait surtout les yeux dans le TV Hebdo. On regardait à quelle heure et à quelle poste notre émission passerait pis on laissait la télé tranquille.

Et puis, faut pas se le cacher, vu qu’il y avait juste une dizaine de postes, quand le père de famille voulait regarder le hockey, ben la famille au complet regardait le hockey. Pis quand la mère voulait regarder Le temps d’une paix, tout le monde devait s’installer pour voir Ti-Coune se bercer.

Tout ça sans chialer, le temps d’une paix.

“CLUNK, CLUNK, CLUNK”

Puis un jour est arrivé un item qui allait changer le monde : la manette avec fil.

Celle même qui était arborée d’immenses pitons qui déclenchaient un son furieux lorsqu’on appuyait dessus. CLUNK CLUNK CLUNK. Le fil étant souvent beaucoup trop court pour se rendre jusqu’au divan, il fallait rapprocher la table du salon encore plus près du téléviseur pour y déposer l’engin béni. Toute une réorganisation de l’espace digne des émissions de rénovation les plus inspirantes.

Je doute que tout c’était bien Feng Shui, mais c’était bien utile et surtout assez technologique merci.

On n’avait pas de grosse manette comme ça chez nous. Mais je vous assure qu’en visite chez des amis, les postes se faisaient changer pas à peu près. La télé devait surchauffer à essayer de fournir l’image à la même cadence que nos doigts qui pianotaient sur le dispositif. Et les parents devaient caler leur crème de menthe à un rythme tout aussi effréné pour ne plus avoir la sensation d’entendre les fameux CLUNK CLUNK. C’était loin d’être une révolution tranquille.

On a même eu droit à un autre séisme technologique, soit la manette “Pitoune crochet” de Videoway qui nous permettait de jouer à des jeux sur notre télé. Vous imaginez? Jouer à des jeux vidéo, directement sur ta tivi?? C’était m-a-l-a-d-e. Et même regarder des gens à la télé qui jouent à des jeux à la télé. Tout ça, c’était dans le temps où on voulait faire un paquet de choses, mais que la technologie avait bien de la misère à suivre.

Bien de la misère.

Vivre dans l’abondance jusqu’à ce que lobotomie s’en suive

Vint ensuite la naissance de la télé spécialisée, des centaines de chaînes, ne plus savoir où donner de la manette, pitonner, zapper, badtripper, plus, plus, plus, moins, moins, moins, reviens, poste précédent, horaire variable, passe l’annonce, passe au poste suivant, passe-moi la manette, enregistreur numérique, trouver l’épisode à regarder parmi les centaines d’émissions pour enfants, supprimer, enregistrer, avancer, fonction “rejouer”, vidéo sur demande, ça me prend tout ça Illico, presto, sur le nuage.

Ouain. Regarder la télé, ce n’est pas toujours de tout repos.

La télé, le nouveau bibelot mural

Aujourd’hui, la télé fait de plus en plus office de beau cadre décoratif noir. Avec les Netflix, Amazon, CraveTV, Shomi et autres services, on n’a plus bien bien besoin de cette grosse boîte à images. C’est un peu comme le téléphone à ligne fixe, plus vraiment essentiel dans une maison. Quand on y pense, ce n’est pas pour rien qu’il y a des stations Foyer des fêtes ou Aquarium à la télé. Il faut bien maximiser ça ce beau gros cadre LCD de 55 pouces.

Dans mon temps, on passait du temps rassemblé en famille autour d’une bonne émission de télévision. De nos jours, on passe du temps en famille chacun sur son écran pour regarder son émission. Au moins, je ne suis plus obligé de regarder Ti-Coune se bercer.

Bon faut que j’y aille, j’ai du rattrapage de Game of Thrones à faire sur mon ordi.

Pour lire un autre texte sur la télévision : “La télé, cette incomprise qu’on regarde de haut” de Stephane Morneau

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up