Comment j’ai échoué à passer des vacances reposantes

pour cause de champignons magiques au Moyen-Âge

Pis? Qu’est-ce que tu fais pour tes vacances Charles?” Voilà maintenant deux ans que je redoute profondément cette question. Pas tant que la réponse me mette mal à l’aise ou qu’elle révèle un aspect inédit totalement terrifiant de ma personnalité, du style: “je disparais deux semaines pour jouer à la pétanque à poil dans une croisière pour échangistes”… Non, je suis simplement un peu las d’expliquer que (malheureusement?) mon trip pour décrocher c’est d’aller faire des “grandeur nature”. “L’affaire médiévale dans le bois avec des gros nerds, des épées en mousse pis du mauvais roleplay?”

Cette affaire-là même!

Mes lecteurs plus réguliers (Vous existez n’est-ce pas les amis?) n’auront certes pas trop de misère à comprendre à quel point, à mes yeux, les meilleures vacances incluent ne pas être Charles Beauchesne pendant quelque temps. Qu’est-ce que vous voulez, une semaine par année, j’ai maintenant la possibilité d’oublier que je suis célibataire depuis l’apparition de la vie sur Terre, que je suis obligé de mélanger des nouilles ramen avec des cannes de thon torse nu dans une robe de chambre ouverte question de repousser la date où le gouvernement va inévitablement saisir ma maison, sans compter cette carrière dans l’industrie du divertissement se rapprochant chaque jour un peu plus de proposer des services sexuels, le regard vide, en mini-jupe motif léopard. Certains enfants africains vont possiblement lever un sourcil face à cette déclaration, mais avez-vous une idée à quel point ça fait du bien de prendre un break d’être moi? La réponse se situe dans le registre du fucking beaucoup!

Donc, voilà, une semaine par année je deviens Yorick le fou, troubadour détective privé à une période qui ne nécessite aucun détective privé vous allez me dire, mais en même temps j’aimerais détourner votre attention vers la profonde ironie de m’évader de l’industrie du divertissement en incarnant un personnage issu de l’industrie du divertissement d’une autre époque… Laissez-moi la fantaisie de faire semblant d’avoir les facultés de déduction nécessaires à résoudre l’enquête de la disparition des colliers de perles de la reine des elfes pour l’amour du ciel, c’est tout ce qu’il me reste!

Bon, maintenant si je suis tout à fait honnête, je devrais en profiter pour mentionner qu’évidemment, le second aspect «décrochage» de toutes ces aventures se manifeste sous la forme (quelle surprise) de prendre un paquet de psychotropes déguisé en forêt. Faites-moi confiance, ça fait malheureusement partie de l’expérience. Plusieurs choses seront fumées en ces terres moyenâgeuses fantastiques, et laissez-moi vous confirmer que quand embarque ton LSD en présence de trolls et de gobelins, tout devient assez brutalement décorum…

Or, cette année, notre quête en fut une de… champignonesques proportions…

On a fait des shrooms…

Deux fois en sept jours…

C’est beaucoup de voyages hautement symboliques en une semaine ça les amis, je vous en passe mon billet! Anywho, pour les néophytes parmi vous, je déclinerai cette aventure de façon éducative sous la forme d’un petit guide pratico-pratique relatant les choses à faire, mais surtout à ne pas faire quand vient le moment dans une vie où l’on décide de vivre volontairement une intoxication alimentaire pour halluciner comme un mongol au temps des chevaliers. Voici donc:

Le guide Beauchesne de comment bien gérer son trip de mush dans des circonstances agressivement théâtrales

Règle numéro 1: Entourez-vous de bons amis

Ou au minimum de connaissances agréables. Vos sens seront exacerbés à un niveau critique pendant environs quatre heures, l’instant est mal choisi de vivre ce trip avec des gens que vous appréciez plus ou moins, quitte à voir des visages fondre, aussi bien que ce soit celui d’un ami… Bon ça sonne excessivement terrifiant dit comme ça, mais vaut mieux ça qu’un ennemi qui se transforme en démon je vous l’assure, les trolls sont déjà suffisamment difficiles à gérer. Notre “groupe d’aventuriers” pour cette quête était donc composé des personnages suivants: Yorick le fou (ça, c’est moi ça), Suzana la nomade (amie digne de confiance), Pierrick le barde (comparse de travail et ami digne de confiance), Tania la femme médiévale X au personnage volontairement pas trop clair (amie d’une amie avec d’autres priorités manifestement), Dame Démonia (j’ai oublié son nom roleplay, mais c’était quelque chose du style…) femme médiévale Y (amie vivant son baptême de pas mal tout cette semaine-là) ainsi que «La Brute» le guerrier (???) (gros ours bien léché déniché sur le spot et incarnation d’une présence protectrice rassurante). Thème du “Seigneur des Anneaux”, commence alors l’aventure…

Régle numéro 2: Soyez de bonne humeur en partant

Cette règle est possiblement la plus importante de toutes, votre voyage sera teinté de l’énergie que vous y amènerez, en avoir lourd sur le coeur mène tout droit à un TRÈS LONG cauchemar! Nous en étions donc à notre deuxième trip de la semaine, le premier s’étant déroulé dans la plus totale euphorie, tout le monde se croyait pas mal invincible. Or, ici arrivent les malus à nos statistiques de départ, l’inévitable fatigue d’avoir fait le party pendant quatre jours préalablement. Pierrick fut le premier atteint de la malédiction du “badtrip de fatigue”.

-Je sais pas si c’est parce que je suis buzzé, mais messeble le feu est crissement intéressant.
-Oui, ça va faire ça…
-Man, je pense que je file pas, j’ai vraiment envie de vomir. Je vais aller roleplayer d’être une roche pendant un bout.

Si un membre de votre groupe se met à dire des choses du genre, abandonnez-le entre bonnes mains et continuez votre chemin. Les lois de l’apocalypse zombie s’appliquent dans ce genre de situation, toute personne vivant un mauvais trip contaminera inévitablement toute la dynamique du groupe, si vous pouvez vous débarrasser de ce membre, faites-le! Pierrick et Démonia (?) restèrent donc derrière à reprendre ensemble contrôle de la réalité en incarnant des éléments de décor.

Règle numéro 3: Ce n’est pas parce que ça n’embarque pas tout de suite que ça n’embarquera pas, soyez prévoyants!

La rapidité de votre buzz est directement liée à vos capacités de digestion et cela varie en fonction des individus. Un peu stupidement, le reste de notre groupe d’aventuriers décida d’aller attendre le début des effets psychotroniques dans un concert de ménestrels bondé comme woodstock 1069. L’étendue de cette mauvaise idée commença à prendre forme quand la musique se mit soudainement à fondre et que tout le monde présent me sembla peu à peu se transformer en caricatures de Serge Chapleau.

-Est-ce que c’est moi où ce gars-là avait un super long nez?
-Je sais pas la musique fait comme plus de sens à mes oreilles…
-Moi tous les instruments sonnent comme des cornemuses technos.
-Et si nous médiévalement sacrions notre camp de cet enfer?
-Fuck oui, j’ai vu une ombre avec des griffes…

Règle numéro 4: Tout ce que vous accomplirez sera excessivement confus et compliqué.

Pour faire une histoire courte, aller pisser dans une toilette de construction avec un gigantesque costume de fou du roi plein de grelots fut une saga.

Règle numéro 5: Regardez les étoiles, mais pas trop…

-Holy shit! Avez-vous vu le ciel?
-Oui, on dirait que les étoiles bougent!
-Nonon, OÙ EST LE CIEL JE COMPRENDS PLUS RIEN!
-Moi ça me fait vraiment réaliser à quel point on est des grains de sable dans un univers où notre existence est somme toute inconséquente.
-Est-ce que quelqu’un veut de l’eau?
-Ok j’ai la chienne, sacrons notre camp…
-C’est important de rester hydraté.
-De quoi? Du ciel? DUDE! LE CIEL EST PARTOUT!
-FuuuUUuuUUuuUUUCK!
-J’ai plus d’eau, allons chercher de l’eau.

Règle numéro 6: Restez groupés!

La règle numéro un des films d’horreur s’applique en tout temps. Ne laissez jamais quelqu’un s’éloigner du groupe, il ne reviendra jamais. Son attention sera captée par une source lumineuse X et il s’écoulera plusieurs décennies avant que cette personne ne se souvienne qu’elle était à la base dans un groupe.

-Voyons, il est où “La Brute”?
-Ici!
-Ah oui! C’est vrai, j’avais oublié de regarder… Devant moi… Criss que tout est compliqué…

Règle numéro 7: Les hallucinations vous feront douter de tout ce que vous connaissez.

-Voyons, en quoi le sol est fait?
-Ces trois personnes dans des sleeping bags ne devraient pas dormir en formation triangulaire si près du feu. Ben coundonc, c’était des roches finalement!
-La consistance du sol est vraiment beaucoup trop mystérieuse. C’est pas de l’eau, c’est pas de la boue…
-Est-ce que quelqu’un veut de l’eau? C’est important de rester hydraté.
-Se pourrait-il que le sol soit fait en roche qui respire?
-FUCK UN ORQUE! Ah non c’est juste un branche…
-En tout cas, fiez-vous à mon expérience, n’allumez surtout pas de cigarette, c’est un cauchemar!
-Allons chercher de l’eau!

Règle numéro 8: Si vous vous asseyez quelque part, préparez-vous à ne jamais vous relever.

Après quelques heures, quelques minutes ou quelques siècles d’aventures incompréhensibles et confuses, notre petite communauté opta pour une halte sur un banc au en plein coeur du milieu du cul de nulle part médiéval. S’en suivit une pièce de théâtre de trois heures (j’imagine?) de totale contemplation.

-Une chance qu’on a décidé de s’assoir à côté de cette torche, le feu est mongol!
-Quelqu’un veut de l’eau?
-C’est moi ou tout ce qu’il y a ici c’est des pirates et des Vikings?
-LES ÉTOILES! MAIS REGARDEZ LES ÉTOILES BON SANG!
-Shit, tu viens de me rappeler que le ciel existait!
-Blablabla Moyen-Âge…
-Hey c’est Pierrick et Démonia là-bas, non?
-Ah! Scusez je pensais que vous étiez mes amis!
-Mais on est tes amis Pierrick!
-Ben oui regarde donc ça, pendant un instant j’ai cru que vous étiez… Exactement qui vous êtes!
-Viens t’assoir, le ciel est mongol.
-On est assez content de vous voir! Tout est tellement outrageusement décorum!
-Je vais aller chercher de l’eau moi…

Règle numéro 9: Ne parlez à personne, vous n’êtes pas une bonne idée…

Oui, autre détail très important à retenir, vous ne pourrez entretenir de rapports agréables qu’avec les gens avec qui vous avez préalablement consommé des shrooms. Pour le monde extérieur, vos conversations sembleront labyrinthiques de niveau «Alice au pays des merveilles», et en contrepartie leur présence vous semblera hostile et irritante si elle n’est pas totalement badtrippante. Rajoutez à notre situation l’heure relativement avancée (j’imagine?) limitant nos interactions humaines à des pirates souls n’étant pas récipiendaires du Nobel d’avoir des talents sociaux à la base (nous sommes dans un grandeur nature je vous le rappelle, tout le monde ici est un peu mésadapté social) et chaque interaction (surtout en personnage) vous semblera un interminable cauchemar de mauvais roleplay. Et en plus de tout ça, pour une raison totalement inexplicable, il semblerait que tous les pires personnages médiévaux du monde se soient passé le mot de venir interagir avec nous cette nuit-là, attirés à notre groupe comme des papillons de nuit à une chandelle de totale exaspération. Parmi les dragons conversationnels élites que nous dûment affronter, figurèrent :

-Un groupe de pirates qui voulaient absolument nous inclure dans leur quête de… J’ai oublié au fur et à mesure qu’ils l’expliquaient.
-Le pirate saoul qui tenta d’être plus divertissant que les champignons… ta présence est un cauchemar, nous sommes intoxiqués, pas retardés merci.
-Le voleur qui partit en boudant après que son “bonsoir” eut été accueilli par le plus opaque des silences, suivit de: “Ah dude, t’as pas quelqu’un à assassiner ou quelque chose?”
-Ces personnages au loin qui ponctuaient leurs phrases de beaucoup trop de “rires de personnages”.
-Un conteur masqué.
-Le personnage le plus badtrippant du monde avec en bonus nul autre qu’un “bâton tête-de-mort avec des yeux qui brillent dans le noir” qui me pointe du doigt en murmurant: “Je suis venu te chercher…”. Évidemment! NOUS N’ATTENTIONS QUE VOUS, CAUCHEMAR MÉDIÉVAL FANTASTIQUE!
-De façon générale, beaucoup de gros geeks à qui nous dûmes briser le coeur à grand coup de: “NonononveutpasfairederoleplayonaprisdumushpisonestcrissementpassurlamêmevibeNOUSNESOMMESPASUNEBONNEIDÉEPOURQUOITOUTESTAUSSICOMPLIQUÉAUMOYENÂGE!”

Trois heures de cet enfer sporadiquement interrompu de «Voulez-vous de l’eau?» et de Pierrick qui peinait à se souvenir comment sortir de sa cape…

Règle numéro 10: Ammenez de l’eau…

Sérieusement, c’est important de s’hydrater.

Épilogue:

Qu’est-ce que ça vient dire sur moi si je vous affirme que tout ça était quand même plus reposant que ma vie de tous les jours?

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up