COMING OUT, ou pourquoi j’en ai marre de TWILIGHT

On en a parlé, on l’a lu, vu, écouté sur disque, porté sur t-shirt, accroché sur le mur de notre chambre à coucher en format poster, mangé au déjeuner en céréales, en sauce tomate, en jus de fruits, en boisson énergétique, en onguent pour le pied d’athlète…

Assez, c’est assez. Il y a tout de même une limite.

On en a parlé, on l’a lu, vu, écouté sur disque, porté sur t-shirt, accroché sur le mur de notre chambre à coucher en format poster, mangé au déjeuner en céréales, en sauce tomate, en jus de fruits, en boisson énergétique, en onguent pour le pied d’athlète…

Twilitght et ses produits dérivés sont partout. Et aujourd’hui, j’en profite pour faire mon coming out : je déteste TWILIGHT. C’est dit. Hier, en pleine séance de bouquinage dans une librairie du centre-ville, c’était l’hécatombe. Près d’un stand beaucoup trop important consacré au phénomène vampirique de l’heure, deux jeunes pré-adolescentes un peu guindées ont lâché la bombe des bombes : « Mon Dieu! T’as vu leur rayon Twilight?! Disons que j’ai vu beaucoup mieux! Ils n’ont même pas les figurines édition spéciale d’Edward! » Assez, c’est assez. Peut-être en ai-je manqué un bout. Peut-être suis-je tout simplement trop lent pour saisir le charme et la magie d’une série qui a presque relégué le pôvre Harry Potter au placard à balai. Peut-être étais-je mal disposé à visionner l’interminable film qui battu plusieurs records au box office lors de son premier week-end l’automne dernier (70.5 millions de $ en trois jours). Peut-être avais-je trop besoin de sommeil pour roupiller de la sorte pendant toute la première moitié d’un long métrage qui a tout d’un téléfilm un peu cheap tourné dans une école secondaire de St-Bruno. Jolies filles en moins. J’en ai marre du phénomène, de ces vampires moumounes qui font passer les personnages de Karmina pour des figures mythiques du cinéma fantastique mondial, de ce couple Belle-Edward tellement peu charismatique qu’on en vienne à regretter les triangles amoureux tordus des Dames de Cœur, de ces maquillages blanchâtres de créatures de la nuit tellement bâclés qu’il est possible d’en voir la délimitation autour du visage, de ces gens dans le métro qui manquent leur station parce que la lecture du dernier tome de la série les absorbent à un point indécent, de ces jeunes pré-pubères vêtus de noir qui débarquent maintenant à l’école le visage blême en se réclâmant du monde des ténèbres. “T’as pas lu Twilight?! Telllllllement wedge!” J’en ai marre de Twilight. C’est dit. *** Et dans un tout autre ordre d’idée, j’en ai aussi marre de La Clique du Plateau. Un fort joli blogue sur lequel des farmers édentés incapables d’aligner deux mots crachent et vomissent leur mépris pour le showbiz québécois et ses artisans de façon gratuite et loin d’être constructive. Vous vous demandiez où pouvaient bien se terrer les barbus obèses fans d’Iron Maiden et encore puceaux lorsqu’ils ne sont pas occupés à baver derrière leur masque de chevalier du dimanche dans des « grandeurs nature » sur le Mont-Royal? Ils sont dans le sous-sol, chez leur maman, à remplir l’univers virtuel de La Clique du Plateau de leur fiel de critique télé pour handicapés mentaux derrière leur clavier souillé de graines de chips et d’une infinité d’autres microbes provenant d’on ne sait quelle fluide corporel.Mais ça c’est une autre histoire. Longue vie à eux.

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up