Le centre d’achats du mois : Centre Wilderton

Centre d'achats du mois

Traçant savoureusement la ligne entre Outremont et Côte-des-Neiges, le Centre Wilderton se pose comme un long couloir composite, borné par un massif Métro à l’ouest et un puissant Pharmaprix à l’est.

Visite guidée aussi correcte qu’efficace.

Pas moins futés qu’un autre, nous entrons par la pharmacie rouge. On comprend assez vite qu’à Wilderton, ça sert pas à grand-chose de prendre son temps pis de s’appliquer.

À preuve, les commis de la place ne se donnent plus toujours la peine d’écrire des mots.

Force est de constater qu’ils ne se forcent pas vraiment non plus pour que les affaires soient bien placées. En témoigne cette affichette de plastique retroussée mollement.

Semblerait-il que ça donne le ton à pas mal toute.

Supposés fermer à six heures, des magasins convoitent la paresse et tirent la plogue un peu avant, sans doute par peur d’être pognés dans le gros trafic de 18h07 de Van Horne.

Assez dommage parce que ces deux devantures laissaient entrevoir d’édifiantes choses.

Côté spéciaux, ça brasse icitte, à commencer par le Basha qui offre à ses clients un accord poutine/frites au prix facultatif.

Sans le vanter aveuglément, on peut dire que le Twins déplace de l’air ben comme il faut ici.

Ce qui est beau en particulier, c’est l’agencement coloré de ses affiches de prix.

Et ça se poursuit à l’intérieur!!

Entouré ainsi de zigzags, le mot “Chapeaux” fait plus prestigieux.

Une autre place qui impressionne par son esthétique sommaire et DIY : Lingerie Tayro.

Ici, c’est important de savoir – et ce, à chaque centimètre carré où vous regardez – que le magasin va fermer dans un futur rapproché.

Considérant qu’il y a de la place sur la feuille, aussi bien marquer la même affaire deux fois.

Deux coups de cœur à ne pas négliger :

En face, au Tabatout, la folie des spéciaux se poursuit.

Pour ceux qui se demandaient pour quelle estie de raison une tabagie vend des chemises, vous en aurez plein votre casque en constatant qu’on peut également y trouver des oreillers en forme d’emoticons Facebook.

C’est sur qu’à force de passer des commandes pour vendre n’importe quoi dans sa tabagie, on finit par manquer de temps pour aménager un espace accueillant.

On aura beau dire ce qu’on voudra, mais ce cordonnier semble avoir un talent inné pour la mise en page à partir de Microsoft Word.

Le clou de la vie : l’infatigable Poêle magique.

Aperçu de l’ambiance à l’entrée :

À notre grande surprise, on constate qu’il n’y a pas tant de poêles magiques dans ce magasin.

C’est plutôt le genre de place à vendre des sièges de toilette beiges en polar…

…ainsi que du fil pour les artisans qui font des chaussettes.

Les produits louches vendus par des compagnies louches sont légion ici.

Pour ceux qui seraient intéressés à avoir en stock les coffrets DVD des 32 saisons de Ma maison Rona.

Petit rappel : cette table sert UNIQUEMENT à plier des vêtements. C’est à vos risques et périls si vous essayez de faire autre chose avec, genre poser un bol de chips dessus.

Ce dessin a probablement été imprimé en 1997.

En montant un palier dans le même magasin, on se rend compte que, dans le fond, on est rendus dans un autre magasin.

Le nom de ce repaire de haute mode féminine? Modes caché.

L’accord du pluriel reste, encore à ce jour, totalement mystérieux.

L’incertitude grammaticale est également de mise au Centre des ongles.

Terminons cette douce promenade par la fameuse Boulangerie Montréal Cachère.

Un vieux truc : avoir une devanture en français pour mieux cacher  à l’OQLF qu’à l’intérieur tout est en anglais.

Pour ceux qui se demandaient à quoi ça ressemblait des plats en aluminium cachère, c’est ici.

Malheureusement, le comptoir à viande cachère est bien vide aujourd’hui. Les rabbins, eux aussi, ont le droit de prendre des vacances.

Bonnes vacances à tous!!!!!!

 Pour lire un autre reportage Centre d’achats du mois d’Olivier Boisvert-Magnen : Plaza Swatow

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Le centre d’achats du mois : la Place Frontenac

Visite guidée de ce «dead mall» que les citoyen.ne.s du Centre-Sud tentent de sauver.