Jimmy Beaulieu

Canicunilingus : l’été c’est fait pour jouer aux fesses

Il faut aussi chaud dans la bande dessinée « Ma voisine en maillot de bain ».

Attention, ce texte peut contenir des vers d’oreille.

Vous êtes déjà tannés d’en entendre parler, mais on ne peut y échapper : maudit qu’y fait chaud hein?! Le mercure grimpe au même niveau que diminue notre tolérance à ladite chaleur. On a de la broue dans le toupet et on arrive détrempé à destination avec les pores dilatés et le front luisant. C’est pendant ce temps-là que la pudeur prend le bord. Les corps s’exhibent et parfois s’entremêlent.

Tout cela a inspiré Jimmy Beaulieu qui, à la sueur de son front, a décidé d’encrer la rencontre fortuite entre deux citoyens mitoyens dans la bande dessinée Ma voisine en maillot.

À l’instar de l’auteur, je me suis amusé à imaginer une trame sonore pour accompagner la BD. À vous d’en faire autant!

Hot town, summer in the city

Back of my neck getting dirty and gritty

Been down, isn’t it a pity

Doesn’t seem to be a shadow in the city

The Lovin’ Spoonful—Summer In The City

Montréal. Canicule. Blackout.

Ces trois mots ont de quoi faire frissonner. Il n’y a rien de pire que de rester stuck dans le métro à travers cette marée humaine suffocante à respirer de l’air vicié. Ce n’est pas mieux dehors : dans la rue, le chaos causé par l’arrêt des feux rend la circulation impraticable. Il n’y a plus qu’à déambuler sans but précis en grommelant d’avoir perdu son projet sans avoir eu la chance de le sauvegarder — typique — et de prier que le jus revienne avant que le frigo ne répande le sien sur le plancher.

Do I love you?

Do I lust for you?

Am I a sinner because I do the two?

Could you let me know

Right now, please

A Tribe Called Quest—Bonita Applebum

Elle sort du métro. Il rentre du boulot.

Boy meets girl, mais… l’amour n’a pas de sexe.

Voici la chance tant attendue de parler à la voisine d’en face. Ça sort tout croche, c’est malaisant, mais le charme opère puisqu’elle l’invite à la piscine. Avant, un petit saut à l’appart pour mettre le grappin sur son maillot. Tout un privilège que d’accéder au sanctuaire de l’être voulu. On en apprend beaucoup en jetant des regards furtifs, analysant tout ce qui possible d’apercevoir du vestibule. Il ne reste plus que le test ultime qui déterminera l’avenir de cette relation : les goûts musicaux — c’est vraiment plus important qu’on ne le laisse croire. Il quitte le lieu à regret avec l’espoir d’y retourner un jour ou peut-être une nuit.

Cocotte ma pelote

Ôte ta petite culotte

Montre-moi ton poil carotte

Amoureux fou

Comme un petit roux

Laid comme un pou

Jean Leloup — Printemps été

On s’aventure en terrain inconnu même si on connait déjà le chemin qui y mène. Le courant passe ; l’eau est un bon conducteur. Il n’y a qu’eux. Le reste est superficiel — flou. Un rêve éthéré qui sent le chlore et la crème solaire. Faites que jamais l’électricité ne revienne.

I said ooh girl

Shock me like an electric eel

Baby girl

Turn me on with your electric feel

MGMT — Electric Feel

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Pourquoi vous devriez assister aux soirées d’humour dans les bars

Des découvertes! Des bas prix! Du rire en masse!

Dans le même esprit