Blonk

Cadavre exquis  : 23 h 72

Ressusciter, en bédé.

Et puis ? Est-ce que le pays a sombré dans le vice et le stupre depuis la légalisation ? À part les effluves plus assumés et les magasins d’accessoires de tous acabits, rien n’a changé. Nous sommes toujours aussi… nous ? Au moins, quand on est gelé on se sent léger. En anglais on dit high ou inversement stoned. On devient lisse, dur et froid comme la roche d’une pierre tombale. Comme celle que touche le personnage principal de la BD de Blonk, 23 h 72… en sortant de son cercueil.

Qu’est-ce qu’on fait maintenant que la terre nous a recraché ? Assurément, on se dirige vers son ancien chez-soi. Sauf que votre blonde ce n’est plus votre blonde et qu’elle s’est rematchée avec Victor Cyr, le moron du bureau.

Ok, pas de panique. Qu’est-ce qu’on fait maintenant que la terre nous a recraché ? Assurément, on se dirige vers son ancien chez-soi. Sauf que votre blonde ce n’est plus votre blonde et qu’elle s’est rematchée avec Victor Cyr, le moron du bureau. C’est fini, la page est tournée et la bague retournée. Vous vous retrouvez donc mort, à la rue et vous puez. Une nuit sur un banc de parc va peut-être vous aérer les idées. Ben non, vous ne rêvez pas, vous êtes toujours bien vivant! Si la fille ne veut plus de vous, allez voir votre bon vieux chum parce que lui au moins, il est fiable. En invoquant le Bro Code, vous réussissez à crasher chez lui — à la désapprobation glaciale et le mutisme de sa copine. C’est sûr que votre passé, disons… tumultueux y est pour quelque chose.

C’est incroyable comme on se sent fringant quand on est un zombie horny pour la petite amie de son buddy. C’est parce que vous n’avez plus de cerveau que vous pouvez vous permettre de foutre la merde dans son couple en pensant avec votre zizi. Oh non, wait… vous étiez un trou de cul avant d’être mourru ! Là, vous êtes on your own parce que c’est vraiment cheap ce que vous avez fait. Comment pouvez-vous vous regarder dans le miroir; vous êtes aussi laid en dedans qu’en dehors. Pourquoi vous êtes de retour alors que d’autres n’ont pas mérité leur triste sort ? Soudainement, vous êtes une épiphanie et vous décidez de retourner sur le droit chemin : vous vous trouvez une job, un appart et vous vous tenez loin de la blonde de votre meilleur pote — Bro Code.

Vous êtes un cadavre ambulant avec un boulot, une vie sociale et vous allez sur des dates pour oublier la fille qui vous a sacré là après que son copain se soit tué à cause de vous.

Si c’est elle qui vous saute dessus, est-ce que ça fait d’elle une nécrophile ? Il est vrai que ça la travaillait depuis un certain temps — quitter son chum, pas coucher avec un mort. Apparemment, elle préfère les bottes de motard aux pantoufles en phentex avec des pompons. Sauf qu’il n’y a pas qu’eux qui veulent s’envoyer en l’air. Gros nono, vous pensiez sérieusement qu’il n’allait pas le savoir ?

Récapitulons. Vous êtes un cadavre ambulant avec un boulot, une vie sociale et vous allez sur des dates pour oublier la fille qui vous a sacré là après que son copain se soit tué à cause de vous. Ah ! Vous avez vraiment un karma de marde ! Si j’étais vous, je me crisserais en bas du pont. Pas de chance, même la mort ne veut pas de vous.

Avez-vous déjà pensé à fumer du pot ?

+++

23 h 72, de Blonk, est publié aux Éditions Pow Pow.

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up