Brownies d’une sad girl

Recette inspirée de À la di Stasio

En douze ans d’existence, URBANIA ne s’est jamais vraiment risqué en cuisine, excepté peut-être pour les magazines Bouffe et Gros. Nous mettons enfin les mains à la pâte dans le cadre d’une collaboration avec Cannelle, qui en a beaucoup à nous apprendre. Allant du gâteau aux carottes, aux pains multigrains en passant par la pâte à pizza, Cannelle est une boulangerie artisanale québécoise qui crée des pains et des desserts sans gluten. Cette entreprise de chez nous célèbre cette année ses 10 ans. Pour l’occasion, et aussi dans le but de démystifier cette bibitte qu’est le GLUTEN… ou plutôt le SANS gluten, nous avons demandé à nos collaborateurs de se prêter au jeu et d’utiliser des produits Cannelle pour cuisiner de bons petits plats.

Dix d’entre eux ont donc relevé le défi, en s’inspirant d’un chef cuisinier ou d’un blogueur culinaire québécois. Ils se sont mis aux fourneaux pour vous concocter des recettes de leur cru, en y mettant une petite (grosse) touche personnelle. Ces recettes, parfois douteuses, conséquence inévitable de leur imagination débordante, n’ont fait que rendre l’expérience encore plus amusante. On vous dit : Bon appétit!

Supposons que vous aviez une date ce soir.
Supposons que vous aviez cuisiné un repas spécial.
Supposons même que c’était un anniversaire.

Maintenant, supposons que votre date ne s’est pas pointée.

Qu’elle ne se pointera jamais.
Que vous êtes forever alone.

Voici donc la recette de brownies à la Marie di Stasio, le seul et unique aliment susceptible de vous remonter le moral dans une pareille occasion :

En personne prévoyante et généreuse que vous êtes, vous aviez acheté des brownies de Cannelle boulangerie comme dessert. De bons petits brownies en portions individuelles, préparés sans OGM et sans gluten, avec de la farine de riz brun à grains entiers. Vous pensiez impressionner votre date avec votre intérêt pour l’approche holistique de l’alimentation.

Wow, such foodie, qu’il ou elle ce serait dit. Much intérêt.

Or, ces brownies, vous allez les manger seul(e), pauvre de vous. Voici donc la liste des ingrédients nécessaires à la préparation de ces next level brownies :
– brownies Cannelle boulangerie
– crème fouettée en cacanne
– bonbons multicolores, aussi appelés sprinkles
– pépites de chocolat (comme s’il n’y en avait pas assez dans les brownies) 
- framboises (ou cerises en pot pour les plus braves)
– bougies de fête
 – quelques larmes fraîchement braillées
– mélancolie toute dégoulinante de pathos

Vous êtes maintenant en business!

On passe maintenant aux étapes de préparation de ce plat réconfort. Attention : ne jamais tourner le dos à la caméra. Camera adds 10 pounds… direct dans les fesses. Et brownies add 10 pounds… direct dans le cœur.

Première étape :

Placez les brownies dans un plat de pyrex. Ordonnez-les soigneusement en rang d’oignon ou crissez-les en tapon : ça n’a pas beaucoup d’importance puisque vous serez seule pour admirer votre création.

Deuxième étape :

Prenez la cannette de crème fouettée, ou devrais-je dire “garniture fouettée légère en aérosol”. Avant toute chose, versez une bonne quantité de ce mélange des dieux directement dans votre bouche. C’est un moment judicieux pour boire un verre d’eau : vous aurez besoin de vous hydrater tout au long de l’expérience, aussi bien commencer maintenant. Une fois l’estomac tapissé d’huile hydrogénée, vous êtes prêt(e) à décorer votre création. Allez-y de façon libre, laissez aller votre imagination : bordures enjolivées, petites montagnes twistées, ou gros FUCK YOU écrit en crème fouettée. À vous de décider.

Comme le dit le dicton : your body your choice, your brownies your voice.

Troisième étape :

Les garnitures sèches, communément appelées “les cossins sucrés”. Sprinkles et pépites de chocolat : allez-y gaiement en les saupoudrant de façon aléatoire sur le dessus de votre chef d’œuvre. Chanson(s) optionnelle(s) : “Spoon full of Sugar” (Mary Poppins) ou la plus corsée “Fuck You” (Lily Allen). Allez champion(ne) : sing your little heart out. Ça commence à ressembler à du maquillage de clown fondu? Parfait! On continue.

Quatrième étape :

L’ajout santé. Ajoutez quelques framboises au gré de votre fantaisie. Avec les framboises et la crème fouettée restantes, vous savez quoi faire. Un Amélie Poulain bien trash : une belle spirale direct dans la paume de la main, avec des framboises sur chaque doigt. Courage, vous allez bientôt pouvoir goûter aux brownies.

Dernière étape :

La touche festive. Choisissez des bougies de la couleur de votre âme. Pas de bougies noires? Qu’à cela ne tienne, vous pouvez prendre les rouges : après tout, c’est la couleur du sang de votre ennemi(e), genre celui/celle qui ne s’est pas pointé(e) ce soir. J’allais vous suggérer d’allumer une bougie pour chaque fois où l’autre vous a énervé(e), mais un peu de calme : c’est un gâteau de fête, pas un feu de camp.

Personnellement, j’opte pour deux bougies, comme dans l’expression “On ne me dira pas la même affaire deux fois : maintenant que je sais que tu es une merde, je ne partagerai JAMAIS mes brownies avec toi”.

Félicitations, vous êtes rendus à la dernière étape de cette aventure calorique en solitaire : manger! Vous pouvez dévorer le tout à même le plat de pyrex, cuillère ou fourchette à la main. Mieux encore, saisissez les brownies en portions individuelles avec vos doigts.

Après tout, ce n’est certainement pas moi, reine du comfort food sauce aux larmes, qui va vous juger.

Pour consulter d’autres recettes d’URBANIA : Biscuits aux épices de Noël et graines de citrouille et Mange, prie, aime le sans gluten.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up