Bombardons la Palestine avec Véronique Cloutier

« En 2014, nous avons fêté les 20 ans du soulèvement zapatiste au Mexique. La preuve qu’un autre monde est possible », affirme Véronique Cloutier.

Malheureusement, cette citation de Véronique Cloutier ne fera pas la première page du Journal de Montréal. Véro est l’une des militantes altermondialistes les plus censurées au Québec.

Qui est Véro? Pourquoi occupe-t-elle autant de place au Québec? Est-elle une intellectuelle? Une artiste? A-t-elle contribué à l’élaboration des nouveaux nanomatériaux hybrides convertisseurs d’énergie solaire? Elle est bien plus que ça : c’est une « personnalité publique ». Qu’est-ce qu’une personnalité publique? C’est une personne qui gagne des trophées au gala Artis comme « Personnalité féminine de l’année ». Rien de moins camarades!

Qu’on le veuille ou non, Véro accompagne chaque seconde de nos vies à la radio, à la télé, dans les journaux, dans les revues, au cinéma, sur scène, elle est aussi productrice, elle possède sa propre collection de vêtements, des parfums, un magazine à son nom (et au moment d’écrire ces lignes, elle est probablement couchée sous votre patte de table branlante pour équilibrer le tout et vous faciliter la vie). Un être humain qui occupe autant de place dans notre société ne peut qu’avoir des savoirs uniques, des talents hors normes et des pouvoirs magiques.

Véro a beau être partout, son discours, lui, n’est nulle part. Et même si elle a maintes fois confié au Échos Vedettes être la quatrième membre des Pussy Riots (photo à l’appui), le  magazine à potins ne publie pourtant que d’attachants portraits de Véro et son mari, de Véro et son cupcake, de Véro et son acrochordon.

Dans une entrevue exclusive accordée au journal « Le Mouton Noir », elle avoue que si elle a animé autant d’émissions insignifiantes dans sa carrière, c’était dans le but de tisser un lien de confiance avec la population du Québec pour pouvoir enfin leur parler de son vrai projet politique : l’anarcho-syndicalisme. Ce n’est pas un hasard si à Tout le monde en parle cet automne, Normand Baillargeon et Véronique Cloutier étaient sur le même plateau. Ce fut un véritable front commun anarchiste.

D’ailleurs chaque fois qu’elle reçoit un prix, Véro n’hésite pas à prendre position. Comme lors de son discours de remerciement au gala Artis où elle vilipendait l’industrie agroalimentaire : « On produit actuellement assez pour nourrir 9 milliards et demi de personnes sur la planète. Nous sommes, aux dernières nouvelles 7,2 milliards d’humains. On produit trop de nourriture. Alors pourquoi des gens meurent encore de faim? C’est la répartition qui est inadéquate ». Comme dirait Edward Snowden : « Véro en sait trop ».

Si parfois Véro se fait plus discrète dans l’arène publique, c’est qu’elle se retire pour poursuivre sa lecture de « Le Capital » de Karl Marx. Consciente de son influence et de l’accès privilégié aux médias, elle peaufine sa dialectique et ses arguments pour ainsi convaincre le peuple de se révolter contre le système capitaliste sauvage. Muse de la gauche radicale, elle aspire à recoudre notre monde déchiré avec ses petits doigts vernis et sa chevelure blonde. « J’utilise les apparats du système pour mieux le combattre. Si Rosa Luxemburg s’était trimée et teint les cheveux, on l’aurait plus écoutée».

Dans le but de me rapprocher de Véro, j’ai fumé un pétard et je suis allé voir le spectacle « Les Morissette ». Épiphanie! J’ai assisté à une messe religieuse, mes amis. Mille dévots en transe devant Sainte-Véro. Pendant deux heures, la guerre n’existait plus et même la famine avait le ventre plein.

Véronique Cloutier : une force révolutionnaire!

Depuis quelques années, le Québec était l’otage d’une tension sociale sans borne : le conflit Véronique Cloutier et Julie Snyder. Véro l’a réglé. Ça redonne confiance en l’humanité. C’est pourquoi Véronique Cloutier, comme Che Guevara en 1959, doit se rendre en Palestine. La Palestine a besoin de Véronique Cloutier et de sa pensée révolutionnaire. Cette femme canon est une force de frappe extraordinaire. Bombardons la Palestine avec Véronique Cloutier. En larmes, elle confiait justement à Deux filles le matin que « la Palestine brûle câlisse! Seulement depuis le 8 juillet dernier, pratiquement 2 500 Palestiniens ont été tués, dont un quart d’enfants, et 70 Israéliens, dont 64 soldats et un enfant. Mon prochain défi à relever sera le conflit Israélo-palestinien ».

Mais pour ce faire, donnons-lui plus de place, plus de tribunes et surtout le titre qui lui revient de droit : une femme fontaine de Jouviance capable d’éteindre tous les feux.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up