Pas besoin d’aider, juste tasse toé du chemin…

Avec 2017 qui s’est pointé le bout du nez, je pourrais tomber dans le piège des résolutions et me mettre le bras dans le tordeur en me souhaitant une meilleure alimentation, plus d’exercice et un peu moins de mauvaise humeur dans mon quotidien.

Mais comme j’écris ce texte en trouvant que c’est vraiment long avant que ma pizza arrive pour souper, je pense que je devrais laisser faire les bonnes intentions et passer tout de suite au prochain appel.

Allons-y donc avec des souhaits pour la nouvelle année, des désirs, des choses que j’aimerais voir un peu plus souvent – pour ne pas dire tout le temps.

J’aimerais ça que les imbéciles heureux qui débitent leurs opinions rétrogrades sur beaucoup trop de tribunes soient plus paresseux en 2017.

Plus de gros bon sens et un brin de paresse
J’aimerais ça qu’on use plus de notre gros bon sens pour autre chose que l’amélioration de la condition de votre nombril. Les différences, les aspirations des autres et leur bien-être, ça ne vous enlève rien. Laissez les autres s’exprimer et s’épanouir demande moins d’effort que de se mettre dans leur chemin avec des réticences et des jugements.

C’est un bon souhait ça – la paresse. Simple à réaliser et collectivement plus efficace que beaucoup d’approches qui alimentent le mépris de l’autre.

J’aimerais ça que les imbéciles heureux qui débitent leurs opinions rétrogrades sur beaucoup trop de tribunes soient plus paresseux en 2017.

Je nous souhaite de la paresse parce que si Richard Martineau et Éric Duhaime laissaient aller, ne serait-ce qu’une de leurs trop nombreuses plateformes d’expression pour prendre ça smooth et s’adonner à un hobby autre que la médisance, ça laisserait de la place pour des voix différentes dans nos médias qui serait peut-être, sacrilège, ouverte à écouter les envies et les besoins des autres sans chercher à les écraser.

Souhaitons-nous de la paresse. Mais si vous avez quand même envie d’être actif, de grâce, ne soyez pas un obstacle. Tassez-vous du chemin à défaut d’aider.

On ne vous demande pas de faire un lift aux Brutes quand elles vont donner une conférence dans une école, non, on n’oserait pas aller jusque-là. Votre seule contribution, réellement, serait de ne pas faire de détour dans votre journée pour être une entrave à l’expression des autres.

Tassez-vous du chemin à défaut d’aider.

Rien que ça – ne plus être une partie intégrale du problème en ayant peur de « perdre des acquis » ou en vous sentant menacé parce que, forcément, si une femme ou une minorité se sent épanouie c’est parce qu’elle vous vole quelque chose.

Comprendre que le consentement n’est pas un obstacle au plaisir
Encore plus fou, c’est possible de complimenter une femme et même de lui dire les pires des vulgarités qui nous passent par la tête, tant qu’on s’assure avant qu’elle a envie de les entendre. Je sais, c’est étrange comme concept, mais c’est vraiment chouette le plaisir partagé.

Donc, prenez des notes : « qu’est-ce que tu manges pour être belle de même » n’a jamais contribué au bien-être de personne et le prochain mononcle qui ose dire qu’il ne peut plus faire un compliment sans se faire traiter de sexiste devrait tenter de se souvenir la dernière fois où un inconnu s’est intéressé à son physique avant de lui dire bonjour.

Plus d’art?
Sur une note plus légère, pourquoi est-ce que c’est le « musée » Grévin? Me semble que c’est insultant pour la culture qu’on élève des chandelles au statut d’œuvre muséale. Le salon Grévin, ou bedon le centre Grévin? Musée, sérieux, même le centre des sciences n’a pas cette prétention.

Plus de diversité et moins d’intolérance

Dans le fond, je ne vous demande même pas de changer.

Autre souhait : la diversité à l’écran, ce n’est pas « écrire un rôle de noir » pour faire plaisir aux autres cultures et ne pas se faire taper sur la tête. NON ! La diversité à l’écran, ou sur le marché du travail, c’est offrir des opportunités égales à tout le monde et une représentation réaliste de notre société.

Got it, Gilbert? Personne ne vous demande d’inclure des individus dans votre vie, juste parce qu’ils sont « couleurés », mais prendre la peine de les écouter vous fera vite comprendre que la différence n’est pas une maladie ou un quota. Dans le fond, je ne vous demande même pas de changer.

Jamais je n’oserais vous priver de votre liberté de dire que des « tites madames chinoises », ça conduit mal une auto. Mais en échange, ne venez pas nous enlever notre liberté de vous traiter d’imbéciles et d’espérer un peu de silence de votre part pour qu’on puisse justement entendre les voix de ces « tites madames chinoises » qui n’ont rien demandé d’autre que d’être heureuses et d’élever leur petite famille tranquille en allant s’acheter des gogosses au DIX30.

Ben oui, comme vous autres. Pareil comme vous autres. C’est con de même.

Je sais, j’abuse un peu, mais j’y crois qu’on peut simplement arrêter de nuire aux autres en ne mettant pas d’énergie sur les choses qui leur font entrave.

Quand on prend la peine d’écouter les autres, on réalise qu’ils ont un peu les mêmes besoins fondamentaux que nous. Être bien, ne pas avoir faim, se sentir aimé, écouté, en sécurité. Se faire protéger à l’occasion et sinon avoir l’espace nécessaire pour prendre des risques.

Remarquez que cette liste ne parle pas d’enlever quoi que ce soit à qui que ce soit. C’est fou n’est-ce pas? Personne ne vient voler « nos jobs », « notre religion » ou « notre culture ». Par contre, plusieurs personnes espèrent vivre une parcelle de bonheur avec les gens qu’ils aiment.

Quand on prend la peine d’écouter les autres, on réalise qu’ils ont un peu les mêmes besoins fondamentaux que nous.

N’écoutez pas les « opiniateux » qui hurlent le contraire dans un micro ou devant une caméra.

Dans le fond c’est ça mon souhait pour 2017 – arrêtons d’écouter les gens qui crient. Forcément, si ton message doit être dit très très fort pour ne pas qu’on le manque, c’est parce que ça ne vaut même pas la peine qu’on l’écoute en premier lieu.

Respirez, prenez le temps d’écouter et n’oubliez pas, ne soyez pas un obstacle. On ne vous demande pas d’aider … juste d’arrêter de nuire.

Ah et plus de légumes verts, semble-t-il que c’est bon pour la santé.

Bonne année tout le monde.

Pour lire un autre texte de Stéphane Morneau : « On a les politiciens qu’on mérite ».

————

document.getElementById('ShopifyEmbedScript') || document.write('');

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Chers gens, cessez de vous vanter de ne pas aimer quelque chose.

Ça en dit plus sur vous que sur ceux que vous ridiculisez.