7 raisons d’haïr le camping

Les jambes dévorées par les moustiques, les cheveux qui sentent le feu de camp et le swing de votre partenaire de tente… chaque année, c’est pareil. On se dit qu’on ne remettra jamais les pieds sur un terrain de camping.

Et pourtant, pogné dans le trafic en pleine canicule, on se surprend à rêver de retourner connecter avec la nature le week-end prochain.

LISEZ CETTE LISTE AVANT DE REFAIRE LA MÊME ERREUR!

Voici 7 bonnes raisons de ne plus jamais aller camper

1- Parce qu’au prix que ça coûte, on serait mieux à l’hôtel.

“Allez au camping!”, qu’ils disaient…”Ça coûte pas cher, vous verrez!”

La réalité, c’est que le camping est devenu le haut lieu du bling. La gentrification d’Hochelag’, c’est rien à côté de ça. La compétition de gazebos et de cafetières à panneau solaire, c’est une réalité du XXIe siècle. Vous finissez par être tanné d’être la risée du camping, alors vous achetez tout un tas de bébelles qui ne vous resserviront jamais.

Ça finit par coûter cher pour des vacances à jouer au Uno sous la pluie.

2- Parce que le camping a tué l’hygiène.

Un jour, quelqu’un a décidé qu’on allait commencer à se laver pour enfin sortir du Moyen-Âge. Des dizaines de maladies horribles ont cessé d’exister, et la vie est devenue géniale.

Puis, quelqu’un a inventé le camping. Fin.

Lorsqu’on ne sait pas si on a oublié de ranger le fromage dans la glacière ou si c’est simplement l’haleine du matin : il est temps de rentrer. Encore là, il faudra affronter l’unique douche du camping qui grouille de MYGALES et de SERPENTS, sinon les cinq heures de char au retour vont vous sembler longues après une semaine à avoir la diarrhée dans un trou en terre.

3- Parce qu’on aimait les gens, avant de passer une semaine au camping.

Aaaah! La nature! Le silence! Loin des klaxons et du grondement de la ville. Tiens? Un héron? Une bête sauvage à découvrir? Mais non! Ce sont seulement des Ontariennes saoules.

Il n’est que 14h, mais vous savez que la journée ne vous appartient plus, car lorsque les Ontariennes seront assommées par la téquila vers 19h, Jacqueline et Denis vont hurler pendant 45 min que l’autre est incapable de faire un feu, puis ce sera l’heure de la maudite guitare. Sérieusement, est-ce qu’il existe quelqu’un sur Terre qui ne sait pas jouer L’Hymne de nos campagnes ?!

Au camping, tout le monde s’haït, et pourtant tout le monde se dit “allo” quand ils se croisent : c’est vous dire à quel point les gens qui vont camper sont tous des psychopathes.

4- Parce que baiser en camping, c’est l’enfer.

On a beau se réveiller humide et raqué tous les matins en camping, c’est rarement parce qu’on a passé la nuit à trinquer du nombril. Si vous n’êtes pas repoussé par le manque d’hygiène de votre partenaire, peut-être que la famille qui chante du Tryo autour du feu à 2 pieds de vous saura refroidir vos ardeurs. Tousser pour couvrir le bruit, ça fait son temps. On peut jamais fister tranquilles.

5- Pour la haute probabilité de se faire agresser par un ours.

La seconde où on éteint la lampe de poche, il y a toujours un petit malin pour raconter comment le beau-frère du mari de sa cousine s’est fait agresser par un ours, une fois. “C’était pas loin d’ici, justement, me semble. Allez, bonne nuit!”

Et là, l’envie de faire pipi vous prend.

6- Pour les pantalons avec des zips qui deviennent des shorts.

Ouache.

7- À quoi ça sert de camper si on peut pas l’instagrammer?

Sans connexion internet pour en parler, est-ce qu’on peut réellement considérer qu’on est parti camper?

Les tout inclus sont à moitié prix pendant l’été… Just saying.

«Journaliste bien biaisée.»

Du même auteur