6 bonnes raisons de boire du vin du Québec

Après Céline et bientôt Ricardo, le Cirque du Soleil et Moment Factory, de quoi le Québec peut-il être fier? Son vin. Maintenant que la mode est à la consommation “locale”, t’as pu aucune raison de ne pas essayer un petit vino blanco québéco!

En fait, t’as 6 bonnes raisons d’en boire. SIX!!!

1 – Parce que la mer Méditerranée n’a pas le monopole du raisin

Les meilleurs raisins que j’ai mangés dans ma vie se trouvent… à Verdun, dans la cour arrière de mes parents. Pis guess what? C’est pas le Verdun du débarquement de Normandie, c’est bel et bien le Verdun Beach de la Patate chez Normand. (Si tu connais pas ce casse-croûte, va faire tes devoirs.) Bref, des raisins, c’est pas mal le fruit le plus démocratique au monde, avec la mangue (no joke) et la tomate (non, c’est pas un légume, retourne à tes devoirs).

2 – Pour être saoul moins vite

**AVERTISSEMENT : C’est ici que je vais tourner les coins ronds dans mes explications. J’ai pas appris ça dans mes cours d’écriture à l’École nationale de l’humour, désolée. Faire du vin c’est de la réelle chimie, pis j’ai passé su’l cul mes cours de chimie 584, j’aurais vraiment dû prendre Arts plastiques en secondaire 5.**

Le réchauffement climatique a un réel impact sur la production du vin. Plus le climat est chaud, plus ton raisin sera sucré… et plus ton vin sera alcoolisé. Il y a plusieurs régions dans le monde qui ont de la difficulté à respecter un taux d’alcool “raisonnable” (en bas de 14 %, svp!) parce qu’il fait de plus en plus chaud dans la région. **Fin du résumé boiteux.**

Le climat froid de la vallée du Saint-Laurent, le gel au sol, la pluie, la neige, donne donc un raisin moins sucré et donc un vin qui se situe autour de 11 % ou 12 %. Et c’est génial pour une soirée agréable/un lendemain de veille top shape!

3 – Pour être plus 100 % Québécois qu’un chroniqueur du Journal de Montréal

Quoi de plus québécois que Mathieu Bock-Côté? TOI. Il ne te suffit qu’un peu de take-out de la Cabane Au Pied de Cochon, des mitaines Harricana, un manteau Rudsak ET UN BON VERRE DE VIN DES CANTONS-DE-L’EST! Tu n’auras même pas besoin de parler d’identité québécoise avec des mots trop compliqués sans laisser parler tes interlocuteurs pour avoir l’air 100 % Québécois.

4 – L’Arche de Noé c’est la petite maison blanche

Selon la Bible (oui-oui, je suis allée chercher des exemples bien loin), Noé aurait planté la première vigne en Arménie APRÈS LE DÉLUGE. Vous me voyez venir? L’Arche de Noé c’est la petite maison blanche du Saguenay. Toute est dans toute. NOUS SOMMES ENTRÉS DANS UNE NOUVELLE ÈRE DU VIN AU QUÉBEC, GUYS!

5 – La description des Millésimes est plus “colorée”

Pour les néophytes, le millésime est ce qui désigne les conditions météorologiques de l’année de production du vin. On comprend donc que la météo a autant d’impact sur un raisin que sur l’humeur du Québécois moyen. On pourra donc se souvenir du millésime de 2012 comme celui “en t-shirt sur une terrasse dès la mi-mars/mon raisin suait déjà en mai”, celui de 2014 comment étant “l’osti d’hiver qui finissait pas d’finir/ma vigne était encore gelée en juin” et celui de 2016 comme ceci “j’aurais donc dû prendre l’air clim, j’ai mal dormi tout l’été/mon raisin était mûr le 2 juillet”.

6 – Le vin du Québec c’est mieux que de la poudre

L’époque où le “vin d’ici” signifiait dans ta tête “Ah non pas encore un vin en poudre fait par mononcle Raymond” est révolue! Il y a plus de 200 vignobles québécois reconnus pour faire du vrai de vrai vin, venant de vraies vignes avec des vrais raisins cueillis par du vrai monde!

Y’a rien de plus vrai.

T’as le goût de goûter à “du vrai” vin québécois? Ça tombe bien, il y a la Fête des vins qui se déroule du 28 au 30 octobre au Complexe Desjardins! Pour toutes les infos, c’est par ICI! 

document.getElementById('ShopifyEmbedScript') || document.write('');

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up