5 nouveautés à regarder sur Netflix en juillet

Il aura beau pleuvoir autant comme autant, vous ne vous ennuierez pas.

Bon, l’été est théoriquement arrivé. La température s’est réchauffée depuis quelques semaines et nous sommes collectivement sortis de nos foyers, pour profiter du soleil et faire autre chose de notre vie que de regarder la télé.

Pour ne pas vous inciter à rester à l’intérieur quand il fait beau, je vous ai préparé une liste de suggestions de nouveautés Netflix très légère en séries. C’était somme toute facile, parce qu’à part un gros nouveau show, les ajouts ressemblent pas mal à ceux d’un club vidéo en 1998. 

J’vous dirais bien de lâcher la télé tout le mois de juillet, mais Dame Nature est un tantinet capricieuse ces temps-ci. Mieux vaut prévenir que guérir!

Jackie Brown (1er juillet)

Si c’était initialement le film le moins bien reçu de Quentin Tarantino, il est devenu, au fil du temps, l’un des plus appréciés. Jackie Brown, c’est une adaptation du roman d’Elmore Leonard, Rum Punch, qui raconte l’histoire d’une hôtesse de l’air (la pétillante Pam Grier) qui se fait prendre à faire rentrer illégalement au pays de l’argent et de la cocaïne. 

Bien sûr, Jackie Brown est un film de Tarantino, alors tout le monde souhaitait mettre la main sur le pactole plutôt qu’envoyer cette pauvre Jackie en prison. C’est un film coloré, plein d’esprit et au sens de l’humour hyper tordu, comme il ne s’en fait plus aujourd’hui. Ça s’écoute très bien, un piña colada à la main.

Spider-Man : Homecoming (1er juillet)

Comme le disait l’immortel Homer Simpson : « Le troisième coup, c’est toujours le bon. » Après le Spider-Man emo de Tobey Maguire et la version un peu trop adulte d’Andrew Garfield, Marvel a finalement visé juste avec Tom Holland : un Spider-Man qui a (pour faire changement) vraiment l’air d’un ado.

Mais ce n’est pas la seule réussite de Spider-Man : Homecoming. Il s’agit d’un film ultra-rafraîchissant, parce que… pour une fois, le méchant ne cherche pas à détruire l’univers ou à faire de l’humanité des esclaves. Le film met en jeu un conflit bien bâti entre le super héros et son ennemi Vulture (l’excellent Michael Keaton), qui vit à la hauteur du slogan : « friendly neighbourhood Spider-Man ».

Dazed and Confused (3 juillet)

Le classique estival de Richard Linklater fait son apparition sur Netflix à mon plus grand plaisir. Pour ceux qui n’ont pas vu ce petit bijou, ça se passe entièrement lors de la dernière journée d’école à Austin, au Texas, et je ne connais pas meilleur film pour exprimer ce sentiment magique de liberté et d’innocence qu’on ressent lorsqu’on est adolescents, la journée de la fin des classes. Le monde nous appartient. 

J’ai aujourd’hui 36 ans, mais lorsque je veux me rappeler c’était quoi d’en avoir 16, je regarde Dazed & Confused. Un visionnement parfait pour une douce soirée d’été, quand il commence à faire un peu trop frisquet dehors. 

Stranger Things, saison 3 (15 juillet)

ENFIN! Enfin, la série culte hypernostalgique qui nous a tous mystérieusement donné l’envie de manger des gaufres EGGO est de retour. La deuxième saison était solide, mais un tantinet décevante, n’apportant que peu de nouveautés, il sera donc intéressant de voir ce que les frères Duffer ont pu créer en deux ans. Personnellement, j’espère que les jeunes auront vieilli un peu, qu’on se dirigera doucement vers les années 90 et qu’on aura droit à un autre méchant que le monstre à la tête splittée. On l’a assez vu.

Pour le reste, je vais laisser mon coeur d’enfant s’émerveiller. Stranger Things est la seule raison valide de regarder la télévision pendant des heures d’ensoleillement, en juillet.

 

The Great Hack (24 juillet)

On en sait encore très peu à propos de ce documentaire sur le scandale Cambridge Analytica qui a bouleversé les élections américaines en 2016. Il n’y a même pas encore de bande-annonce disponible. Juste un site web. C’est intrigant et pertinent à la fois. Cette affaire nous a tous un peu rendus paranos à propos de nos données personnelles en ligne et le documentaire promet de mettre en lumière ceux qui en font l’exploitation. 

Je sais pas où vous comptez être le 24 juillet au soir, mais je serai devant mon écran de télé… ou sur le web, pour me magasiner un VPN. 

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up