5 destinations surprenantes à faire à vélo

C’est pas parce que c’est loin qu’on ne peut pas s’y rendre sur deux roues.

URBANIA et Garneau s’unissent pour vous inviter à prendre les pistes cyclables d’assaut!

À croire les centaines de publicités de char diffusées chaque année, seul le véhicule à quatre roues a le pouvoir d’accéder aux plus hautes cimes et aux plus profonds vallons. L’automobile est vendue comme le moyen de transport du conquérant par excellence, à qui le hors-piste et les terrains accidentés ne font pas peur. Cela dit, le véritable ami de l’explorateur est en fait… le vélo. Oui, oui, ça, c’était un coup de théâtre, vous pouvez faire jouer la musique dramatique.

Les chemins de terre sinueux, la végétation touffue, les pentes de fou, ascendantes ou descendantes, rien ne fait peur à un bicycle bien préparé. Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai appris à me laisser envahir par le goût de m’évader chaque fois que je m’empare de mon guidon. Ça devient un peu intense quand c’est seulement pour aller chercher du pain à l’épicerie (et que je finis au parc Jean-Drapeau à la place), mais le seul fait de pouvoir bifurquer à tout moment sur une rue que je connais moins m’emplit de joie.

Je vous avertis, vous allez peut-être devenir accro au sentiment du découvreur accompli après avoir survolé ma liste d’endroits loin, loin loin, ou loin loin loin, où aller fouler le sol en enfourchant d’abord vos deux roues préférées.

Aller cueillir ses pommes à Rougemont

Bon, OK, c’est peut-être un peu cliché de choisir Rougemont, la municipalité qui a donné son nom au jus de pomme de notre enfance, pour aller faire sa cueillette cet automne. Par contre, y aller en vélo pète les conventions et pas à peu près. Rappelez-vous par contre de ne pas avoir les yeux plus gros que votre sac de sport, parce que sinon vous risquez de laisser littéralement tomber des pommes de route sur le chemin du retour.

Chemin à suivre : on vous conseille de sortir de Montréal par le pont Jacques-Cartier et de passer par la belle Chambly et sa douce rivière Richelieu. Paysages cutes garantis ou pommier remis!

Manger du fromage Oka… à Oka

Vous me voyez certainement venir avec mes suggestions culinaires beaucoup trop évidentes. Oui, Oka, c’est la bourgade des fromages, mais c’est aussi un parc national doté d’une plage relaxe, chouchoutée par les Montréalais qui veulent s’évader sans trop s’éloigner de la ville. Bref, le combo fromage-plage est à considérer, surtout si vous aimez les fondues au fromage improvisées à même un trou dans le sable.

Chemin à suivre : on traverse Laval et on enjambe la rivière des Mille-Îles pour longer le lac des Deux-Montagnes. Oka (le village) est juste après Oka (la plage), qui elle est juste après le Beachclub. Si finalement vous décidez de faire le party, un fromage en after le lendemain matin est une excellente façon de dégriser.

Aller porter son CV directement à l’aéroport de Mirabel

Ingénieur.e.s, mécanicien.ne.s ou simplement aficionados des avions, j’ai une mission pour vous. Vous n’êtes pas game d’aller en vélo à l’aéroport de Mirabel, berceau de l’aéronautique du Québec, pour y remettre votre CV en mains propres. En vous voyant arriver tout en sueur dans leurs hangars gigantesques, les mollets fermes comme le fuselage d’un Airbus, les fabricants de pièces d’avion vont tomber sous le charme et vous engager sur-le-champ… ou vous trouver vraiment, vraiment trop motivé.e.

Chemin à suivre : vous allez devoir aller vers le nord et passer par Sainte-Thérèse. Donc, autant effectuer un détour par le Collège Lionel-Groulx et passer les auditions pour l’école de théâtre, votre deuxième passion après les avions.

Visiter la ville natale de Céline Dion

On ne change pas, on ne met que les costumes d’autres, et voilà. Ah ouais : pis aussi, on déménage de son petit Charlemagne natal pour aller vivre à Vegas. Et à défaut d’avoir un assez bon vélo pour aller voir Céline là-bas, il vous reste l’option Charlemagne. Outre la maison où Céline a grandi, le bar où Céline a chanté son premier karaoké, le restaurant où Céline a mangé sa première poutine, on y trouve également une magnifique bibliothèque municipale (où vous pourrez emprunter la biographie de Céline) et un terrain de balle molle.

Chemin à suivre : on longe l’île de Montréal vers l’est longtemps, longtemps, longtemps et on passe au-dessus de l’île Bourdon. Ça donne le temps de répéter Pour que tu m’aimes encore avant le karaoké.

Aller faire une omelette avec l’œuf géant de Nutri-Œuf

Quiconque est déjà allé à Québec en passant la 20 l’a vu : le gros œuf de Nutri-Œuf. Un des plus grands joyaux du patrimoine du Québec. Le problème, c’est que de la 20, il est pratiquement impossible d’aller admirer l’alléchante sculpture de plus près. Mettez un gros poêlon dans votre backpack, enfourchez votre vélo et préparez-vous pour un festin de roi. Et un coup parti, passez visiter Saint-Hyacinthe. Une bonne bière au Zaricot avant de vous attaquer à l’omelette de votre vie? Pourquoi pas!

Chemin à suivre : en sortant par le pont Jacques-Cartier, vous allez pouvoir passer par Belœil et admirer la splendeur du mont Saint-Hilaire. Une fois arrivé à la rivière Yamaska, soit vous bifurquez vers l’Œuf sacré et réalisez la prophétie, soit vous laissez tomber le projet et faites juste vous prélasser tout l’après-midi à Saint-Hyacinthe, ce qui est quand même une bonne option (quoiqu’un peu moins ambitieuse).

*********

Avant de partir vers l’une de ces destinations, comptez sur Garneau pour vous procurer tout l’équipement nécessaire à votre promenade à vélo!

Et pendant que vous y êtes, profitez-en pour participer au concours “L’été, c’est fait pour jouer… et pour se dépasser aussi!” 

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

6 anecdotes de restauration : un livreur dans le fossé, Lionel Richie et de gros pourboires

La restauration, c'est tout sauf monotone...