Netflix

5 affaires qu’on a apprises lors de la table ronde avec les artisans de la série GLOW

Pour l'amour du Spandex.

Samedi, dans le cadre du festival Juste pour Rire, on a assisté à une table ronde réunissant des artisans de la série Netflix pleine de léotards GLOW. Le seul et unique show sur la lutte, les femmes fortes et les années 80 s’apprête à revenir pour une troisième saison, et on voulait pas manquer ça. Les deux créatrices de la série, Liz Flahive et Carly Mensch, ainsi qu’une partie de la distribution, étaient présentes. Voici les 5 choses qu’on a retenues de cette rencontre.

Tout le monde adore Britney Young AKA Machu Picchu

Vaguement inspiré de la lutteuse légendaire Mt. Fiji, le personnage de Machu Picchu est une géante au coeur tendre. Son interprète, Britney Young, était assistante sur la série Crazy Ex-Girlfriend avant d’être engagée sur la série GLOW. De cette expérience, elle a gardé l’habitude de prendre soin des comédiennes qui l’entourent, ainsi que d’apprécier et d’encourager le travail de tous les employés du show. Devant comme derrière la caméra, Britney Young irradie le charme et la gentillesse. 

L’actrice a par ailleurs exprimé sa gratitude de travailler sur une série body positive comme GLOW. Elle a raconté avoir travaillé sur des scènes de vestiaires où elle ne portait que des sous-vêtements de façon tout à fait naturelle…

L’actrice a par ailleurs exprimé sa gratitude de travailler sur une série body positive comme GLOW. Elle a raconté avoir travaillé sur des scènes de vestiaires où elle ne portait que des sous-vêtements de façon tout à fait naturelle… Alors que la plupart des autres séries n’auraient jamais montré un corps gros en petite tenue sans que cela soit souligné en rouge dans le scénario.

Une histoire de rapport au corps, à l’écran comme en tournage

Carly Mensch, une des créatrices de la série, a raconté qu’elle est tombée enceinte au cours de la première saison de GLOW. Très excitée d’enfiler pour la première fois le costume de show runner, elle a caché sa grossesse à tout le monde car elle refusait de se faire dire « Assieds-toi! Repose-toi! Tu devrais boire un verre d’eau! » durant cette période déterminante pour sa carrière.

Betty a déclaré qu’elle était euphorique lorsqu’elle a obtenu le rôle. Elle a ensuite regardé le documentaire sur les véritables Gorgeous Ladies Of Wrestling, et elle s’est dit «Ouf. Il y en a beaucoup qui sont en fauteuil roulant, maintenant.»

L’actrice Betty Gilpin, quant à elle, a confié qu’elle n’avait jamais pratiqué aucun sport avant d’apprendre la lutte pour son rôle de Liberty Belle. Elle s’est sentie libérée par le fait de s’entraîner de façon fonctionnelle – « pour être capable de porter Alison Brie et la lancer à l’autre bout du ring » – et non pas pour « avoir de jolis abdos définis ». Par contre, la lutte est un sport exigeant et parfois dangereux. Betty a déclaré qu’elle était euphorique lorsqu’elle a obtenu le rôle. Elle a ensuite regardé le documentaire sur les véritables Gorgeous Ladies Of Wrestling, et elle s’est dit «Ouf. Il y en a beaucoup qui sont en fauteuil roulant, maintenant.»

Ce que Marc Maron a appris des femmes

En minorité parmi un casting très féminin, Rachel Bloom, l’animatrice de la discussion, a demandé à Marc Maron s’il avait appris quelque chose à propos des femmes. Il a répondu avoir principalement appris à écouter et à rester à sa place. Son personnage de réalisateur frustré Sam Sylvia est rustre et macho, mais c’est surtout une occasion pour l’acteur d’explorer les fissures aux fondations de la masculinité toxique. Les comédiennes présentes ont plaisanté qu’après trois saisons avec GLOW, Marc Maron avait obtenu le statut honorifique de femme.

De grandes humoristes dans la distribution

Kimmy Gatewood et Rebekka Johnson, qui interprètent les lutteuses de l’âge d’or Edna et Ethel Rosenblatt, forment un duo humoristique depuis de nombreuses années. Pour elles, le festival Just For Laughs de Montréal est très significatif, puisque c’est en participant à l’édition 2008 en tant que groupe musical « The Apple Sisters » qu’elles se sont fait connaître de l’industrie et des critiques. Cette année, elles présentaient aussi au festival leur court-métrage « Consent, a Short Comedy About a Serious Subject », une comédie très remarquée sur le consentement.

Une série pour les 80’s kids mélomanes

À la fin de la table ronde, un fan a demandé à connaître la chanson des années 80 préférée des artistes de la série. Voici leurs choix, pour votre plaisir nostalgique : 

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up