Elizabeth Laferrière

Culture de gym

On y pousse pas mal de fonte, mais on ne fait pas juste ça.

POUSSE, POUSSE, POUSSE DE LA FONTE ! »

Voilà 10 ans que Jonathan Painchaud nous a offert le sympathique succès estival Pousse, pousse. Dans cette chanson — qu’il dit avoir écrite en 15 minutes —, l’ex-Okoumé et homme fort de la chanson populaire raconte les déboires de ceux et celles qui se retrouvent seuls au fond du gym pour évacuer l’haltère qu’ils ont sur le cœur. Un thème simple qui a ému beaucoup de musclé.e.s sensibles puisque la chanson et son vidéoclip ont chacun reçu une nomination au Gala de l’ADISQ.

Il a raison, le petit Painchaud, de « pousser de la fonte pour oublier la honte ». En effet, on ne compte plus les études qui démontrent les effets positifs de l’activité physique sur la santé mentale. De l’Institut national de santé publique du Québec à l’Organisation mondiale de la santé, on nous recommande de nous entraîner plusieurs fois par semaine pour aider à prévenir la dépression et les troubles anxieux. Par contre, il semblerait que l’entraînement en groupe et les sports d’équipe soient plus bénéfiques pour le moral que de se retrouver seul au fond du gym. S’entraîner avec Jonathan Painchaud dans les oreilles, ça compte ?

LE HULK CORÉEN

En décembre 2017, les journaux à potins nous ont fait découvrir Je-yong Ha, un milliardaire coréen qu’ils pensaient être le nouveau chum de Lindsay Lohan. Si ce gars-là se fait surnommer « Korean Hulk », c’est peut-être parce qu’il déchire systématiquement ses chemises. En effet, du haut de ses 5 pieds 4 pouces (1,67 mètre), il a un tour de biceps de 22 pouces (56 centimètres) !

À 30 ans, ce champion de bras de fer se dit capable de soulever 270 kilos en développé-couché, soit l’équivalent d’un ours brun ou d’une machine distributrice. Il rêve de devenir champion du monde de bras de fer ou de bench press. Mais en attendant, Je-yong Ha doit se contenter de sa petite vie d’entrepreneur jet-set qui parcourt le monde à bord de son avion privé.

PUMP UP THE JAM

Selon une étude britannique, il y a de bonnes raisons qui expliquent pourquoi tout le monde écoute de la musique en s’entraînant. Oui, ça camoufle les grognements d’effort de ses voisins, mais c’est surtout que les morceaux qui évoquent la force, le pouvoir et la confiance en soi sont associés à de meilleures performances sportives. De manière plus pragmatique, le bon tempo invite à enchaîner les répétitions à la bonne cadence : de 100 à 120 battements par minute (BPM) pour une course d’endurance, autour de 120 BPM pour la musculation et au-dessus de 140 pour le cardio-vélo.

En tête de nombreux classements des « meilleures tounes pour s’entraîner », on trouve 212, d’Azealia Banks (126 BPM), et Work, d’Iggy Azalea (140 BPM), deux artistes aux noms semblables — mais qui s’haïssent pour mourir. Mentionnons aussi Eye Of The Tiger, de Survivor (109 BPM), et Pump Up The Jam, de Technotronic (125 BPM). Ce hit techno planétaire est d’ailleurs cristallisé dans nos esprits grâce à l’une des parodies les plus connues de François Pérusse : Mon prof de gym. Tout est dans tout !

LES GYMS DE NOUVELLE GÉNÉRATION

Si vous pensiez que les gyms de 2020 allaient inclure des haltères volants et des elliptiques en réalité virtuelle, vous êtes dans le champ. La nouvelle tendance est plutôt à l’inclusivité !

Devant le constat que les gyms étaient davantage des lieux de culte du corps parfait qu’une occasion pour tout le monde de garder la forme, plusieurs établissements axés sur l’inclusivité ont vu le jour en Amérique du Nord. Leur but, c’est d’inviter à l’entraînement ceux et celles qui ne se sentent pas à l’aise dans les gyms traditionnels. Ça donne des lieux accessibles aux personnes qui se déplacent en fauteuil roulant, où les vestiaires ne sont pas genrés et où le personnel est diversifié. On n’y parle jamais de poids, de fermeté ou de ce qui est prétendument « sexy ». Au Rocket CrossFit de Seattle, aux États-Unis, les membres ont même commencé à s’entraîner en chest le dimanche. Car si quelques hommes étaient à l’aise de le faire, alors pourquoi pas tout le monde ?

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Lire la suite

La petite histoire du gym

En huit dates.