SAMUEL JACQUES - CONIFÈRE

3 fun facts sur la pornographie québécoise

Un extrait du magazine Sexplora : Pornographie

Tout le monde (ou presque) connaît Ron Jeremy, Jenna Jameson et le film Deep Throat. Mais au sujet de l’industrie québécoise du XXX, saviez-vous par exemple qu’une émission d’Éric Salvail a inspiré un film porno?

Retour sur quelques anecdotes surprenantes du sujet «Pornographie» de l’émission Sexplora

149$

Coût demandé pour suivre une formation intensive au travail d’acteur pornographique, offerte par la compagnie québécoise Pegas Productions. Les candidats intéressés doivent envoyer une photo d’eux en érection, question de correspondre aux critères physiques essentiels à la sélection.

Premier film porno du Québec

«Un homme perd son emploi et sa femme finit par se prostituer pour subvenir aux besoins du couple». Voilà le synopsis de la toute première production pornographique officielle du Québec, La putain au chômage. Tournée en 1993 avec un budget de 10 000 $, le film mettait en vedette Dundee Danger et Bosco, les deux premiers acteurs de cinéma XXX de la belle province. Les autres acteurs du film étaient tous des amateurs, recrutés par l’entremise d’une annonce publiée dans un magazine.

10 films pornographiques québécois au titre hurluberlu

1. 1-2-3 Go Johny Go!

2. 10 fesses qui se connaissent

3. Anal-phabet

4. Auditions juste pour jouir

5. Baise partout

6. Histoires de jouets sexuels

7. Histoire sans queue-ni-tête

8. Les anges de la pénétration

9. Les recettes pompettes XXX

10. Qui baise gagne

Pour consulter le magazine complet sur la PORNOGRAPHIE, c’est par ICI

Pour lire un autre texte de Julie Lemay: «5 bonnes raisons d’apprivoiser le plaisir solitaire».

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up