Jean-Pierre Huard

Comment reconnaître un vrai Gaspésien et une vraie Gaspésienne ?

Tourisme Gaspésie et URBANIA s’unissent pour vous faire entendre raison !

La période estivale est à nos portes. On est à 5 minutes de sortir notre bikini, notre crème solaire et notre babydoll en soie. Yahoo! Notre Québec regorge de régions extraordinaires à découvrir. La Gaspésie est une de celles-là et, en été, faut le dire, c’est le rêve. Vous allez dire que j’exagère… mais pas du tout! Je suis gaspésienne, je sais de quoi je parle!

Bien des gens s’obstinent à savoir où commence réellement la Gaspésie. À Ste-Flavie ou à Matane? N’entrons pas dans ce débat et laissez-moi plutôt vous informer de ce qu’est un vrai Gaspésien, une vraie Gaspésienne.

Tu sais que t’es gaspésien quand l’automne pour toi rime avec chasse et tête d’orignal sur chacun des hoods de pickup.

Le masculin sera ici utilisé pour, oui alléger le texte, mais aussi pour empêcher les esprits tordus de ne penser qu’à la célèbre chanson: la p’tite grenouille dit au crapaud… j’en ai ****** des Gaspésiennes… blablabla.

Tu sais que tu es Gaspésien si tu manges ton club sandwich avec de la sauce BBQ rouge. Parce que oui les amis c’est comme ça que ça se mange un club sandwich. Parle-moi pas d’un club mayonnaise ou ben un club sauce gravy brune. Nenô! Goûtez à notre façon de faire et après ça revenez-moi… Je vais vous donner la recette de la sauce! En plus l’été, en Gaspésie, y’a des bijoux de petites cantines tout le long de la route 132. Pis on va se le dire, quelqu’un qui vit son été 100 miles à l’heure se paye au moins un snack de cantine pendant la saison chaude.

Le Gaspésien a besoin de manger son poisson frais! Nous, aussitôt que le crabe sort, on vient fou raide!

Tu sais que t’es gaspésien quand l’automne pour toi rime avec chasse, tête d’orignal sur chacun des hoods de pickup et émission de radio Dans mon shack.

– «Dans mon shack bonsoir?»
– «Oui j’appelle pour féliciter l’équipe de chasse de mon mari qui a abattu ce matin une belle grosse femelle. 545 livres de viande!»
– «Félicitations! On poursuit maintenant en musique avec Irvin Blais et son succès Maman.»

Welcome to Gaspésie!

Tu sais que t’es gaspésien quand pour toi un été sans aller faire un tour dans la magnifique petite ville de Percé, c’est un été de perdu. Le rocher percé c’est super  impressionnant à voir et on ne se tanne pas. C’est cute, c’est vintage, y’a des bonnes tables, des belles petites boutiques, c’est super! Percé c’est cool!

Tu sais que t’es gaspésien quand au printemps tes parents t’envoient une boîte de foam pleine de crabes frais, à bord de l’autobus voyageur. Le Gaspésien a besoin de manger son poisson frais! Nous, aussitôt que le crabe sort, on vient fou raide! Pis c’est pas parce qu’on n’habite plus nos terres que nos mœurs changent! Pour ma part je ne me sens jamais autant gaspésienne que quand je sors de chez Orléans Express avec une boîte de manne en dessous du bras!

Tu sais que t’es gaspésien quand pour toi c’est tout à fait normal qu’une caissière t’appelle cher!

Tu sais que t’es gaspésien quand tu as le réflexe de te traîner une petite laine quand tu sors le soir, et ce, même en pleine canicule smogeuse montréalaise. Chez nous les soirées sont plus fraîches, mais ô combien paisibles. Notre trame sonore c’est le bruit de la mer; pas mal plus relax que le bruit du trafic et de ses klaxons. En Gaspésie, t’entends rien. Le ciel est une merveille à contempler, surtout mi-août pendant les perséides. En plus, y’a toujours un feu de camp à squatter quelque part. D’ailleurs on reconnaît facilement la petite laine du Gaspésien; elle est brûlée par les tisons du feu de grève.

Tu sais que t’es gaspésien quand tu reconnais que la vague frisée du mois juin c’est le capelan qui roule! Tu cours le ramasser sur le bord de la grève, tu le fais sécher au soleil et tu le dégustes avec un petit verre d’houblon!

T’es gaspésien quand tu sais que «La mer, ça allonge le regard, ça élargit l‘oeil et ça agrandit le dedans».

Tu sais que t’es gaspésien quand pour toi c’est tout à fait normal qu’une caissière t’appelle cher!

Tu sais que t’es gaspésien quand pour toi le top d’une montagne rime avec caribous et non pas avec ratons laveurs. Je me souviens encore de ma première montagne dans le parc de la Gaspésie: le mont Jacques-Cartier. On arrive en haut, un défilé de caribous toi chose! Capoté! C’est quand même assez rare qu’on puisse voir autant de cervidés en même temps sans que notre vie ni la leur soient menacées.

D’ailleurs, pour l’amateur de randonnées pédestres, visitez le parc de la Gaspésie ça presse!

Bref, t’es gaspésien quand tu sais que «La mer, ça allonge le regard, ça élargit l‘oeil et ça agrandit le dedans» – parole de pépère! Venez vivre l’expérience de la Gaspésie par vous même, et peut-être, par la suite, faire une demande d’adoption :)

Pour lire un autre texte d’Eve Côté: «Aweille en Gaspésie»

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up