1er mai : des manifestants nous parlent de leurs revendications

Une soirée sur le thème « Pour le Québec qu'on veut ».

C’est hier soir qu’avait lieu la manifestation du 1er mai pour la Journée internationale des travailleuses et des travailleurs sous le thème «Le Québec qu’on veut».

Près de 200 personnes se sont rassemblées au métro Parc à Montréal pour commémorer les luttes ouvrières et faire entendre leurs revendications.

On a rencontré quelques manifestants, le temps d’une petite discussion sur le fly, pour qu’ils nous parlent des convictions qui les animent.

Janie et Paola, étudiantes salariées (Université de Montréal)

Les syndicats sont encore importants en 2019, parce qu’il y a encore beaucoup d’avancement à faire en matière de sécurité au travail, de la représentation des étudiants. Notre implication dans les actions politiques pour faire avancer la cause des femmes et des minorités est aussi très importante.

Edeline Henri, citoyenne

Les syndicats ont toujours l’habitude de changer les choses et ils peuvent changer les choses. Ultimement, les syndicats sont la voix de tout le monde pour changer les choses.

Stéphanie et Mélanie, L’R des centres de femmes du Québec

On est ici pour dénoncer le travail invisible et la charge mentale des femmes. Malheureusement, encore aujourd’hui nos charges mentales et notre travail invisible sont deux fois plus élevés que nos collègues masculins dans la famille. Notre présence ici sert vraiment à visibiliser le travail des femmes.

Francis, La riposte socialiste

C’était important pour moi d’être au côté des travailleurs et travailleuses. Le 1er mai est une tradition du mouvement ouvrier depuis la fin du 19e siècle, depuis le massacre de Haymarket et on se bat pour les intérêts de la classe ouvrière. On vit encore sous le capitalisme et en ce moment avec le gouvernement caquiste on peut s’attendre à l’austérité et la même misère qu’on a depuis le début du système capitaliste.

Xavier et Marianne, communistes

C’est important aujourd’hui parce que c’est la Journée internationale des travailleurs et travailleuses. Je suis communiste et je crois fermement qu’il y a des changements révolutionnaires qui peuvent se faire si les militants se mobilisent à travers le monde.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Se faire passer pour un homme pour être prise au sérieux

Témoignage d'une restauratrice tannée des monsieurs condescendants.

Dans le même esprit