Jade Bressan

Lettre d’amour aux escaliers

Pas juste les escaliers extérieurs, tous les escaliers !

J’ai un faible pour les escaliers. Entre les noirs et blancs de Québec et les colorés de Berkeley, en Californie, celui que Belle descend en robe dorée dans La Belle et la bête, et l’escalier-glissoire secret qui relie les rues Saint-Christophe et Sherbrooke à Montréal, ma liste de coups de cœur est longue.

En plus d’être agréables à regarder, les escaliers sont aussi bons pour notre santé. Partout, on nous invite à être plus actifs. Souvent, on pense que ça veut dire aller au gym. Mais ça peut aussi vouloir dire marcher et… prendre les escaliers !

Ça a l’air de rien, mais monter entre 3 à 5 étages d’escaliers par jour peut réduire de 29 % le risque de crise cardiaque, selon une étude menée auprès de 10 000 hommes. Monter des marches brûle plus de calories par minute que le jogging (avis aux 372 personnes que je connais qui ont le projet de courir un marathon cette année).

Le design actif

L’affaire, c’est que très souvent, dans les bâtiments de plusieurs étages, les escaliers sont cachés dans un recoin sombre, dans une cage fermée. Les ascenseurs, eux, sont mis de l’avant, bien rutilants. Évidemment, les ascenseurs et les escaliers roulants ont leur raison d’être pour que tout le monde – incluant les gens à la mobilité réduite – puisse circuler à sa guise. Mais c’est pas une raison pour négliger les escaliers.

C’est ce que visent les partisans du design actif: redonner aux escaliers la place de choix qui leur revient. « Un bâtiment conçu selon les normes du design actif doit nous faire bouger sans même qu’on s’en rende compte », résume Christian Savard, directeur général de Vivre en ville.

 

« Un bâtiment conçu selon les normes du design actif doit nous faire bouger sans même qu’on s’en rende compte. »

Et à quoi ça ressemble, un escalier qu’on monte sans même s’en rendre compte ? « Il doit être large, lumineux, attrayant », dit-il. Et surtout : visible. « La première chose que l’on doit voir en entrant quelque part, ce sont les escaliers », explique-t-il.

Une fois qu’ils sont visibles, on peut les rendre attrayants en les transformant en piano, comme ç’a été fait à la station Odenplan à Stockholm, en Suède (une vidéo de gens en train de jouer à l’escalier musical avait d’ailleurs fait le tour de l’internet il y a quelques années).

On peut aussi ajouter des petites affiches qui invitent à monter à pied plutôt que prendre les ascenseurs. C’est nettement moins amusant, mais ça marche, selon une étude d’un professeur à l’université McGill. Vous avez peut-être remarqué que la STM a opté pour cette approche avec la campagne « 100 % plus actif ». Si vous avez pris les escaliers récemment parce qu’un autocollant sur le sol vous y encourageait, vous avez succombé au design actif. Bien joué, STM !

On peut aussi les décorer de couleurs vives, les concevoir pour qu’ils reçoivent de la lumière naturelle et surtout s’assurer qu’il y a le moins de barrières possible pour y accéder (adieu, portes lourdes).

Sauver la planète, ou presque

Beaux et bons pour la santé, y a-t-il une limite aux services que les escaliers peuvent nous rendre ? Pas si on en croit Christian Savard : « les escaliers peuvent aussi devenir un espace de socialisation, ils peuvent permettre les rencontres impromptues, les échanges d’idées. Un peu comme une conversation autour de la machine à café. » Il donne même un nom à ces escaliers qui favorisent la socialisation : des places publiques verticales.

Ce n’est pas tout. Prendre les escaliers peut aussi sauver la planète ! Ou, en tout cas, réduire l’électricité utilisée pour faire fonctionner les ascenseurs ou les escaliers roulants, que l’on utilise moins. (Si vous êtes un peu nerd [comme moi], vous pouvez même calculer combien de kilowatts/heure votre ascenseur utilise grâce à cette grille.) « Prendre l’escalier fixe plus souvent permet aussi d’augmenter la durée de vie mécanique des escaliers roulants », ajoute Christian Savard.

C’est simple : emprunter les escaliers est bon pour la santé, favorise les rencontres et sauve de l’électricité. En plus, les escaliers conçus selon les principes du design actif sont souvent plutôt magnifiques. Escaliers, je t’aime ? On dirait bien.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up