Anton Petukhov (Image modifiée)

Depuis que je pourrais faire plein de trips à trois parce que je suis rousse

L'application 3nder et son obsession de la rousseur

“Faut que je t’avoue quelque chose : je me suis inscrite sur 3nder, un genre de Tinder pour trips à trois. J’assumais moyen, donc je n’ai pas mis mon vrai nom. Je m’en suis trouvé un faux : Soupe Tonkinoise. Et j’ai mis une photo de moi, mais juste de dos. Je connaissais les trois premiers couples qui se sont affichés. J’ai paniqué et j’ai effacé l’application.”

On venait de fumer la moitié d’un joint. L’affaire, c’est que ni elle ni moi ne savions comment rouler la chose (malgré nos 27 ans). Sauf qu’on m’avait donné du cannabis pour ma fête et qu’on avait envie d’y goûter. Vingt-cinq minutes, deux fous rires et trois tutoriels YouTube plus tard, on tenait entre nos mains un barreau de chaise. Pas simple de comprendre quelle quantité on est supposé égrainer avant de la pousser avec un q-tip dans un papier qui referme à peine – en tout cas, c’est comme ça qu’on a vécu l’expérience…

Bref, on venait de fumer la moitié d’un très gros joint et la pudeur avait pris la porte. Alors, quand “Soupe Tonkinoise” (excusez-lui l’appropriation culturelle) m’a tout bonnement déballé son sac, j’ai ressenti le besoin d’en savoir plus.

— Man, je te supplie de réinstaller l’application tout de suite!

Elle ne mentait pas. Il existe bel et bien une app pour organiser des trips à trois. J’a-do-re l’époque dans laquelle on vit! Même pas d’ironie, je suis très sérieuse : on peut afficher notre envie d’introduire autrui dans notre dynamique de couple. On peut afficher notre envie d’introduire autrui dans notre partenaire consentant(e). Rêvant d’un monde où les univers érotiques légaux seraient assumés sans être sujets au jugement, je trouvais l’audace des abonnés de 3nder louable. J’étais sous le charme.

On a donc fait défiler les célibataires et les couples, lisant avec intérêt leur histoire, ce qu’ils cherchaient, d’où ils venaient. Il y avait des hipsters et des douches, des gens au look classique et des circassiens, des jeunes et des vieux, des nus et des moins nus, des gens qu’on connaissait (beaucoup!) et d’autres qu’on aimerait connaître.

Les gens osaient se révéler. Surtout les couples, qui étaient généralement très précis dans l’explication de leurs désirs : un homme ou une femme, un partenaire régulier ou occasionnel, un dominé ou un dominant, un polyamoureux ou un curieux, un fan de Seinfeld ou de Jurassic Park, une blonde, une brune ou une rousse.

Mais surtout : une rousse.

Si on se fie au taux de “demandes vs abonnées”, les rousses ont une très bonne valeur sur 3nder. En tant que fille à la coiffe de feu, ça m’a confrontée à d’intéressantes questions : accepterais-je l’offre de ce couple qui cherche une rousse pour l’accompagner dans son chalet des Laurentides pour “faire l’amour et boire de très bons vins”?

Je veux dire, j’aime beaucoup les très bons vins. Et faire l’amour, ça peut être cool. Ma rousseur me permettrait de conjuguer les deux activités : c’est un pensez-y-bien. En même temps, pourquoi ma couleur de cheveux me donnerait-elle accès à de tels privilèges?

Qu’y a-t-il avec les rousses et les lits?

Est-ce que mon pouvoir érotique réside dans ma pilosité? Si oui, est-ce qu’il faut que je fasse quelque chose par rapport à ça? Devrais-je protéger mes touffes? Est-ce que je devrais commencer à les peigner?

En secondaire 1, quand j’ai voulu devenir présidente de mon niveau, j’ai fait campagne avec le slogan “Si vous voulez que ça change, votez pour la fille avec les cheveux orange!”. J’ai perdu. Je ne vous mentirai pas : quinze ans plus tard, ma peau blanche, mes grains de beauté et mes cheveux roux prenaient enfin leur revanche.

Bon, j’entends ce que vous vous dites. (Pour vrai. Pensez à un chiffre entre 1 et 10. Vous avez choisi 3. Facile.) Là, vous vous dites que ça ne se fait pas, magasiner les humains; que ce n’est pas génial de swiper des corps à grands coups de “j’aimerais qu’une mannequin scandinave frenche ma blonde”. C’est probablement juste. Reste qu’il y a du beau dans cette application. Ce n’est pas simple d’avoir une sexualité qui sort des normes établies dans une petite ville comme Montréal : tout le monde se connaît. C’est pourquoi je ne peux qu’être impressionnée quand je vois des individus qui osent affirmer publiquement leurs désirs et associer leur visage à une pratique hors norme qui ne fait de mal à personne.

Alors, chers abonnés de 3nder, continuez à vous assumer. De mon côté, c’est avec admiration que je continuerai à vous suivre, un peu battée, avec une curieuse Soupe tonkinoise à mes côtés. 

Depuis que je pourrais faire plein de trips à trois parce que je suis rousse…

  • Je pense que ça me tente un peu.
  • Je réévalue mes plans de retraite (salut, les Laurentides!).
  • J’ai annulé mon rendez-vous chez la coiffeuse. Des mèches? Non merci.
  • Je trouve le commis de la SAQ pas mal moins original…
  • On peut me trouver sur 3nder : je m’appelle gros dumpling.

Pour lire un autre texte de Rose-Aimée Automne T. Morin: Depuis que le commis de la SAQ m’a proposé de faire un trip à trois.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up