Depuis que je consulte mon inbox “Autre”

La maison du joyeux malaise

Je suis sur Facebook depuis 2007. Et j’y suis beaucoup. Avec le recul, je constate que j’y ai connu différentes passes : des débuts émotifs, une longue trame de blagues vulgaires (toujours en cours), des mois choquants et plusieurs semaines complètement hermétiques. À titre de preuve, ces statuts :

(Je ne me les explique pas non plus, désolée.)

J’ai beau consulter Facebook compulsivement, y allant de nouvelles quant à ma carrière et live-tweetant mes rendez-vous gynécologiques, je n’avais jamais porté attention à la section “Autre” de mon inbox avant l’an dernier. Pourtant, cet équivalent du “courrier indésirable” d’une boîte courriel contenait un lot de contenu le fun : du spam faussement amoureux, 300 000 invitations à des shows et quelques propositions de prêts financiers (grâce auxquels j’ai enfin pu acheter ma maison cash). Mais là, depuis que j’écris pour URBANIA, c’est une toute autre histoire. Mon inbox “Autre” est rendu la maison du joyeux malaise.

J’adore quand on me donne du feedback, quand on m’aide à m’améliorer, quand on a envie de mettre son grain de sel dans une histoire que je raconte ici. J’adore échanger, je jure que j’adore ça ! 95 % des messages reçus me ravissent – qu’ils soient positifs ou pas. Mais les 5 % restants, ceux qui atterrissent dans la nébuleuse boîte “Autre”, oscillent plutôt entre le funky, l’étrangement intéressant et l’effrayant.

Des exemples ? Ok, des exemples.


*****

*****

*****

Vraiment, on trouve de tout. Il y a aussi un homme qui m’a reproché de manquer de respect pour mon mari en parlant trop de sexe, alors qu’un autre m’a envoyé une version modifiée de ma photo de profil où il avait transformé mes bas-collants en bas sexy…

Et bon, on s’entend, je ne suis pas une vedette. Je ne suis personne. Je n’ose pas imaginer ce que reçoivent les femmes célèbres. Genre Marilou et Élise Guilbault. Je me demande aussi de quoi a l’air l’inbox “Autre” des hommes. Est-ce qu’Éric Bruneau reçoit beaucoup de messages concernant sa transexualité, lui aussi ? Est-ce que Cédric Pépin (le seul roux de Virginie) doit constamment valider la couleur de son poil à des internautes? Ce ne sont pas des questions rhétoriques : je-veux-des-réponses.

Pour en revenir aux étranges messages que je reçois, je me dis qu’il ne s’agit peut-être que d’une approche particulièrement audacieuse ou un peu malhabile de la part de personnes très motivées. Et ce n’est pas parce que Facebook te considère louche au point de te crisser dans un trou noir virtuel que tu ne mérites pas d’attention. C’est pourquoi j’entame un dialogue avec ceux qui m’écrivent. Ça vire généralement bien. On arrive à un terrain d’entente. Il y a du respect. La lumière est partout, même dans les plus sombres racoins de nos vies sociales. L’humain est beau, prenons la main qu’il nous tend.

L’empathie au temps de Facebook.
L’espoir à l’ère des réseaux sociaux.

Depuis que je consulte mon inbox “Autre”…

  • J’aimerais consulter celui de tout le monde. En commençant par Caroline Dhavernas.
  • Le célibat ne m’effraie plus. Je pourrais clairement scorer avec du monde sain et c’est rassurant.
  • Je constate que j’ai vraiment beaucoup moins d’audace que plusieurs personnes qui, elles, foncent dans l’humain, vont chercher l’information à la source, tentent leur chance. Et oui, je me laisse inspirer. Sur ce, je m’en vais écrire un message cochon à Louis Morissette.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up