• Je ne suis personne

    Mes affaires. Mon truck. Ma moto. Ma maison. Mes économies. Mes muscles. Mes taxes. Mon Summum. Mon mini-putt. Mes chums. Mes films. Mon cul. Ma bière. Mon Tim.

  • Qui a tué le cocktail ?

    Qu’on se le dise : s’il n’est pas mort, le cocktail n’est assurément pas fort. Qu'est-ce qui s'est passé?

  • Note à l’intention de la STM

    À mon premier été à Montréal, j’ai sagement déposé cinq plaintes bien discrètes concernant le manque de professionnalisme de certains de vos chauffeur […]

  • L’allégorie de la tortue bleue

    Très tôt dans ma vie, j’ai décidé que je n’aurais pas d’enfant – c’est ici que vous me jugez comme si j’étais le […]

  • MusiquePlus est déjà morte

    L’Épée de Damoclès est tombée une fois de plus sur la tivi québécoise hier : MusiquePlus et MusiMax se verront amputées de 23 employés, dont les mythiques Rajotte, Gauthier et Réj Laplanche, avant la fin du mois de mars.

  • Le précieux

    J’ai souvent cette peur que, quand les « moments » se présenteront, je n’aurai pas les bons mots, pour mes p’tits. Du moins, j’en aurai d’autres que ceux qui peuvent m’habiter, parfois, quand je pense à ce à quoi ils seront confrontés, ce qui les éprouvera, ce qui les hachurera. J’aurai vieilli, oublié. Mes phrases seront peut-être portées par l’inquiétude ou d’autres sentiments qui empêchent de dire les « vraies affaires », qui confinent le discours dans le convenu, les phrases creuses.

  • Histoire de pisse

    Apparence qu'on ne badine pas avec le méat urinaire de Joël Legendre.

  • De l’intégrisme technologique

    Comme ça semble être la mode de parler d’intégrisme, je me suis dit que j’allais embarquer dans le train. Ça a l’air que ça fait vendre des publicités dans les journaux tout ça. J’ai donc décidé de faire plaisir au rédac en chef. Ça sent le Pulitzer à plein nez, c’est moi qui vous en passe une feuille de chou!

  • À mon enterrement, je voudrais…

    Qui ne s’est jamais retrouvé seul en voiture avec une toune triste dans le tapis en s’imaginant son enterrement? Moi, j’adore projeter ces scènes même si elles sont glauques. Je crois même que chaque humain devrait rédiger une lettre par année avec ces dernières volontés pour être certain que son départ soit à son goût. Les gens planifient leur mariage... Moi, mon enterrement.

  • Garde ça pour ton journal intime

    Mercredi soir dans une classe sans fenêtres d’un batiment d’enseignement universitaire. Des étudiants en littérature discutent de l’éternel sujet à l’ordre du jour, le seul qui ait vraiment de l’importance, celui qui va changer le monde: qu’est ce que l’acte d’écriture. Ou comme j’aime bien résumer: « but it is ART? ».

  • Le petit guide du mépris à l’usage des trolls

    Mon père m’a toujours dit « Tant qu’à faire de quoi, fais-le bien. Ou ne le fais pas pantoute.». Et je crois que ce principe de vie doit s’appliquer à tout. On ne va pas commencer à discriminer dans quoi on doit ou ne doit pas performer. Quand même.

  • Les chroniques de l’Esss : Les vieux à la fenêtre

    Une chose qui m’a frappée quand je suis revenu vivre dans l’Est en 2008, c’est que tous les voisins se disent salut. Par exemple, la veille madame qui habitait au coin de la rue. La bonne femme devait bien avoir 85 ans, mais avait l’air au moins du double.

  • La responsabilité sociale

    « L'engagement particulier de l'artiste, c'est de descendre aux entrailles des choses et de rendre exactement ce qu'il a découvert. »  -Roger Vailland

  • “Des séances de récréation dans une vie trépidante”

    Certains prennent quinze minutes de pause pour s’évader dans un bon Marie Laberge. D’autres, s’abandonnent plutôt à de furieuses relations sexuelles payantes avec leur gros pinceau récréatif.

  • Jouir

    Jouir. C’t’un mot qu’on aime même si c’est rare qu’on va le prononcer. Comme si « esti, j’veux jouir », ça sonnait un peu pas convenant, un peu louche. Pourtant. On va se le dire : c’est fun.

  • Je n’ai peut-être pas fait l’amour avec Robert Redford

    Tu t’en vas dans le Sud. Mais un jour, tu vas revenir.

  • Les réseaux sociaux, ça va faire

    On va se dire les vraies affaires, parce que tsé ça fait gagner des campagnes électorales ça a l’air, mais la surmultiplication des réseaux sociaux, c’est rendu complètement ridicule.

  • Bombardons la Palestine avec Véronique Cloutier

    « En 2014, nous avons fêté les 20 ans du soulèvement zapatiste au Mexique. La preuve qu’un autre monde est possible », affirme Véronique Cloutier.

  • La poésie est dans la rue

    En fait, quand on s'y attarde vraiment, la poésie est (potentiellement) partout.

  • Devenir cette femme qui soulève des pommes grenades avec sa fourche

    Misère. Ce titre met la table pour quelque chose que je ne livrerai peut-être pas. Sachez-le.

  • Shake ta graine devant la vitrine d’un Starbucks

    Devant la prolifération aliénante des chaînes de multinationales américaines au Québec, je propose un mouvement d’action directe : « shake ta graine devant la vitrine d’un Starbucks ».

  • Janine Sutto a sauvé mon jeudi soir

    Parce que parfois, une seule Janine suffit.

  • (sans titre)

    Je ne peux pas t’écrire quelque chose de très long, cette fois. Qui prend ben de la place. Il y a déjà beaucoup de bruit, tout autour. Je ne suis pas certaine de vouloir en ajouter.

  • Le Père Noël avec rien qu’une botte

    Je ne me souviens pas de la journée ni du moment précis où j’ai cessé de croire au Père Noël. Mais l’arrivée de Méo en pick-up doit certes y être pour un petit quelque chose.

  • Se tenir

    Le père des p’tits pis moé, on torche. Et j’ai le goût de t’en parler. Ça fait un moment, en fait. Mais des fois, y’a comme une petite gêne à étaler du bonheur.

  • Le chialage

    Les Fêtes approchent, 'tis the season pour faire la baboune: le film de Grumpy Cat est maintenant disponible, la chanson du Grinch joue dans les speakers de tous les commerces de détail, et tu as reçu cinq invitations Facebook d'événements à la thématique «Noël des orphelins».

  • Les joies de décembre

    Je ne fais aucun sport d’hiver depuis 2000 parce que j’ai failli laisser ma peau au centre de ski Stoneham quand j’avais 10 ans. Je me suis retrouvée seule sur une piste fermée durant ma première séance de planche à neige et j’ai passé à un poil de me faire aplatir/déchiqueter par une déneigeuse.

  • Où est Manuel ?

    Il est un temps pour le latte au pain d’épices. Mais il est aussi un temps pour prendre des nouvelles de Manuel.

  • La supposée fin des idéologies

    Il paraît que faire l’austérité c’est faire de la bonne gestion. Ah bon. Je l’ignorais.

  • Lettre aux souverainistes

    Il y a quelques mois, Léa Clermont-Dion m’a approché pour que je participe à son recueil de textes Lettres à un souverainiste. En tant qu’indépendantiste, je considérais qu’il était de mon devoir d’accepter.

  • La créativité est devenue un buzzword

    Serait-on un petit peu en train d’abuser du terme « créativité »?

  • Silence

    Avoir besoin de silence. Autour et dedans de soi. Ça m’est arrivé dernièrement. Le goût de caverner, de me trouver une boîte dans laquelle me cacher ou encore mieux, de pouvoir me replier dans le plus fond de moé, keke part dans le coin des talons ou le creux du ventre. Pis y juste rien faire. Pas de « to-do », de « to-read » ni même de « to-fun ». Juste: sweet fuck all. À l’abri. T’sais.

  • Faire l’hélicoptère

    Depuis la nuit des temps, l’homme a la prétention de tout vouloir dominer. Que ce soit la nature, les animaux ou la gente féminine, il se croit au-dessus de tout ce qui ne possède pas le même vingt-troisième chromosome que lui.

  • La dictature comme héritage

    Mardi dernier, un autre soir de pluie sur Port-au-Prince. C’est la saison.

  • Les broètes et la mort de l’alt lit

    La semaine dernière, j'ai appris un nouveau mot: broète. Mélangez testostérone et poésie, vous obtenez le broète: un mâle alpha à la sensibilité à fleur de peau, qui sympathise avec les causes féministes (même si pour lui les femmes sont des «filles»). En apparence, quelqu'un bourré des bonnes intentions.

  • Magnotta, premier contact

    Sur la rouge, au coin de Saint-Antoine pis Saint-Laurent, le shuffle de mon iPod m’a garroché le thème du film Cannibal Holocaust, comme ça, par hasard, juste de même. Mais pourtant, ce matin-là, je n’avais pas rendez-vous avec le Canadian Psycho.

  • GHB & Vernis à Ongles

    Il y a deux semaines, plusieurs plateformes web diffusaient un article sur l’idée d'un groupe de jeunes chercheurs d’une université américaine. Ces étudiants-chercheurs s’affaireraient à développer un vernis à ongle qui change de couleur au contact du GHB ou du Rohypnol, des drogues récréatives communément utilisées pour commettre des viols. Donc cette invention serait une forme de prévention contre une éventuelle agression sexuelle.

  • “Ça, ça va faire vraiment pirate”

    À notre arrivée à l’hôtel au petit matin, la veille, le sympathique Normand-à-la-réception nous confond avec d’autres clients et nous annonce qu’il a déjà donné les clés de aux « quatre filles pas botchées » qui nous attendent dans notre chambre. Un pur moment FME, et une amère déception à l’arrivée pour Éric, qui avait presque fini par y croire, vue l'insistance du commis. Enfin. Si vous lisez ceci, mesdemoiselles, faites signe dans les commentaires, on arrangera quelque chose pour l’année prochaine.

  • Des caméras sur les policiers

    La mort d’un cycliste sous les roues d'un véhicule de police envenime les relations tendues entre les policiers et des résidents du quartier Saint-Roch de Québec. Ne dites pas que la situation de la capitale nationale est comparable à la ville de Ferguson, dixit le maire Labeaume. Par contre, comparer les syndiqués de la fonction publique montréalaise à l’insurrection Ukrainiaine, il n’a pas de problème avec ça. L'ordre avant tout.

  • “Jusqu’ici tout va bien”

    La petite lumière « Check engine » de la vieille Civic empruntée s’est allumée avant qu’on soit rendus à Mirabel. Qu’à cela ne tienne : Jusqu’ici, tout va bien. La devise de notre fin de semaine hautement divertissante dans la capitale du cuivre, qui devient le temps d’un weekend la capitale nationale de la musique, tous genres confondus.