Véronique Grenier

Professeure de philosophie, cœur le kitsch et les années 80, essaie de faire du quelqu'un de sa progéniture. Déteste les demandes à l'Univers.

    French Kiss

    Je vais présumer que tout le monde l’a vue. La vidéo avec des inconnus qui se frenchent. Celle qui s’est avérée être une publicité, finalement.

    High Five

    Y’a le 8 mars. Dans trois dodos. Journée internationale du droit des femmes. Pour l’occasion, j’ai le goût de célébrer, dans le sens de garrocher une poignée de confettis, des filles qui ne sont pas aimables, mais fucking amourables.

    Attendre

    Attendre, c’comme un long crisse de silence. T’sais, quand l’autre est là, devant toi, qu’y devrait te répondre de quoi parce que toi, t’as clairement mis un point à ta phrase, mais qu’y fait juste te regarder.

    Amour

    Parce que St-Valentin dans deux dodos. Parce que j’ai fait une virée à la pharmacie et que la panoplie montre-ton-amour-cheapement m’a fait un vif effet, j’ai eu une bouffée de « faut que je parle d’amour ».

    Sul frigo

    Faut-tu que je dise salut. Hé. Yo. Je sais comme pas trop.Je ne nous écris pas souvent.

    « Coupe le cake ! »

    Oui, on réfère à la toune de IAM. (en collaboration avec Keith Éthier)

    Épique

    Do Epic Shit. C’est une phrase que je me répète souvent. Quasi « mantralement ». J’en ai même fait une résolution.

    Le shack

    Un shack. Je le vois, tuseul, au milieu de nulle part. En bois rond. Une porte. Une ou deux fenêtres. Un poêle à bois, un lit de camp. Une grosse couette. Et une courtepointe ben lourde par-dessus. Ça dort mieux quand c’est lourd.

    Voeux

    Y’avait de la belle neige, hier soir. Des flocons qui floconnent, qui ont le temps de remonter avant de redescendre, un bruit de crou-croush sous les bottes.

    Le plein

    Souvent, quand je couche le Fils, il me demande de rester plus longtemps avec lui, après le toute de sa routine de dodo.

    L’hôpital

    Il y a un hôpital proche de chenous. À chaque fois que le Fils l’aperçoit, il répète la même chose : « R’garde, maman, c’est ton hôpital. » À chaque fois, quelque chose dans mon ventre se noue, ma gorge se serre. C’parce que j’y ai passé cinq semaines. Il y a deux ans.   Demain.

    Moé, prof de philo

    Dans la vie, j’enseigne la philosophie au collégial. Mais étant plus que précaire, ça fait plus d’un an que je n’ai pas pu le faire.

    Enwoueye, câlins

    Ça m’arrive d’être kitsch. Dans le sens très « Kundera » du terme. J’aime me faire accroire que d’la marde, dans le monde, y’en n’a pas. Momentanément, juste mettre mon cerveau en lock out et voir des licornes gambader un peu partout.

    Les graines

    Je parle souvent, pour ne pas dire tout le temps, des p’tits. Je suis la première à en être étonnée. C’même pas une joke. J’ai été longtemps à ne pas souhaiter qu’ils prennent toute la place, qu’ils empiètent sur tous les pans d’être possible. Comme si c’était faisable, ça, qu’ils ne prennent pas toute la place.

    Ze mensonge

    L’autre soir, le Fils pis moé, on était collés. Sous sa couette. C’tait le moment du on-se-parle-de-ta-journée. Y’était moins jasant que d’habitude. Keke chose, manifestement, lui gossait l’idée. Ça le rendait ver de terre de sa personne, y se tortillait, roulait d’un bord pis de l’autre, se perdait dans ses phrases et avait la chronologie des événements plutôt douteuse.

    Fête

    Hier, c’tait ma fête. J’ai un rapport amour-haine avec l’événement. Fait longtemps. Plus petite, même si je comptais les dodos des semaines à l’avance, j’étais du genre à me sauver pendant que tout le monde se mettait à chanter.

    Fille n’est pas un gâteau

    Nowel dernier. Fille a été revêtue, par kekun d’autre que moi, de keke chose qui portait le nom de « c’t’une surprise ».  C’tait framboise et noir. Tulle. Satin. Velours. Des brillants. Pas legit pantoute. Ça faisait mal. Yeux qui saignent mal. Ça venait avec des souliers luisants. De l’ostentatoire en veux-tu en v’là.

    La roche

    « Life begins at the end of your comfort zone ».

    Fun

    Dimanche matin. 7 :30. Je suis dans mon lit, les p’tits dorment encore.

    Tarte aux pommes

    Avec les p’tits, on va aller aux pommes, dans pas long. Ça va être le fun. Foulards, joues rouges pis toute. Y vont en cueillir, en manger, ne-pas-en-garrocher-j’espère. On va en ramener un peu trop à la maison, fa’que l’idée va me prendre de faire des tartes.