YouTube s’attaque (enfin !) aux vidéos conspirationnistes

Il était à peu près temps.

Un article publié hier sur le site du réputé journal The Guardian a attiré mon attention. La nouvelle concerne YouTube, une propriété de Google, et un changement de mentalité chez ses dirigeants, eux qui ont décidé de s’attaquer aux fake news et au contenu conspirationniste diffusés sur leur plateforme.

Pour vous mettre un peu en contexte, depuis de nombreuses années, YouTube est inondé de ce type de contenus dans lesquels tout est mis en doute. Par exemple, lors d’événements malheureux, tels des attaques terroristes, de nombreux utilisateurs de la plateforme l’utilisent pour mettre en question la véracité des faits reportés par les grands médias ainsi qu’à peu près chaque affirmation faite par les autorités suivant les événements. Ce problème est particulièrement présent aux États-Unis (même s’il est aussi présent au Québec), où des conspirationnistes comme Alex Jones, qui est à la tête du «média» Infowars, – sa chaine YouTube possède 2,4 millions d’abonnés – ont réussi à gagner en popularité à coups de citations-choc et de grandes théories tirées par les cheveux. Un exemple?

Alex Jones et le complot derrière la tragédie de Sandy Hook

Les utilisateurs, particulièrement ceux mettant en doute des faits, se voient référer des vidéos conspirationnistes lorsqu’ils font une recherche sur le site puisque ce type de contenu résulte habituellement en un meilleur engagement.

Après le massacre à l’école Sandy Hook en décembre 2012, qui a fait 20 victimes, dont la plupart était de jeunes enfants, Jones a affirmé que toute l’histoire était un complot et que des acteurs avaient été engagés pour faire gober le scénario au public. Il a tellement martelé ce discours, dans son émission de radio et sur sa chaine YouTube, que certains de ses fans se sont mis à harceler des parents d’enfants ayant perdu la vie lors de cette tragédie, leur disant qu’ils étaient de sales menteurs. Il y a quelques semaines à peine, de nouvelles mises en demeure pour diffamation ont été déposées contre Jones en raison de ses déclarations.

Disons que c’est le genre d’histoires qui a certainement fait réfléchir les dirigeants de YouTube quant à leur façon de faire. Pas plus tard qu’en mars dernier, un topo diffusé sur la chaine VICE News comprenait un témoignage de Guillaume Chaslot, un ancien ingénieur de la boite, qui expliquait comment l’algorithme avantageait le visionnement de vidéos conspirationnistes afin d’encourager les visiteurs à demeurer plus longtemps sur la plateforme, permettant ainsi à l’entreprise d’engranger plus de revenus publicitaires. En résumé, selon Chaslot, les utilisateurs, particulièrement ceux mettant en doute des faits, se voient référer des vidéos conspirationnistes lorsqu’ils font une recherche sur le site puisque ce type de contenu résulte habituellement en un meilleur engagement. Or, comme l’algorithme, qui est seulement contrôlé par une intelligence artificielle, est programmé pour maximiser cette mesure, il est donc normal que les suggestions fournies aux visiteurs soient dans ce même ordre d’idées. Et c’est comme ça que YouTube encourage des millions de cerveaux à croire aux inepties de vidéastes amateurs ayant une imagination un peu trop fertile.

Un investissement qui se faisait attendre

La décision de YouTube annoncée cette semaine est donc salutaire, en ces temps où l’information crédible et vérifiée se fait de plus en plus rare. L’entreprise investira 25 millions de dollars afin de fournir la plateforme en journalisme de qualité. Cette somme sera notamment utilisée pour aider les médias d’information à produire de la vidéo en ligne de qualité ainsi qu’à changer certains réglages de la plateforme pour mieux soutenir les sources de nouvelles fiables. Une section «Nouvelles» du site fera la promotion de contenu de médias crédibles au lieu de pousser des vidéos simplement en tenant compte de leur potentiel d’engagement chez ses utilisateurs.

L’initiative comprendra aussi le déploiement d’une fonction qui permettra aux utilisateurs d’avoir accès, immédiatement après qu’une nouvelle d’importance soit annoncée, à un aperçu d’articles provenant de sources fiables, puisqu’il est beaucoup plus fastidieux de réaliser une vidéo relatant les faits que de le faire dans un article.

Dans un communiqué publié ce lundi, Neal Mohan et Robert Kyncl, deux dirigeants de YouTube, disent souhaiter que la plateforme devienne une référence en matière de diffusion de journalisme de qualité, via le projet Google News Initiative. Ils ont aussi mentionné être à l’affût du problème causé par l’algorithme, qui subsiste depuis qu’aucun humain n’est responsable de faire le tri dans le contenu suggéré aux visiteurs du site web. L’initiative comprendra aussi le déploiement d’une fonction qui permettra aux utilisateurs d’avoir accès, immédiatement après qu’une nouvelle d’importance soit annoncée, à un aperçu d’articles provenant de sources fiables, puisqu’il est beaucoup plus fastidieux de réaliser une vidéo relatant les faits que de le faire dans un article. Les vidéos appuyant les théories du complot (genre la Terre est plate, l’être humain n’est jamais allé sur la lune et autres Sophie Thibault est une reptilienne) seront aussi accompagnées de liens vers des articles de sources crédibles.

Je doute que tous les fans d’Alex Jones et des autres conspirationnistes dans son genre vont se mettre à se fier aux médias d’information – même s’ils sont jugés crédibles -, mais si leurs fabulations peuvent atteindre moins de gens, ce sera déjà ça de gagné.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Les modérateurs Facebook vivent l’horreur au travail

De façon quotidienne, ils sont témoins de gestes ignobles filmés et diffusés sur la plateforme sociale.

Dans le même esprit