POURQUOI VOUS LIREZ CE TEXTE

(Parce que c’est une histoire de chat)

J’ai hésité à écrire ce billet que j’avais en tête depuis un bout, évidemment à cause de son insignifiance crasse dans le contexte actuel. Et puis, j’ai pris la décision de l’écrire pareil, faute de pouvoir faire mieux, parce que je ne suis pas une experte des relations internationales, ni de politique, ni de comment te dicter la façon qu’il faudrait que t’exprimes ta compassion sur les réseaux sociaux, ni pour qui pis toute.

Bref, je suis une experte de pas grand-chose, à part peut-être t’accrocher un sourire dans face une fois d’temps en temps et de travailler fort pour notre salut psychologique virtuel collectif en faisant des jokes de pet dans ton feed Facebook.

Il y a un mois, j’ai écrit un billet pour expliquer pourquoi je prenais une pause de Facebook. Cette pause aurait duré beaucoup plus longtemps si j’avais pas perdu mon chat au bout de deux semaines. Parce qu’on sait tous que Facebook et les chats sont intimement liés, un peu à la manière du commensalisme, ou l’un et l’autre se parasitent constamment, mais chacun y trouve son compte.

J’aime croire que les gens utilisent Facebook comme un tapis rouge où ils font pavaner leur chat, fier et grandiose, dans l’espoir de quelques likes qui se réverbèrent directement sur leurs égos, et que les chats, eux, utilisent Facebook pour les mêmes esti d’raisons, avec en plus le plan secret de nous démontrer leur turbo suprématie supérieure sur toute.

D’ailleurs, voici une photo de mon chat, M. Fellini, (à une époque où je croyais que c’était une femelle et qu’elle s’appelait Féline Galipeau, jusqu’à ce qu’une paire de couilles apparaisse inopinément, faisant un “pop” digne d’une Veuve Cliquot), montant des escaliers fabriqués de mes mains, vers un trône royal fait de coussins en velours et satins aux couleurs riches et complémentaires à sa fourrure rousse, afin que le tout matche parfaitement et soit du miel dans tes yeux.

Viens-tu toute tordu-e en d’dans quand tu vois ça?

J’TE COMPRENDS.

Toujours est-il que, c’est grâce/à cause de cette rousseur que je suis revenue sur Facebook. J’étais triste en esti, mon chat n’était pas revenu depuis 24 heures et j’avais juste vraiment, mais vraiment besoin d’amour. Non, mais c’est vrai, j’peux pas le nier, Facebook me donne beaucoup d’amour (et j’en donne des shit load en retour), donc quand je suis triste et/ou angoissée, souvent, je trouve réconfort sur Facebook.

Mais voilà qu’après tout l’amour reçu après mon retour, ce putain d’chat n’était toujours pas de retour. Et j’ai finalement décidé, après moult réflexions, de faire une sortie-montée-d’lait sur sa disparition.

J’avais des motifs sérieux de croire qu’il avait été kidnappé, parce qu’il revient toujours à la maison pour dormir dans mon cou, la nuit. (J’ai dit ça juste pour faire des jaloux.) Donc, s’il n’était pas revenu, c’est qu’un esti-e l’avait enfermé chez lui-elle. Pis ça, ça me met en beau fusil. J’en rencontre à la pelle, moi, des chats dans les ruelles de Montréal. On fraternise (?), bref je l’flatte pis c’est cool, mais après, j’poursuis ma route pis le chat aussi. Je m’imagine pas qu’il est ABANDONNÉ parce qu’il se balade dans une ruelle, NON, MAIS.

Bon, j’avoue que mon chat est weird aussi, c’est un chat-chien. Je sais pas si c’est parce qu’il est roux, mais il se prend clairement pour un chien. Quand je rentre à la maison, il m’accueille en courant-miaulant de toutes ses forces et j’peux rien faire pendant 15 minutes parce qu’il faut qu’on fasse le “rituel de retour” jusqu’à épuisement.

Rituel consistant à : j’arrive, il miaule fort, peu importe c’que je fais, il me suit partout jusqu’à c’que je m’assois à mon ilot de cuisine et que je l’flatte jusqu’à c’qu’il soit tanné et/ou investi d’une mission soudainement très importante, ailleurs. En fait, j’pense qu’il se prend carrément pour Tom Sawyer, toujours en quête d’aventures qui mènent jamais nulle part plus loin que ton patelin initial.

En tous cas, il rencontre beaucoup de gens dans la ruelle et à chaque fois, il se garroche sur eux en miaulant avec l’énergie du désespoir parce que c’est important que TOUT L’MONDE SACHE QU’IL EXISTE ET REMARQUE SA PRÉSENCE.

— HEY. J’suis là, tu m’as-tu vu?

— Oui, j’t’ai vu, t’es donc ben cute, j’peux-tu t’flatter?

— Fuck ouiiii, flatte me like there’s no tomorrow, flatte me to the moon.

Pas que j’veux slutshamer ce chat, mais faut dire qu’il est un peu facile, pour un chat.

Quand un chat se pitche sur toi en jérémiant, à moins d’être une personne sans âme, ça touche, un minimum. Et j’admets que c’est assez impossible de rester de marbre devant les talents de comédien de mon p’tit roux. Et surtout, y’avait pas de collier, il en avait un avant, mais j’me suis vite tannée de recevoir toujours le même message texte d’inconnus : “Avez-vous perdu un p’tit chat roux?”

Man.

Alors, ce qui est arrivé, c’est que suite à un statut Facebook super émotif, j’ai retrouvé mon chat. La magie des réseaux sociaux a fait son œuvre pis pas à peu près.

J’ai finalement retrouvé mon rouquin 3 maisons plus loin, après m’être déchirée l’cœur pendant 2 jours à imaginer les pires scénarios et à être en crisse après tous ceux qui “sauvent” des chats. Le petit couple qui avait recueilli M. Fellini m’a raconté qu’il pleurait (c’est ben juste parce qu’ils ne le connaissent pas) tellement à leur porte qu’ils ont cru qu’il était perdu. Ils l’ont même amené chez le vétérinaire pour le faire examiner pis toute.

Au final, je pouvais même pas être fâchée après personne, à la simple vue de mon chat chéri, j’suis devenue stupide, comme d’habitude, et je lui ai demandé, comme si ça servait à quoi que ce soit, “ce qu’il faisait là.”

Conclusion :

  • Pas parce qu’un chat flâne dans la ruelle qu’il est perdu, flatte le pis poursuis ta route.
  • Mettre un collier à son chat, c’est bien.
  • Facebook, c’est bien.
  • Que t’aies lu jusqu’ici, c’est bien aussi.

Pour lire le texte auquel Mad Amesti fait référence: Quitter Facebook pour écouter le silence.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up