Vos premières fois

«Raconte-moi la tienne, je te raconte la mienne» C’est ce que vous propose la pièce Ma première fois qui sera présentée à la Maison des arts de Laval tout le mois de juillet. Sur scène, Jonathan Roberge, Roxane Bourdages, Marie-Soleil Dion et Martin Vachon vous feront revivre des premières expériences sexuelles tirées de faits vécus. Ce succès instantané nous a inspiré et on vous a lancé une invitation devant laquelle vous n’avez pas hésité. Parmi les centaines d’histoires de premières fois, on a sélectionné les plus croustillantes, inquiétantes et celles qui nous ont rendu un brin jaloux.

J-D

En toute objectivité, ma première fois fut digne d’un vrai conte de fée. Bien sûr, j’entends par conte de fée, une séance de bunga-bunga de 87 secondes sur une couverte aux couleurs d’A & W, sur un divan défoncé, avec une jeune caissière de La Belle Province. Je crois orgueilleusement que ces galipettes auraient pu durer plus que 87 secondes si nous n’avions pas été interrompus par le père de la demoiselle, qui avait rebroussé chemin pour venir nourrir son hamster, avant de partir pour une journée au zoo. Le beau-père ayant donc soudainement fait irruption dans la pièce, cela a provoqué un brusque mouvement vers l’arrière de ma tête, qui a entraîné un contact avec la cage du hamster, provoquant la chute de celle-ci, depuis la table où elle était située, jusqu’en bas des marches menant au sous-sol. La cage a percuté une seconde table en arrivant au sous-sol, qui a entraîné la chute fatale du pot hébergeant une plante carnivore, sur le crâne du hamster. Deux minutes plus tard, alors que je prenais mes jambes à mon cou avec pour toute tenue des sous-vêtements des Muppets, j’en suis raisonnablement arrivé à la conclusion que ma demi-première fois avait été un franc succès.

L’avis d’URBANIA : Si le bunga-bunga édition malaise est un sport olympique, tu te mérites définitivement la médaille d’or, MuppetMan.

Fred

Je suis un tardif, je voulais que ça soit une bonne première fois. C’était à l’été de mes 21 ans. Ça s’est passé avec une autochtone de 28 ans, deux enfants et encore mariée (mais séparée quand même…). Une femme d’expérience! Notre relation n’a duré que le temps d’un été, mais elle m’a permis de ne pas avoir l’air fou au lit par la suite!

L’avis d’URBANIA: Une belle amérindienne t’as tout appris de la vie. Way to go John Smith!

Guillaume

Ma première fois c’est déroulée chez mon ami à la fin d’une soirée dans la mini-fourgonnette de mes parents. Tout était arrangé avant la soirée avec la fille, j’avais pris le soin d’acheter des préservatifs, de mettre un matelas dans le véhicule. Donc, à la fin de la soirée, comme prévu, nous nous sommes retrouvés dans mon installation et nous sommes passés à l’acte. Pour le reste, tout c’est super bien déroulé. Aucun pépin en cours de route.

L’avis d’URBANIA : Wow! On admire tes qualités d’organisation. La fille ne s’est probablement pas sentie piégée quand elle a vu le matelas dans la fourgonnette.

Xavier

Ma première fois, quel désastre! J’avais 15 ans et je fréquentais un gars : Mon premier chum. Il m’avait invité à un party qui se déroulait dans un hôtel miteux de Dolbeau-Mistassini. À un moment donné, tout le monde avait faim. Ils sont donc tous allés chez McDonald, mais mon ex et moi avons décidé de rester dans la chambre d’hôtel. C’est à ce moment que nous avons commencé à nous embrasser et une chose en entraînant une autre, nous avons décidé de passer à l’acte.

Il m’a annoncé qu’il était embarrassé car, selon lui, il avait un petit pénis. Je lui ai dit que j’étais indifférent face à cela. C’est alors qu’il m’a dit qu’il était embarrassé par une autre chose… Il m’a dit que son pénis avait tendance à sentir mauvais… C’est alors qu’il a décidé de passer son doigt sur son gland et m’a fait sentir son doigt en me disant : « Ça sent-tu? » À voir l’expression de mon visage, il a tout compris. Il a couru jusqu’à la salle de bain pour laver son pénis dans le lavabo! Bref, j’ai trouvé que cela manquait grandement d’élégance, mais j’étais jeune et naïf, alors nous sommes passés à l’acte quand même.

L’avis d’URBANIA : T’as manqué là une belle occasion de déguster un double cheese.

Raphaël

Veille du jour de l’an, ma copine récente de deux mois est chez moi pour un party avec ma famille. Vers 1h-1h30, nous allons nous coucher dans ma chambre. Je me mets à l’aise, me couche dans le lit pour ensuite remarquer qu’elle me lance un regard assez coquin, merci, puis se déshabille tranquillement. On s’embrasse, on se touche, puis elle me passe un condom. Naturellement je stresse à l’idée de ne pas être à la hauteur d’une fille qui a, il faut l’admettre, plus d’expérience que moi. Je fini par faire le grand saut, saut qui comme celui d’un plongeur olympique ne dura qu’un bref instant. Malgré cela, comme tout bon athlète olympique, j’ai eu l’occasion de m’entraîner à maintes reprises dès le lendemain matin pour devenir quelques temps plus tard un médaillé d’or dans ma discipline.

L’avis d’URBANIA: En tout cas, la modestie est clairement ton plus grand atout! Il ne nous reste qu’à te souhaiter d’avoir troqué le bref plongeon pour le marathon.

Louise

Ma première fois… il y a déjà très longtemps… à une époque où le siège arrière d’une voiture était très confortable!

L’avis d’URBANIA : Si la seule chose que tu as retenue de l’expérience est le confort du siège, ton partenaire devait être assez mémorable!

Émilie

C’est à 18 ans que j’en ai eu assez. Non mais; être majeure mais vierge, c’est l’incohérence d’une vie ! Du moins, c’est ce que je pensais. Jusqu’au jour où je me suis mise à fréquenter un bad boy, moi qui étais chaste, pure et encore dans les jupes de ma mère. Je me disais que LUI, saurait comment faire ! À plusieurs reprises je lui ai passé de petits commentaires selon moi, TRÈS CLAIRS: “Tsé, j’ai souvent eu du mal à faire totalement confiance à un gars”, “Non, moi je suis loin d’avoir tout vécu…”, “Ouf, comparativement à moi tu as clairement plus d’expérience dans la vie.” Eh ben il semblerait que ces lignes de “salut-je-suis-vierge” soient passées dans le beurre. Laissez-moi vous dire que le reste de l’histoire n’y est pas passé lui! Il a décidé que les préliminaires c’était accessoire, purement inutile… il s’est présenté à mon entre-jambes comme s’il n’y avait pas de lendemain! Comme dans la toune Pas besoin de frapper pour entrer chez-nous. Il a vu ma face. Crispée. Terrifiée. Ensanglantée. Et là, il a saisi le message que j’essayais de lui passer depuis un mois.

– Euh… j’suis pas ton premier ?! (dit-il tout en se retirant de moi en 2 temps 1 mouvement !)
– Ben, moui !?
– Ça ne peut juste pas être moi…

IL M’A RHABILLÉE. Comme dans IL M’A RHABILLÉE. En silence, morceau par morceau. Des bas jusqu’à la barrette. Quand l’humiliation rencontre ta première fois, c’est le comble.

L’avis d’URBANIA : Quand les doux mots de Sylvain Cossette sont le meilleur moyen de décrire le feu de l’action, tu sais que tu as vécu quelque chose d’unique. Pauvre chouette. Sache qu’il y aura toujours une place pour toi la la la la la

Pier-Anne

J’avais 19 ans et ça s’est passé après une soirée au bar dans le temps des Fêtes. J’ai rencontré un gars ce soir-là, mon genre, juste assez grand et pas déplaisant à regarder. Je l’ai reconduit chez lui à la fermeture du bar car il faisait très froid et il n’avait pas de voiture. Il m’a proposé d’entrer pour jaser un peu et prendre une autre bière. Est arrivé ce qui devait arriver. Il a été très respectueux et gentil (à mon grand étonnement; après tout, on venait de se rencontrer et il aurait pu n’avoir en tête que son propre plaisir). Seuls hics, qui selon moi ont légèrement gâché, mais ont tout de même rendu cette première fois mémorable… On l’a fait la lumière allumée! Ça a certes un côté très gênant, mais d’un autre côté, ça montre à l’autre que tu as confiance en toi! Et le comble… En nous déshabillant, j’ai oublié d’enlever mes chaussettes! J’ai bien tenté de rectifier le tir et de les enlever pendant “la chose”, mais en vain. J’ai réussi à en enlever une, mais impossible de retirer la seconde… Disons que ça n’aide pas à se concentrer sur l’essentiel!

L’avis d’URBANIA : La lumière allumée? Avec tes bas?! Es-tu encore aussi wild aujourd’hui ou c’était juste une phase?

Vicky

Ma première fois était dans la Mustang de mon copain de l’époque, inconfortable, pas de préliminaire. Je n’ai pas eu de plaisir et on a été dérangés par son ami qui est venu à l’auto car on campait et il entendait des loups en dehors de sa tente… Bref, pas génial comme première fois!

L’avis d’URBANIA: On a surtout de la peine pour le pauvre ami qui a pas trouvé de meilleure excuse pour venir zieuter votre partie de fesses…

P-L

Âgé de 18 ans (et encore vierge), j’ai fini une soirée de party dans la couchette avec une fille d’expérience. Les deux nus dans un lit, elle me regarda et me dit avec un petit sourire en coin qu’elle s’apprêtait à me faire sa spécialité, qui l’avait rendue populaire auprès de ses nombreux exs… Et commença ma première fellation (qui demeure la meilleure à ce jour, près 15 ans plus tard!). Ensuite s’enchaîna le cowgirl (elle par-dessus), qui me mis en extase totale, et qui dura pas plus de 45 secondes!!! Le pire : étant nouvellement dépucellé, je n’avais aucune idée à quel point ma performance avait été piètre. J’suis encore surpris à ce jour qu’elle ne m’ait jamais, trop publiquement, humilié à ce sujet. J’ai récemment retrouvé cette première conquête sur Facebook et j’ai comme résolution 2015 de lui expliquer qu’elle avait été première, et la remercié pour tout!

L’avis d’URBANIA : Jamais trop tard mon P-L! Si on était toi, on lui enverrait une douzaine de roses pour la remercier : 15 ans plus tard c’est pas du tout creepy. Heille, raccroche donc.

Véro

Ouain, ma première fois. Pas une partie de plaisir tant que ça. J’avais 15 ans et j’étais complètement en amour avec le gars full populaire. C’était le congé de Pâques et j’étais avec une amie dans sa famille pour fêter. C’était plate pas mal pour nous alors on a pris possesssion d’un ordinateur et on s’est mis à parler avec le dit garçon sur mIRC… (oui ça fait quelques années…) Il nous invite alors à un party chez lui. Je CA-PO-TAIS!! Finalement, au party, je n’ai pas vraiment bu. On écoutait tous un film (le film d’horreur avec un épouvantail vivant). Il s’est mis à me flatter sous une couverture. J’étais gênée, mais… je CAPOTAIS encore! Finalement, je me souviens que les autres sont partis et il m’a entraînée dans sa chambre. My god que j’étais plus tout à fait à l’aise, mais dans ma tête d’ado de 15 ans, je me suis dit qu’il devait bien m’aimer pour vouloir coucher avec moi. J’étais pas pire dans le champ. Je n’étais pas détendue pantoute. Je renfonçais mon derrière dans le matelas parce que la douleur était très présente. Dans mon souvenir, on est restés dans la chambre pendant 1h42. Ce n’était pas le fun pantoute… mais hey, le gars que “j’aime”, le plus populaire auprès des filles, venait de me dévierger! Le lundi matin, à l’école, il tenait la main de sa… copine. Ostie!

L’avis d’URBANIA : Maudits hommes sales.

P-O

J’étais a un party, j’avais 16 ans. C’était dans mes premières brosses. Lorsque nous sommes revenus chez moi, nous nous sommes couchés et on a commencé les préliminaires. Quelques minutes plus tard, un mal de cœur me pogne à cause de l’alcool. Je me lève, vais au toilette et vomis. Lorsque que j’ai terminé, je me brosse les dents et retourne dans la chambre. Tout le long de l’acte je me dois de garder un pied au sol car sinon la tête me tourne et le mal de cœur revient…

L’avis d’URBANIA : Ça aurait pu être ben pire P-O… La pauvre fille aurait pu recevoir un tiède jet de poppers dans face… ou autre part, ce qui aurait été encore plus inconvenant.

Marc-André

J’étais en train de dormir, vers 7h du matin, quand j’ai soudainement entendu des bruits forts provenant de la fenêtre. En me retournant, j’ai vu des jambes qui s’y infiltraient. J’ai ensuite constaté qu’il s’agissait d’une de mes amies et elle m’a dit : “Je viens dormir avec toi.” Bien sûr, j’ai accepté. Elle s’est glissée dans mon lit et juste avant que je me rendorme, j’ai senti un bras sur moi. J’ai mis ma main sur la sienne. Je me suis ensuite retourné et nous nous sommes embrassés. Elle s’est assise sur moi, m’a déshabillé et hop! Voilà!

L’avis d’URBANIA : Easy breezy comme on dit. On est donc ben jaloux.

Karine

Le soir de la St-Jean avec mon nouveau chum, chez ma meilleure amie, dans sa salle de bain, pendant qu’elle attend dans le salon avec un autre de mes amis :-S

L’avis d’URBANIA : Qu’est-ce qu’ils ont fait, EUX, dans le salon?

Stéphanie

J’ai 16 ans. Je sors dans un club gai pour la première fois de ma vie. Ce soir-là, j’ai rencontré celle qui est devenue ma première blonde. Un mois plus tard, après beaucoup d’efforts pour la revoir […] je suis allée passer la soirée chez elle, en tant qu’amie seulement, car sa mère était homophobe. Au couché, j’étais tellement nerveuse! Je le sentais que ça se passerait ce soir-là. J’avais tellement hâte à ce moment, car avant ma première sortie dans le club, je croyais que j’étais la seule lesbienne sur la terre. En même temps d’avoir hâte, j’avais énormément peur! Je savais que ce n’était pas sa première fois, contrairement à moi! J’avais peur de ne pas être à la hauteur… Nous nous sommes couchées en cuillère. J’avais le coeur qui voulait sortir de ma poitrine. Elle a glissé sa main sur ma cuisse et elle a commencée à me flatter. Je me rappelle qu’à ce moment-là, je me disais que j’allais mourir d’hyperventilation si je ne me calmais pas un peu! J’ai commencé à faire comme elle. J’ai mis ma main sur sa cuisse et tranquillement j’ai repris le contrôle de mes émotions. Pour cette première fois, ce premier orgasme, nous l’avons vécu dans la même position de départ : en cuillère. Trop gênée de se mettre face à face. Disons que, quelques minutes plus tard, notre deuxième fois était moins gênante, encore plus agréable et satisfaisante!

L’avis d’URBANIA : C’est bien de commencer avec la cuillère, ça laisse une marge de manœuvre pour explorer les autres types d’ustensiles!

Rafie

J’arrive de travailler et ma nouvelle voisine décide de m’inviter à souper et après quelques verres elle me dit se sentir cochonne. Nous passons à l’acte dans la chambre de son garçon, qui nous a surpris par la suite.

L’avis d’URBANIA : C’est ce qu’on appelle du bon voisinage. En espérant que la facture de psy du jeune garçon est moins épicée que les soupers de voisins de sa mère.

Alex

J’ai vécu ma première fois à l’âge de 18 ans lors d’un voyage en Équateur. Il y avait un gars qui ne parlait qu’espagnol et qui me faisait de l’oeil. Avec ma base d’espagnol (à la limite du je-dis-les-mots-français-avec-un-accent-espagnol) on a fini par passer du temps ensemble. Après quelques rencontres (plutôt silencieuses), on est allés se promener sur la plage le soir et on a commencé à s’embrasser pour finir par faire l’amour dans le sable. Conclusion : j’ai eu ma première fois avec un gars qui me disait des choses que je comprenais à moitié et avec du sable à des endroits où il ne devrait pas y en avoir ahah!

L’avis d’URBANIA : Aïe aïe aïe! ¡CALIENTE!

Marilou

Moi, ma première fois, c’était dans le salon, la porte-patio ouverte pis pas de rideau : un ado qui passait nous l’a fait remarquer…

L’avis d’URBANIA : T’es tu officiellement fait diagnostiquer comme exhibitionniste depuis?

…et vous?

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up