Urbania supporte officiellement le vote intuitif

De temps en temps, on met une belle chemise blanche, on se cire les chaussures pis on fait des choses importantes. Comme aujourd’hui.

À l’instar d’André Pratte dans La Presse ce matin, on croit que c’est important de partager avec vous, notre prise de position officielle par rapport aux élections de mardi de prochain. Mais, en mieux.

Le PLQ, qui jusqu’à tout récemment ramassait de facto tout le vote anglophone et fédéraliste, est usé jusqu’à la corde. Le yacht commence à prendre l’eau.

Le PQ, c’est un peu la même chose, mais le contraire. Les souverainistes n’avaient que cette option. Deux autres nouveaux partis peuvent maintenant leur arracher de précieux votes.

La CAQ, c’est un drôle de mélange d’exaspérés opportunistes qui, malgré tout, réussissent à sucer des voix aux deux partis sus-mentionnés.

Pendant ce temps-là, Québec Solidaire, Option Nationale, le Parti Vert et plein d’autres petits partis bizarres se démènent comme des diables dans l’eau bénite pour qu’on les prenne au sérieux.

Si votre choix n’est pas encore fait et que lire les plate-formes des différents partis ne vous intéresse pas, suivez ce conseil d’URBANIA : intéressez-vous aux personnages. C’est ce qu’on a toujours fait pour le magazine, et ça marche plutôt bien.

On n’est pas en train de vous dire de voter pour la plus belle pancarte. Prenez plutôt le temps de découvrir qui sont réellement les candidats dans votre circonscription, intéressez-vous aux individus plutôt qu’aux partis, allez-y avec le feeling, et faites un vote intuitif.

Au moment de l’histoire du Québec où on en est, après le crescendo des derniers mois: les scandales de corruption, les gaz de schiste, puis la grève étudiante qui a culminé avec le mouvement populaire des casseroles, le taux de participation doit être exceptionnel.

La pire chose qui pourrait arriver, ça serait qu’au moment où on nous tende le micro, collectivement comme peuple, tel un Denys Arcand aux Oscars, on ne dise rien ou qu’on baragouine quelque chose d’inintelligible.

Profitez de l’occasion. La démocratie vous tend le micro.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

La peur de « l’autre »

Plaidoyer pour la nuance et la diversité culturelle.

Dans le même esprit