Raphaël Ouellet

Une classe de maître avec le photographe Raphaël Ouellet

J’ai dernièrement eu la chance de m’entretenir avec Raphaël Ouellet, un des photographes chouchous chez URBANIA. En plus d‘avoir jasé happy hour et synthétisé la fameuse rivalité Canon/Sony, il a réussi à me faire croire l’espace d’un instant, que même moi, je pouvais être photographe. Bravo!

Qu’est-ce qui distingue les gens qui font de la « photo » des vrais photographes ?
Cest la grande question! J’entends souvent dire : « Ah oui, untel est photographe », you know… Mais pour moi, ce n’est pas un titre réservé aux grands, il n’y a pas de hiérarchie. Celui qui commet un geste photographique, qui a envie de raconter quelque chose avec une image qui ne bouge pas, est photographe.

Les conseils de Raphaël Ouellet.

Tu ne veux pas « bitcher », c‘est correct. D’abord, quelle est l’erreur de débutant par excellence des jeunes photographes?
Pour la plupart, la grande faiblesse, cest le travail dédition. Par exemple, je vois souvent des photographes diffuser sur leur blogue huit photos à peu près pareilles de la même personne, dans la même position, parce quils nont pas réussi à choisir. Avant, il y avait des éditeurs dans les salles de presse dont le travail était exclusivement de choisir, parmi cinq ou six bobines de film, quelle photo expliquerait le mieux une scène. Cest maintenant au photographe de faire ça. Par exemple, pour les couvertures des magazines URBANIA, je shoote peut-être 200 photos. Mais il faut savoir identifier celle qui aura le plus de résonance plus tard.

Quel conseil tu donnerais aux photographes qui veulent s’améliorer ?
Shootez, shootez, shootez ! Cest aussi con que ça. Et si vous croyez que vous shootez beaucoup, shootez encore plus. Cest la meilleure façon de développer son style. Si ceux qui aiment mon travail aujourdhui voyaient les premières photos que jai prises, jaurais honte. Je pense entre autres à la photo dun arbre en noir et blanc, qui était dune insipidité légendaire ! Sinon, je leur dirais de garder ça simple. Au début, jutilisais beaucoup de gréements techniques. Jaimais mettre 6 flashs, avec des choses qui explosaient. Aujourdhui, jutilise presque uniquement la lumière naturelle. Si on apprend à travailler avec la simplicité, il ny a pas grand-chose qui peut nous arrêter après.

Quel est le moment idéal dans une journée pour prendre des photos extérieures ?
Les levers ou les couchers du soleil, cest toujours bon. Et cest toujours mieux déviter la plage entre midi et 17h. Après, ça dépend de ce que la photo demande. Une de mes super shots a été prise avec un soleil de midi tapant, ce qui est considéré comme la pire luminosité. Jétais dans le désert, proche de Vegas, pour le projet Ghostwalk, et je photographiais des draps noirs en mouvement dans le vent. Javais besoin dun éclairage très dur.

 

Raphaël Ouellet rencontre Trudeau.

Ta photo de Trudeau entouré de majorettes est devenue l’emblème de la Trudeau manie. Est-ce qu’on est toujours conscient de la portée qu’une photo peut avoir quand on la prend ?
Pas du tout. On contrôle la photo, mais pas sa réception. On mavait beaucoup parlé de la photo que javais prise de Trudeau qui se retrouvait sur la couverture du spécial Canada, mais très peu de celle où on le voit entouré de majorettes. Quand je lai prise, il était loin dans les sondages et personne ne pouvait se douter quil deviendrait Premier ministre. Puis la photo a gagné un prix. Après quil ait déployé son caractère politique spectaculaire, la photo a pris un tout nouveau sens. Cest toujours difficile à expliquer. Certaines photos ont des succès publics, alors que dautres, qui sont plus belles à mes yeux, meurent dans un disque dur.

Quel est ton appareil fétiche ?
Si je fais du paysage, jopte pour la Sony A7R. Cest une caméra avec un “range” de couleurs vraiment impressionnant. Et elle est très créative, parce quon peut la combiner avec presque nimporte quelles lentilles. Par exemple, tu peux te louer une lentille de cinéma à 150 000$ pour une journée si tu veux photographier avec un effet sépia. Sauf que ces caméras-là sont vraiment chiantes à utiliser, cest lhorreur. Elles nont pas de miroir, alors le viseur, cest lécran numérique. Cest dur de faire le foyer sur un visage, parce que quand tu cliques, tu perds limage que tu shootes. Donc quand je fais des portraits ou des contrats de pub, jutilise la Canon 5d… Mais les appareils Canon sont uniquement compatibles avec les lentilles Canon. Et les lentilles Canon, cest de la marde. Après, si cest juste pour photographier tes amis, ya rien de mieux quun Iphone. Mais photographiquement, cest pas très beau.

Admettons, l’équipement de base idéal, ça serait quoi?
Boitier? Je dirais un qui permet d’avoir un bon contrôle sur la création, donc DSLR de base, peu importe la marque. C’est sûr que d’acheter un boitier un peu meilleur que ce à quoi on s’attend en commençant c’est pratique puisque les limitations arriveront moins vite!

Lentille? Une pas chère et belle genre 50mm 1.8. C’est des lentilles super économiques, entre 100$ et 300$ et ça offre de super bons résultats! Toutes les marques ont une version de ces lentilles-là.

Logiciel? De base, je dirais Lightroom ou Capture One et Photoshop!

Pour ceux qui ont le goût dapprivoiser davantage la camera obscura, qui aimeraient cadrer leurs photos brunch du dimanche comme du monde, ou qui ne peuvent pas résister à lodeur de lacide acétique des chambres noires, lUniversité de Montréal vous offre des cours et vous loue des locaux et de léquipement.

Pour tous les détails, c’est par ICI!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Décider en plein trafic de refaire sa vie (et son entreprise) à la campagne

Rencontre avec deux amoureux intrépides : Marie-Joël Turgeon et Jordan Lentink.

Dans le même esprit