Rupture amicale

L’amitié est quelque chose de très précieux. Une vraie de vraie amitié, c’est mieux que des toasts margarine/beurre de peanuts, avec un bon verre de lait 3,25% à deux heures du matin. Je n’ai qu’une seule vie à vivre. Certains préfèrent les drogues dures, je suis du type « tartinades et produits laitiers riches en gras ».

J’ai 4 bests. En fait, j’en avais 5. Un d’entre eux a décidé de quitter le navire. Il n’est pas mort. Il n’a pas déménagé outre-mer. Je n’ai pas eu à aller le porter à l’aéroport et lui dire au revoir en pleurant sur la chanson « I will always love you ».

Non, il a plutôt décidé de casser avec moi. On s’est laissé. C’est fini. Il m’a dompé. On a passé de « In a relationship » à « Unfriend ».

Une rupture amicale, c’est très différent d’une rupture amoureuse parce que tu la vois moins venir et surtout, tu ne peux pas dire « On peut rester amis », c’est déjà ça que vous étiez.

Une blonde ou un chum, c’est plate et bête dit de même, mais tu vas en trouver une autre. C’est vrai. Tu vas retrouver le sentiment d’intimité avec quelqu’un. Tu vas revivre des « premières fois » avec la nouvelle personne. Même que tes parents vont probablement la préférer à ton ex. Ça ne sera pas pareil, mais ça ne sera pas si différent non plus.

Chaque relation d’amitié est différente. Tu ne sais jamais vraiment quand un ami devient officiellement un best. La première étape est souvent celle des insides. Puis les insides deviennent votre propre langage. Personne ne doit tomber sur vos messages textes. Un mélange d’émoticons, de propos déplacés et de photos embarrassantes. Ensuite, viennent les histoires, les voyages. Vous avez vos places préférées, vos routines qui ne sont curieusement pas routinières. Tu te ramasses avec son cotton ouatté, il a tes souliers. Tu connais son numéro de téléphone par cœur, puis, sans savoir comment elle est arrivée là, ta mère est à sa fête.

Tu ne peux pas avoir plus que 5 bests. La différence avec tes bests, c’est que tu es complètement toi même. Tu sais que tu es proche de quelqu’un quand tu fais aisément un numéro deux chez lui. Encore plus si vous parlez pendant. S’il vient t’essuyer après, vous êtes dégueulasses.

Je pense que le moment officiel où une personne passe de ami à best est lorsque vous êtes capable d’être ensemble, en silence, et être bien. Quand t’es capable d’être dans une voiture avec un ami, de ne pas parler, de ne pas regarder ton cell, juste être là et bien, vous êtes des bests.

Ce qui n’est pas facile quand tu te sépares en couple, c’est de voir l’autre trouver une nouvelle flamme. Stalker cette dite flamme en cherchant des défauts pour te consoler en disant « moi au moins, je ne change pas de photo de profil aux 15 minutes » ou « je ne viens pas d’un trou » ou « je n’ai pas dix-sept colocs », reste que de voir l’autre aussi heureux, ça te rend malheureux et c’est malsain.

Quand c’est un ami qui te laisse, tu voudrais que tous les amis que vous avez en commun ne le voient plus, même si c’est complètement insensé, égoïste et immature. Ma solution est de me tourner vers ma famille. Ouvre une bouteille de rouge et demande à ton père : « C’était comment ta vingtaine? » Tu vas voir, ça va passer.

On m’a demandé récemment : « Qu’est ce qu’on t’offre pour te faire réellement plaisir? » Je me suis surpris à répondre automatiquement : « Du temps ». Je ne suis pas riche, mais je ne suis pas pauvre non plus. Ne m’achètes pas des souliers, ne me donne pas 20$ dans une carte pré-écrite, jase moi.

Et, si on jase assez longtemps, on va peut-être finir par ne plus rien avoir à se dire, et juste être bien ensemble, en silence.

Dans un autre ordre d’idées, par les temps qui courent, j’ai besoin de vous dire que le monde est beau. Il est loin d’être parfait, j’en suis conscient, mais je suis un optimiste.

Il existe l’amour, la musique, Harry Potter, les souliers d’enfants, les chihuahuas, les femmes, les joggings, le hamburger, ma mère, mon père, le Domaine St-Jacques, le vin en général, Friends, la danse, le mot « berlingot », mes sœurs, mon beau-frère, mon neveu et ma nièce, mes bests, les cheveux roux, Malajube, les yeux verts, Taylor Swift, Yvon Deschamps, le lave-vaisselle, les bâtonnets de fromage, le hockey, les cannolis, les robes, le fromage squick-squick, le Madrid, la chanson « Georgia » de Ray Charles, les manèges, le rire, Katy Perry, la chanson « Barbies resto-bar grill », la forêt, Dans une galaxie près de chez vous, Sidney Crosby, les crayons gel, les vagues, l’Espagnol, les seins, les voitures manuelles, les commandes à l’auto, le prénom Gaétan, les accolades, les larmes de joie.

Bref, ça va être quétaine, mais l’amour gagnera toujours contre la haine. Spread the love. C’est tout ce que j’avais à dire sur Donald Trump.

Fils de Nicole et Yvan, humoriste barbu et toqué. Je suis intolérant au homard, je fais de l'eczéma et je ne sais jamais quoi écrire dans mes bios.

Du même auteur