Rincer le pénis de son ami

Comme beaucoup de gens qui se cherchent, j’ai moi aussi, à l’aube de ma vie d’adulte, pris mon sac à dos, mon livre de Paolo Coelho, mon iPod rempli de Tryo et mes dreads de “pas propre” pour aller parcourir l’Amérique centrale à la quête d’une paix intérieure digne du film The Beach. (Facepalm)

Après un bon bout à vagabonder tout seul, mon meilleur ami Simon est venu me rejoindre pour qu’on passe du temps ensemble. Il m’avait demandé de trouver quelques activités à faire question qu’on ne passe pas nos journées à juste brosser et parler avec des faiseux de colliers.

Je nous avais donc déniché une activité dans une brochure touristique trouvée dans un présentoir en bois dans une auberge de jeunesse avec des dessins de lézards et des soleils peints à la main sur les murs.

Tu vois le style? Tu le feels mon mood “p’tite boucane d’encens et filles en paréo qui marchent nus pieds”?

Le dépliant nous proposait un trip au Guatemala où nous dormions dans la jungle au pied d’une pyramide que nous devions escalader pour voir le merveilleux soleil se lever. Tsé, une affaire de hippie fucking nice! Pour 300$ par personne, nous avions droit à un souper à notre arrivée, un petit déjeuner avant d’aller escalader, une hutte de fortune dans la jungle avec douche (yeah !), un guide, de l’eau ET des gardes armés pour nous protéger… Ah… Et ben… Armés? Really?

On achète !

16 heures de trajet dans un bus où j’étais assis au coté d’un Australien qui n’utilisait visiblement pas d’antisudorifique. Simon, lui, était assis à côté d’une hippie française qui faisait un bad trip de mush.

16 heures de trajet dans un bus où j’étais assis au coté d’un Australien qui n’utilisait visiblement pas d’antisudorifique. Simon, lui, était assis à côté d’une hippie française qui faisait un bad trip de mush.

Elle nous montrait constamment ses seins en disant qu’ils pitchaient de la lumière! Juré!

À notre arrivée, à ma grande surprise, le souper avait déjà été servi et il ne restait plus de nourriture pour moi et Simon. Le guide nous a refilé UNE BOÎTE DE SMARTIES À DEUX et nous a dit que les smarties c’était super nourrissant!

Woooooooo le guide! Déjà que tu possèdes des smarties dans la jungle, c’est assez fucked up, mais permets-moi de douter que le guide alimentaire guatémaltèque propose 3 rouges 2 bleus comme portion de vitamines quotidienne. Je lui demande de l’eau potable et il nous donne une bouteille à deux et une bière. C’EST TOUT?

Nous décidons donc d’aller nous coucher car on voulait être en forme pour escalader la pyramide! Notre hutte : 2 lits de camps et une douche à aire ouverte. Ben en masse pour nous autres. Simon est le premier à sauter sous la douche (froide). Il se savonne en entier et le courant coupe… Les génératrices étaient maintenant éteintes pour la nuit.

Simon se tient debout dans le coin de la chambre, tout plein de savon, les yeux lui brûlent et il gueule. Je l’éclairais avec ma lampe frontale et c’est à ce moment que j’ai entendu la phrase la plus absurde qu’un meilleur ami peut demander à son chummy :

“Dude, rince-moi le pénis stp…”

C’est à ce moment que j’ai entendu la phrase la plus absurde qu’un meilleur ami peut demander à son chummy : “Dude, rince-moi le pénis stp…”

J’ai donc dû aider mon meilleur ami à se rincer, on a gaspillé le restant de notre eau potable pour cleaner son pénis.

Et c’était à mon tour de dire quelque chose que je ne pensais jamais dire à un ami : “Pousse ta petite peau pour être certain que tu n’as plus de savon.”

On a calé la bière et on est aller se coucher.

Comme je m’endormais, Simon me chuchote : “As-tu lancé de quoi sur mon lit man?”

– Non, pour…?

– PASSE-MOÉ LA FLASHLIGHT… Y’A DE QUOI QUI M’EST TOMBÉ DESSUS!!!!!

Simon s’est levé tellement rapidement je pense que c’est cette journée-là qu’il a fucké la matrice! On a secoué les couvertures jusqu’à temps que 3 scorpions revolent sur le sol! On hurlait comme des fillettes parce qu’on les entendait marcher sur la céramique mais qu’on ne les voyait pas!

Tu te dis : “Fuck off Roberge! Des scorpions, ça fait pas peur…”

Man! Ceux que tu as vus, c’était au pet shop derrière une vitrine. Moi, c’était dans ma chambre, dans le noir total, dans la jungle… Faque ta yeule!

On a levé nos matelas et c’est là, que j’ai failli m’évanouir! Une chiée d’araignées poilues et de scorpions!

On a levé nos matelas et c’est là, que j’ai failli m’évanouir! Une chiée d’araignées poilues et de scorpions! TABARNAK! Frisson de colonne!

On a secoué nos vêtements qui se trouvaient sur le sol, on s’est habillé en vitesse pour aller rejoindre les gardes armés qui jouaient aux cartes, un peu pactés avec des guns sur la table. Quand je leur ai baragouiné avec mon espagnol de secondaire 3 qu’il y avait des scorpions noirs dans notre chambre, ils ont ri de nous.

Garde armé : “Ce n’est pas la saison. Il n’y a pas de scorpion ces temps-ci dans la région.”

– Je me contrecalisse du temps de l’année que c’est sur ton calendrier maya, mais je te dis qu’il y a une chiée de scorpions dans notre chambre.

Il a regardé ses chummys aussi pactés que lui, ils ont ri de nous. Quand le gars s’est levé, il a retiré son fusil de son “porte gun” et a pris un balai! QUOI!? Moi, j’espérais qu’il gunshot les bestioles. Pas qu’il les balaye!

La vérité? Vous voulez la vérité? Ok… Sur le coup, étant paniqués, Simon et moi avions cogné aux portes des huttes autour de la nôtre pour faire évacuer les gens pour être certain que personne ne soit en danger…

Tout le monde nous regardait croche… On s’est rendus à notre hutte et on est à nouveau entrés dans notre chambre…

Je vous raconte le restant… Et vous ne pourrez pas croire ce que vous allez lire.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up