Réussir ses 30 ans grâce aux conseils de 5 grand-mères

Qu’est-ce que je devrais avoir compris et/ou réalisé avant d’avoir 30 ans pour devenir une adulte heureuse?

L’année prochaine, j’aurai 30 ans. Ça veut dire qu’il me reste peu de temps pour devenir une femme digne.

C’est que j’aimerais bien être une trentenaire confiante, accomplie et heureuse. Et pour y arriver, j’ai décidé de m’inspirer de femmes qui sont passées par là. J’ai donc fait un appel à tous : « Je cherche des dames pleines de sagesse qui m’aideront à devenir une meilleure personne. »

J’ai passé un après-midi au téléphone. À chaque charmante grand-mère suggérée par mon entourage, j’ai posé la même question : qu’est-ce que je devrais avoir compris et/ou réalisé avant d’avoir 30 ans, question de devenir une adulte heureuse ?

Voici ce qu’elles ont répondu…

JANICE, 82 ANS

Je ne me rappelle pas précisément mes 29 ans, mais je sais que j’ai aimé chacune des années de ma vie. La seule année qui sera encore mieux que celle que tu vis actuellement, ce sera la prochaine. Parce que tu auras aimé encore plus fort, et que tu auras ri, et que tu auras acquis des souvenirs. Il n’y a rien de plus beau que le souvenir.

Il faut oser prendre des risques, se faire de nouveaux amis, voyager et aimer beaucoup.

Alors ce que je te conseille, c’est d’apprendre à être spontanée. Je n’ai jamais cru que mon chemin était tracé d’avance. Il y a 28 ans, j’ai tout abandonné pour suivre l’amour et commencer une nouvelle vie dans un pays que je ne connaissais pas (et dont je ne connaissais même pas la langue) ! Il faut oser prendre des risques, se faire de nouveaux amis, voyager et aimer beaucoup. Le secret, c’est de rire. Et de chanter, même si on chante mal. Parce que c’est impossible d’être malheureux quand on chante.

LOUISE, 72 ANS

Il faut apprendre à se laisser aller. Il ne faut pas trop chercher le bonheur, mais plutôt le prendre quand il est là. Tu ne devrais pas t’inquiéter d’avoir bientôt 30 ans ; les trentenaires que je côtoie, je les trouve admirables. Elles concilient souvent famille et travail. Des fois, elles sont même investies dans une cause sociale !  Je ne suis pas certaine que j’aurais eu le réflexe d’en faire autant, moi, à 30 ans. J’ai plutôt fait le choix de rester à la maison avec mes enfants. Mais je ne l’ai jamais regretté ! Pas un seul jour !

BIBIANNE, 75 ANS

D’ici tes 30 ans, ou même après, je te conseille d’apprendre à penser à toi. Il ne faut pas t’oublier. Apprendre à te connaître, c’est primordial ; on ne se connaît jamais assez ! Tu vas voir, il y a des choses que tu aimeras à 30 ans que tu n’aimeras plus à mon âge. Les expériences que tu t’apprêtes à vivre t’aideront à mieux te connaître, à comprendre tes goûts.

SUZANNE, 66 ANS

L’essentiel, c’est d’être en paix avec toi-même et tes valeurs. Ce n’est pas facile, mais ça s’apprend ! C’est plus facile quand on essaie de vivre un jour à la fois. Mes amies rient souvent de moi parce que j’aime répéter : « Rien sur cette Terre ne vaut la peine de me faire perdre la paix, le calme et la sérénité. » C’est ce que je me dis dans les moments difficiles. À 30 ans, j’aurais aimé savoir que dans la vie on n’est pas responsable de tout. On fait de notre mieux, mais on n’est pas toujours responsable des résultats. Des fois, on va simplement trop vite pour penser à ces choses-là.

MICHÈLE, « 75 ANS ET PLUS »

Tu devrais profiter de tous les moments du jour. Ce que j’ai compris à 30 ans, c’est l’importance de s’oublier un peu et de penser à ceux qui nous entourent. On peut poser plein de petits gestes peu considérés, mais pourtant importants. Ça nous fait du bien et ça fait du bien aux gens qui ne s’y attendent pas. Ça peut être aussi simple qu’aller garder un enfant, que de dire « je suis là pour toi » ou que de préparer un plat pour quelqu’un qui travaille beaucoup. Tu devrais faire du bénévolat, parce que ça apporte énormément. Ça aide à devenir une meilleure femme et une meilleure mère, mais tu dois d’abord le faire pour toi-même. Ça demande de l’oubli de soi, mais ça apporte tellement de plaisir ! Aussi, je ne crois pas que tu devrais chercher à devenir une meilleure personne avant tes 30 ans. Abandonne l’idéal. J’ai longtemps cru que la perception était importante, mais au fond, elle nous bloque dans notre façon d’être. Il faut juste essayer de faire de notre mieux.

Tu devrais faire du bénévolat, parce que ça apporte énormément. Ça aide à devenir une meilleure femme et une meilleure mère, mais tu dois d’abord le faire pour toi-même.

OK, à moi maintenant de donner un conseil : si vous le pouvez, appelez votre grand-mère.

J’ai rarement eu autant de plaisir qu’en parlant avec celles des autres (à défaut de pouvoir parler aux miennes)… À moi, la presque-trentaine !

Merci à Marianne Charbonneau, de l’organisme Estelle et Lucille, qui m’a mise en contact avec trois de ses mamies tricoteuses!

Du même auteur